Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours)

Par Elsa CoupardEnseignante d'histoire-géographie de l'Académie d'Aix-Marseille

# Présentation

A travers plusieurs sujets datant de 1948 à 2006, on revient sur l'historique du conflit israélo-arabe et israélo-palestinien, pour comprendre les enjeux qui agitent aujourd'hui encore cette zone du Proche-Orient.

    nbsp;

Place dans le programme

  • Terminale > Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques : Faire la guerre, faire la paix : formes de conflits et modes de résolution
  • Terminale > Histoire : La multiplication des acteurs internationaux dans un monde bipolaire

Objectifs pédagogiques

  • Faire la critique d'un document vidéo.
  • Comprendre les enjeux du conflit israélo-arabe, de 1948 à nos jours.

Durée estimée de l'activité

3 à 4 heures pour étudier tous les documents vidéos, mais chaque vidéo peut-être étudiée séparément en une vingtaine de minutes.

Chronologie

  • 1948-49 : Guerre israélo-arabe de 1948-1949
  • 1956 : Crise du canal de Suez
  • 1967 : Guerre des Six Jours
  • 1973 : Guerre de Kippour
  • 1978 : Accords de Camp David
  • 1982 : Guerre du Liban
  • 1987 : Début de la Première Intifada
  • 1991 : Guerre du Golfe
  • 1993 : Accords d'Oslo
  • 2000 : Sommets de Camp David II, puis début de la Seconde Intifada
  • 2003 : Feuille de route pour la paix et Initiative de Genève
  • 2005 : Application du Plan de désengagement des territoires occupés
  • 2006 : Opération pluie d'été sur la bande de Gaza
  • 2006 : Deuxième guerre du Liban

# Activités

# Les guerres israélo-arabes

La difficile naissance d'Israël

Depuis la fin du XIXe siècle, un mouvement appelé "sionisme" milite pour la création d'un état juif en Palestine. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le génocide dont les juifs ont été victimes en Europe rend indispensable et légitime la création d'un Etat-refuge où ils seraient chez eux. En novembre 1947, l'ONU propose un plan de partage de la Palestine en deux Etats, l'un juif, l'autre arabe, Jérusalem étant internationalisée. Le 14 mai 1948, dès que les Britanniques quittent la Palestine - qu'ils occupaient par mandat depuis 1917 - David Ben-Gourion proclame à Tel-Aviv la naissance d'Israël. Aussitôt la guerre éclate entre le nouvel Etat et les pays arabes qui l'entourent.

# La première guerre israélo-arabe (1948)

question 1

Quelles sont les deux forces qui s'opposent dans le désert du Neguev ?

question 2

Quel camp remporte cette guerre ? Comment est-ce montré dans le reportage ?

question 3

Quelle est la particularité de l'armée d'Israël, toujours valable aujourd'hui, que l'on peut voir dans ce reportage ?

La guerre "d'indépendance" d'Israël (1948-1949) oppose Israël à l'Egypte, la Jordanie, la Syrie, le Liban et l'Irak. L'armée israélienne, Tsahal, écrase les forces arabes, inexpérimentées et divisées. Pour les Palestiniens (Arabes de Palestine), cette défaite est appelée la Nakba ("catastrophe" en arabe) : un million d'entre eux se réfugient dans les pays voisins. Les territoires qui auraient dû constituer un Etat palestinien sont soit annexés par Israël, soit rattachés à la Jordanie (Cisjordanie) et à l'Egypte (Gaza). La ville de Jérusalem est divisée en deux. Aucune paix n'est signés entre Israël et les Etats arabes, qui ne reconnaissent pas l'existence de l'Etat juif.

# La Crise de Suez (1956)

question 4

Où a lieu l'intervention franco-britannique ?

question 5

Quels sont les moyens militaires mis en oeuvre par la coalition franco-britannique ? Vous semblent-ils importants ?

question 6

Qui est Nasser ? Comment est-il présenté dans le commentaire ?

question 7

Les dernières images (des vues du canal) montrent (sans vraiment l'expliquer) la cause de l'offensive franco-britannique de Suez : quelle est-elle ?

La crise de Suez est une crise complexe, qui croise plusieurs intérêts politiques et financiers. En 1956, l'Egypte de Nasser nationalise le canal de Suez. Israël, soutenu activement par la France et le Royaume-Uni, attaque l'Egypte pour protéger le canal et éliminer Nasser (ce dernier étant considéré par la France comme un ennemi, car accusé de soutenir la lutte du FLN en Algérie). Israël envahit rapidement le désert du Sinaï et atteint le canal par l'est, tandis que la France et le Royaume-Uni prennent plus difficilement pied dans les ports de Port Saïd et Port Fouad. Mais très vite, sous la pression de l'ONU, et plus encore des Etats-Unis et de l'URSS, la France et le Royaume-Uni sont priés de rentrer chez eux, et Israël doit abandonner ses positions du Sinaï.

