Le sacre de Napoléon

Le sacre de Napoléon

Proposé par Arte - Histoire par l'image
Disponible jusqu'au 31 août 2023

Le 2 décembre 1804, Bonaparte est couronné empereur et devient Napoléon Ier. Jacques-Louis David immortalise l’événement sur une toile immense de 9 mètres sur 6 mètres.

La collection « Histoires d'histoire » est proposée par la Rmn-Grand Palais.

Niveaux et disciplines

Pour approfondir

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Histoires d'Histoire
Réalisation :
Renaud David
Production :
RMN - Le Grand Palais
Page publiée le :
11 mars 2021
Modifiée le :
25 sept. 2022
Référence :
00000004226

Contexte historique

Par Jérémie Benoît

En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis.

En avril 1804, le Conseil d’État suggéra officiellement la création de l’Empire et le Sénat adopta, le 18 mai 1804, la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire. Ce sénatus-consulte fut validé par plébiscite.

Il convenait alors de donner à la nouvelle dynastie la protection divine du sacre et du couronnement : la cérémonie eut lieu à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804, en présence du pape Pie VII qui, en échange de l’adhésion des évêques de France au Concordat et de leur soumission au pape, accepta de procéder aux deux cérémonies. Sur la façade de Notre-Dame, on dressa pour l’occasion un arc triomphal reposant sur quatre colonnes dont deux symbolisaient les dynasties mérovingienne et carolingienne et deux autres les « bonnes villes de France ». On oublia sciemment les Capétiens. 

Bibliographie

  • José CABANIS, Le Sacre de Napoléon, Paris, Gallimard, coll. « Trente jours qui ont fait la France », 1970, réed. coll. « Folio Histoire », 1994.
  • François FURET, La Révolution 1770-1880 : de Turgot à Jules Ferry, Paris, Hachette, 1998, réed. coll. « Pluriel », 1992.
  • Antoine SCHNAPPER, Jacques-Louis David. 1748-1825, catalogue de l’exposition, Louvre, Versailles, musée national du château, Paris, RMN, 1989.
  • Jean TULARD, Napoléon : le pouvoir, la nation, la légende, Paris, Livre de poche, 1997.
  • Jean TULARD (dir.), L’Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991.
  • COLLECTIF, Procès-verbal de la cérémonie du sacre et du couronnement de Napoléon, Paris, Imprimerie nationale, 1993.

Analyse des images

Contre tout usage, Napoléon souhaita se couronner lui-même et couronner l’impératrice Joséphine, ce malgré le désir du pape de procéder au sacre et au couronnement. Pie VII se contenta de bénir la couronne. David représente le moment où l’empereur couronne Joséphine.

Dans cette vaste frise, on reconnaît autour des trois principaux protagonistes Cambacérès et Lebrun, ex-consuls devenus respectivement archichancelier et architrésorier, Talleyrand, Eugène de Beauharnais, les nouveaux maréchaux ainsi que les sœurs de Napoléon, chargées de porter la traîne de Joséphine. On notera dans la tribune la présence de Madame Mère, qui en réalité était absente lors de la cérémonie. David s’est aussi représenté dans cette tribune, signature traditionnelle dans le milieu artistique. Impressionnante galerie de portraits, le Couronnement est conçu comme la rencontre de deux mondes, l’un sacré à droite descendant vers un monde laïc à gauche. Napoléon est ainsi le lien qui s’établit entre la divinité symbolisée par Pie VII et l’univers républicain duquel il est issu. Seule la haute croix que tient le cardinal Caselli au centre marque le point de rencontre entre ces deux entités.

Toutefois, si solennité il y a, le tableau ne reflète aucun sentiment religieux. Tant il vrai aussi que David, peut-être d’ailleurs inspiré en la circonstance par les compositions plus fastueuses que sacrées de Véronèse (Les Noces de Cana), était sans doute réticent envers l’évolution d’un régime auquel il ne croyait pas. Je savais bien que nous n’étions pas assez vertueux pour être républicains, avait-il dit au moment du coup d’État de brumaire. S’il avait originellement prévu de peindre une sorte de héros se couronnant dans un geste grandiloquent, il semble avoir finalement réduit son œuvre à un tour de force évoquant la somptuosité et la grandeur du nouveau faste impérial.

Interprétation

Ambitionnant d’être le principal peintre du temps, David, nommé Premier peintre le 18 décembre 1804, avait été chargé de représenter les moments forts de la cérémonie du sacre. Outre ce couronnement, il avait à peindre la distribution des aigles, l’arrivée à l’Hôtel de Ville et l’intronisation de Napoléon. Seuls les deux premiers furent réalisés.

David eut aussi pour mission de léguer à la postérité le témoignage de la légitimité du pouvoir impérial. Célébrer consistait à célébrer la nouvelle dynastie. De même que Rubens avait représenté le couronnement de Marie de Médicis, acte qui donna à la régence toute sa légitimité, David immortalisa le couronnement de l’empereur, qui dans l’imaginaire national est aujourd’hui indissociable du chef-d’œuvre du Louvre. En ce sens, le tableau de David est bien une œuvre de propagande, comme toute la production de l’époque napoléonienne. Mais si la composition s’identifie à l’Empire, elle n’en demeure pas moins avant tout un répertoire des personnalités du régime, David faisant en quelque sorte œuvre d’historien. Personne ne perçoit en effet qu’il s’agit avant tout d’un tableau sacré, à l’égal des représentations des souverains médiévaux peints dans les manuscrits. Napoléon lui-même avait dû pressentir le tour de force puisqu’il déclara à l’auteur lors de l’exposition de l’œuvre au Salon de 1808 : Je vous salue, David.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème