Sommaire

Parler du réchauffement climatique en classe

Parler du réchauffement climatique en classe

Par Lara Mercier

La planète se réchauffe, les catastrophes naturelles s’intensifient, le niveau de la mer s’élève. Ces faits, il nous faut les comprendre et les expliquer, afin de limiter les dégâts et de se préparer au mieux aux bouleversements qui s’annoncent. Les plus jeunes sont les premiers concernés par cet impératif pédagogique.

    nbsp;

Présentation

À l’occasion de la COP 25, qui a débuté le 2 décembre à Madrid, vous trouverez ci-dessous une sélection de dix contenus qui permettent d’aborder le thème du réchauffement climatique en classe : ses causes, l’étendue de ses conséquences, et les solutions envisagées pour l’endiguer.

# Climat et atmosphère

Le climat de la Terre n’a jamais été figé. Notre planète a connu des périodes glaciaires (froides) et interglaciaires (plus chaudes). Nous savons aujourd’hui, grâce à l’étude des carottes de glace ou des pollens, que ces phases climatiques ont alterné tous les 100 000 ans environ.

Mais le réchauffement climatique actuel n’a rien à voir avec ces cycles naturels. Les études scientifiques à ce sujet sont incontestables : la hausse de température que la planète connaît depuis le milieu du 20e siècle est la conséquence directe des activités humaines, et notamment du rejet massif de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

# Des conséquences en chaîne

Ce réchauffement global a de nombreuses conséquences. La première, et la plus évidente, est mécaniquement la fonte des glaces. En un demi-siècle, plus de 9 000 milliards de tonnes de glaciers ont ainsi fondu, de la banquise des pôles aux glaciers de montagne.

Résultat : le niveau des océans monte, et des millions d’habitants risquent de voir leur territoire disparaître sous les eaux d’ici la fin du siècle. Les premiers réfugiés climatiques ont déjà dû fuir leur foyer, englouti sous les eaux. D’autres ont dû partir à cause de la salinisation des champs agricoles, devenus impropres à la culture.

Le changement de composition de l’atmosphère a aussi une influence directe sur les phénomènes climatiques. Inondations, cyclones, sécheresses, incendies… les catastrophes naturelles s’intensifient depuis quelques années déjà . Leur fréquence devrait également s’accentuer d’ici la fin du siècle.

Conséquence directe de ces multiples phénomènes : la baisse drastique des rendements agricoles et la menace d’une pénurie d’eau potable dans différentes régions du monde. L’enjeu de l’alimentation humaine se dessine comme une priorité dans les décennies à venir (des exercices à faire en classe sont proposés dans la piste pédagogique ci-dessous).

# Mesures et mobilisation

En réponse à ces bouleversements, les dirigeants tentent de mettre en places des mesures politiques. Congrès, protocoles, accords, COP… les réunions se succèdent depuis les années 1990. Mais la difficulté d’imposer un agenda mondial pénalise l’efficacité des mesures, pourtant urgentes.

Même les accords de Paris, derniers textes d’envergure signé lors de la COP25 en 2015, sont peu respectés. On estime qu’à l’heure actuelle, seuls 16 pays sur les 197 signataires ont pris des mesures suffisantes pour tenir les objectifs fixés. La France n’en fait pas partie.

Face à ces défaillances, des ONG et des mouvements citoyens se mettent en place pour dénoncer l’inaction des autorités. Les actions de “Fridays for future”, inspirées de l’action de la jeune activiste Greta Thunberg, rassemblent ainsi des collégiens et lycéens lors de manifestations coordonnées dans le monde entier.

Un peu partout sur la planète naissent des initiatives pour tenter de ralentir le réchauffement climatique. Comportements individuels (ne plus prendre l’avion) ou innovations technologiques (biocarburants), une prise de conscience notable a eu lieu ces dernières années. Elle se poursuit grâce à la pédagogie mise en place autour de ces sujets, notamment auprès des plus jeunes.