L'opération se solde par un échec pour la France et le Royaume-Uni : les deux anciennes puissances coloniales sont en déclin sur la scène internationale ; ce sont les deux superpuissances - URSS et Etats-Unis - qui vont dicter l'équilibre mondial de l'après-guerre. Quant à Israël, si son armée a dû abandonner le Sinaï, elle a prouvé une nouvelle fois sa force militaire.

# La guerre des Six-Jours (1967)

question 8

Contre quels pays arabes Israël lance une offensive simultanée, le 5 juin 1967 ?

question 9

L'offensive en Egypte : Pourquoi la bande de Gaza est-elle difficile à conquérir pour Israël ?

question 10

Quel pays proclame son soutien aux pays arabes en guerre contre Israël ?

question 11

Au final, le reportage nous explique-t-il les causes de la guerre des Six-Jours, guerre-éclair dont Israël sort largement victorieuse  ?

La guerre des Six-Jours est déclenchée en 1967 à l'initiative d'Israël, après que trois de ses voisins coalisés (l'Egypte, la Syrie et la Jordanie) aient bloqué le golfe d'Aqaba, seule ouverture d'Israël sur la Mer Rouge, prélude à un blocus du pays. Israël attaque pour rompre cet encerclement. L'armée israélienne remporte une victoire écrasante, et conquiert Gaza, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et le Sinaï, qu'on appelle dorénavant les "territoires occupés", et dans lesquels vivent 2,5 millions d'arabes. L'ONU condamne cette occupation par Israël par la résolution 242, adoptée en novembre de la même année, mais le flou lié à l'interprétation de cette résolution fait qu'elle n'est pas vraiment appliquée. A la suite de la guerre des Six-Jours, les relations entre Israël et les pays arabes voisins sont plus mauvaises que jamais, ce qui aboutit à la guerre du Kippour en 1973.

# La guerre du Kippour (1973)

question 12

Est-ce que les deux camps qui s'opposent sont montrés dans le reportage ?

question 13

Où se situent les combats que l'on voit à l'image ? S'agit-il réellement de scènes de combat ?

question 14

Que pouvez-vous dire du reportage lui-même ? (ton, commentaire, images, silences...)

Le 6 octobre 1973, le jour du jeûne de Yom Kippour (Grand Pardon) en Israël, Egyptiens et Syriens lancent une attaque surprise et conjointe au nord et au sud d'Israël, pour reprendre leurs territoires occupés (Golan et Sinaï) et laver l'affront de la guerre des Six-Jours. Le début de l'offensive est favorable à l'Egypte et à la Syrie, mais Israël - aidé militairement par les Etats-Unis, tandis que l'URSS soutenait l'Egypte avant de se retirer - reprend bientôt l'avantage. Le conseil de sécurité des Nations-Unies contraint le 22 octobre les pays engagés dans le conflit à cesser le combat, et un accord de paix est signé (pour la première fois entre Israël et les pays arabes). En représailles à l'aide américaine apportée à Israël pendant la guerre, les pays arabes membres de l'OPEP décrètent un embargo sur le pétrole à destination des pays occidentaux, ce qui aboutit au choc pétrolier de 1973.

# Les accords de Camp-David (1978) : Vers la paix ?

question 15

Qui sont les trois protagonistes des accords de Camp David ? Quelle est leur fonction ?

question 16

Quelle est l'image forte du reportage ? Comment le journaliste qualifie-t-il cette image ?

question 17

En quoi consistent les accords de Camp David ?

En 1977, à la surprise générale, le président égyptien Anouar el-Sadate répond à l'invitation du Premier ministre israélien Menahem Begin et se rend en visite officielle à Jérusalem, ouvrant ainsi la porte à un accord bilatéral Egypte-Israël. Sous l'égide du président américain Carter, qui souhaite relancer le processus de paix au Proche-Orient, Israël et l'Egypte signent un accord de paix, mettant fin à trente ans de relations conflictuelles entre les deux pays. C'est un accord historique, pour lequel Sadate et Begin reçoivent le prix Nobel de la Paix en 1978. Concrètement, l'Egypte obtient de récupérer le Sinaï (occupé par Israël depuis la guerre des Six-Jours), tandis qu'Israël maintient sa domination sur la Cisjordanie. Cependant, les accords de Camp David sont très mal accueillis dans les autres pays arabes, qui accusent l'Egypte de briser l'unité arabe et de se désolidariser de la cause palestinienne.

# Le face-à-face israélo-palestinien

Si les relations entre Israël et ses voisins arabes se normalisent au cours des années 80 et surtout 90, la question palestinienne prend de l'ampleur à partir des années 60, avec la création de l'OLP, et demeure aujourd'hui le principal obstacle à la paix au Proche-Orient.

# La guerre du Liban (1982)

question 18

Depuis combien de temps l'offensive contre le Liban est-elle lancée au moment du reportage ? Quels sont les résultats déjà obtenus par Israël ?

question 19

Voit-on des scènes de combat sur ces images ? Que voit-on ?

