vidéo - 

Les grandes expositions : Toutankhamon et son temps

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 24 déc. 1966

Le Trésor de Toutankhamon arrive par avion militaire au Bourget avant d'être exposé au Petit Palais.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2006
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000561

Contexte historique

Par Vincent Casanova

L'arrivée des classes d'âge du baby-boom sur les bancs des lycées et des universités, la multiplication des représentants de la culture (enseignants, journalistes, bibliothécaires) ainsi que la poussée consommatrice liée à la croissance transforment les conditions de la transmission culturelle.

Ce qui relevait jusqu'alors du champ de la connaissance scientifique se diffuse grâce en particulier à l'abondante production de dictionnaires et d'encyclopédies et de collections de livres de vulgarisation du savoir. Cela se traduit aussi par l'augmentation importante de la fréquentation des musées nationaux au cours de ces années. Si les musées nationaux ont reçu 5 millions de visiteurs en 1960, ils en accueillent le double en 1978. L'accroissement régulier s'explique en partie par le succès grandissant rencontré par de grandes expositions comme celle consacrée à Picasso au Grand Palais en 1966 et surtout celle au Petit Palais en 1967 consacrée à "Toutankhamon et son temps".

Inaugurée par le Général de Gaulle, conçue par l'égyptologue Christine Desroches Noblecourt, cette première exposition à thème attira en un peu plus de 5 mois près d'un 1,2 million de visiteurs. Ceux-ci purent admirer les objets prêtés par le musée du Caire. La fascination exercée par la religion égyptienne et les pharaons développée par exemple par la bande dessinée Astérix et Cléopâtre parue en 1965 et vendue à des millions d'exemplaires a permis et préparé sans doute en partie ce succès.

Mais cette exposition révèle également la passion qui lie les Français à l'histoire de l'Egypte ancienne depuis l'expédition de Napoléon et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion. Le rôle qu'a joué la France, dans le développement de l'égyptologie, en concurrence avec le Royaume-Uni, est à rapprocher enfin de sa volonté de puissance culturelle. L'exposition est aussi conçue comme un agent de rayonnement international : c'est en effet la première fois que le masque mortuaire de Toutankhamon est exposé hors d'Egypte.

Éclairage média

Par Vincent Casanova

Décider de filmer l'arrivée à l'aéroport militaire du Bourget des pièces du musée du Caire pour annoncer l'exposition "Toutankhamon et son temps" est plutôt inhabituel. Le journal télévisé se contente souvent d'un reportage à la veille de l'ouverture de l'exposition. Tout dans ce reportage au contraire veut montrer ce qu'il y a d'unique dans la possibilité offerte aux Français de découvrir des objets qui ne sont jamais sortis d'Egypte.

L'ensemble du commentaire vient rappeler ainsi l'aspect exceptionnel du trésor : des chiffres (3 ans de négociations, 100 millions de francs d'assurance), des hyperboles (découvertes les plus extraordinaires), des plans sur l'escorte policière et l'avion militaire, autant d'élements pour appâter le téléspectateur. Par ailleurs, l'entretien réalisé sur le tarmac de l'aéroport avec la commissaire de l'exposition Christine Desroches Noblecourt est l'occasion de voir en avant-première quelques-unes des plus belles pièces qui vont être exposées. Cette recherche du sensationnel s'exprime enfin dans la question posée par le journaliste sur la prétendue malédiction de Toutankhamon, mythe tenace que l'égyptologue balaie sans hésitation.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents