Démarche scientifique et EMI

Démarche scientifique et EMI

Par Lara Mercier, Journaliste, cheffe de projet éditorial à l’InaPublication : 03 mars 2020, Mis à jour : 26 févr. 2021

# Présentation

Comment l'Éducation aux Médias et à l’Information (EMI) peut-elle participer à la formation scientifique et citoyenne des jeunes ? Quelles clés leur donner pour s'informer sur l’environnement, la santé, les sciences ? Comment lutter contre la prolifération d’informations pseudo-scientifiques ?

Ces questions fondamentales seront abordées le 10 mars, à l’occasion de la journée d’étude des professeurs-documentalistes de l’Académie de Lille, à laquelle Lumni Enseignement participe. Parmi les pistes évoquées, une double nécessité : celle de s’informer à partir de sources expertisées pour ne pas biaiser les données initiales de sa réflexion, et celle de comprendre son propre fonctionnement cognitif afin de dépasser ses propres préjugés et construire librement son opinion.

Vous trouverez ci-dessous une sélection de contenus susceptibles de répondre à ces enjeux éducatifs. Certains documents donnent la parole à des scientifiques, d’autres sont accompagnés d’éléments de contexte et de pistes pédagogiques rédigés par des enseignants spécialisés. Tous proviennent de sources fiables et ont été élaborés par des professionnels de l’audiovisuel public.

# Analyser les sources d’information

Bien s’informer, c’est d’abord comprendre comment sont fabriquées les informations. Qu’est-ce qui les différencient d’une rumeur ? Qu’est-ce qu’une source ? Comment travaille-t-on dans les entreprises de presse ? Publié en amont de la Semaine de la Presse et des Médias dans l'École (SPME), cet article permet d’initier ses élèves aux enjeux du journalisme.

# S’interroger sur le climat

Ils ne sont plus très nombreux, ceux qui affirment encore que le réchauffement climatique et l’effondrement de la biodiversité ne sont qu’une théorie que rien ne vient prouver. Le consensus scientifique est désormais mondial : ces bouleversements sont des faits, et en comprendre les mécanismes permet de mieux s’y préparer. Publié à l’occasion de la COP25, en décembre dernier, cet article recense la parole précieuse de chercheurs ainsi que des exemples très concrets de conséquences climatiques dans le monde.

# Les défis de la santé

La santé n’est pas en reste quand il s’agit de propager de fausses informations. Exemple le plus flagrant : la baisse du taux de vaccination, causée par une défiance nouvelle vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques, soupçonnés d’inoculer des produits responsables de maladies, comme l’autisme ou la sclérose en plaque. Revers de cette baisse de la couverture vaccinale, des épidémies de maladies infectieuses mortelles sont en résurgence en France. Depuis 2008, 24 personnes sont ainsi mortes de la rougeole. Comment sensibiliser les élèves à ce sujet ? Réponse dans cet entretien proposé par TV5 Monde et accompagné d’une mise en oeuvre pédagogique.

# Questionner l’énergie

Autre enjeu majeur de nos sociétés contemporaines : l’énergie. Le discours politique martèle qu’il faut diminuer la part d’énergies fossiles pour augmenter celle des énergies renouvelables afin de lutter contre le réchauffement climatique. Mais est-ce vraiment aussi simple ? Cette piste pédagogique, qui croise SVT et géographie, propose des exercices pour la classe à partir d’archives de l’Ina.

"Et le nucléaire ?", s’interrogent certains. La perception de ses bénéfices et de ses dangers a sensiblement varié au cours de l’histoire. Symbole du progrès de la physique moderne et fer de lance du savoir-faire français au début du 20e siècle, il permet d’assurer l’indépendance énergétique du pays et de réduire la facture des habitants. Mais le problème de la gestion des déchets radioactifs, soulevé dès les années 1960, puis les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima replacent les impacts environnementaux et humains du nucléaire au premier plan. L’une de nos pistes pédagogiques, rédigée par deux enseignantes de physique-chimie, illustre cette évolution.

# Connaître ses biais cognitifs

Ces différences de perception prouvent que nos facultés critiques sont elles-mêmes un objet qu’il faut… critiquer. Les scientifiques s’intéressent de près aux biais cognitifs, qui altèrent notre jugement et le degré de véracité que l’on accorde à certaines informations. Comprendre comment fonctionne notre cerveau, c’est donc s’offrir la possibilité de penser contre soi, et dépasser ses propres préjugés. Le chercheur Vincent Berthet développe cette idée dans La Tête au carré, émission de France Inter dont 14 épisodes sont disponibles sur notre site.