A partir de 1982, la guerre du Liban est d'une autre nature que les guerres israélo-arabes menées jusqu'alors. L'opération "Paix en Galilée" déclenchée par Israël a pour but de lutter contre les attaques de l'OLP depuis le Liban, et d'établir une zone de sécurité au sud du pays, pour protéger la frontière israélienne. L'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) a été créée en 1964. Elle prend de l'importance après la guerre des Six-Jours de 1967, quand Israël occupe et implante des colonies à Gaza et en Cisjordanie, où vivent de nombreux Palestiniens. Yasser Arafat devient président de l'OLP à partir de 1969. Soutenue par la plupart des Etats arabes, elle réclame la création d'un Etat palestinien par tous les moyens, y compris le terrorisme. D'abord basée en Jordanie, l'OLP s'est installée à partir de 1970 à Beyrouth, capitale d'un Liban alors en pleine guerre civile. De là, l'OLP a pu développer de véritables camps d'entraînement militaire, stocker armes et munitions, et préparer des opérations militaires contre l'Etat hébreu. Pour Israël, la guerre au Liban poursuit donc deux objectifs : frapper le centre du pouvoir palestinien à Beyrouth et isoler les forces palestiniennes en leur interdisant toute retraite.

# Les accords d'Oslo (1993)

question 20

Quel est le "geste" que tout le monde attend et qui ouvre le reportage ?

question 21

Que prévoient les accords d'Oslo ?

question 22

Que laisse entendre le journaliste à la fin du reportage ?

De décembre 1987 à septembre 1993, l'affrontement entre Israéliens et Palestiniens prend un autre visage : les jeunes Palestiniens des territoires occupés déclenchent contre l'armée israélienne la "guerre des pierres" (Intifada), qui conduit Israël, dirigé par Yitzhak Rabin, à admettre l'idée de paix. De son côté, l'OLP a modifié sa politique : elle reconnaît Israël en 1988 et condamne le recours au terrorisme. Ces conditions favorables conduisent à l'accord de paix israélo-palestinien d'Oslo signé le 10 septembre 1993, qui aboutit à la reconnaissance mutuelle d'Israël et de l'OLP et à la poignée de mains entre Arafat et Rabin devant le président américain Clinton, à la Maison-Blanche, le 13 septembre.

# L'enlisement du processus de paix après 1993

question 23

Où se situe le reportage ? Pourquoi cette ville est-elle très importante ?

question 24

Les témoins israéliens et palestiniens interrogés sont-ils déçus de l'échec des négociations de Camp David II ? Que revendiquent-ils ?

question 25

D'après les témoignages, un accord entre les deux camp semble-t-il possible ? Que pensez-vous de la conclusion du journaliste ?

Les accords d'Oslo de 1993 étaient porteurs d'espoir pour la paix. Mais un de ses principaux artisans, Yitzhak Rabin, est assassiné par un extrémiste juif en 1995. Le faucon du Likoud (parti de droite israélien), Benyamin Netanyahou, devient premier ministre en mai 1996, et le travailliste Ehud Barak, élu en mai 1999, ne réussit pas à convertir ses compatriotes à la paix. Depuis, la politique agressive d'Ariel Sharon, la construction du mur et la reprise de l'Intifada ont laissé deux nations face à face, et un Yasser Arafat de plus en plus contesté, même par les siens. Son décès à Paris le 11 novembre 2004 ouvre une ère pleine d'incertitudes.

# La nouvelle donne depuis 2005

La nouvelle donne à partir de 2005 s'incarne d'abord dans l'élection du président palestinien modéré Mahmoud Abbas en janvier 2005, et la prise de fonction par intérim du premier ministre israélien Ehoud Olmert en janvier 2006 (hospitalisation d'Ariel Sharon). Elle se concrétise ensuite dans la mise en oeuvre d'une 3e voie, celle du retrait unilatéral par Israël de certains territoires occupés, dans lesquels le face à face des Palestiniens et des colons israéliens (parfois implantés illégalement) favorise des flambées de violence. En effet, depuis 1967, la question des territoires occupés est une des principales pommes de discorde entre les deux camp. Sous la pression internationale, le gouvernement israélien entend faire un geste envers les Palestiniens. Gaza est donc évacuée en septembre 2005, malgré l'hostilité des nationalistes juifs.

Le décès de Yasser Arafat et le désengagement de l'armée israélienne de Gaza n'ont pas créé un nouvel ordre palestinien. A l'inverse, on assiste aux élections législatives palestiniennes de 2006 à la victoire du Hamas (hostile à la reconnaissance d'Israël), puis à de sanglants affrontements entre le Fatah de Mahmoud Abbas (soutenu par l'Arabie Saoudite et la Jordanie) et le Hamas d'Ismail Haniyeh (soutenu par l'Iran et la Syrie). La Palestine est victime des sanctions financières imposées par l'Occident depuis la victoire des islamistes, et des propositions d'aide intéressée de l'Iran et de la Syrie. En juillet 2006, le Liban, qui abrite l'organisation islamique Hezbollah, entre à nouveau dans le conflit israélo-palestinien, quand Israël lance une guerre de 34 jours contre le Hezbollah au sud-Liban à la suite d'une attaque terroriste. Puis, à partir de 2007, c'est Gaza qui cristallise toutes les tensions et devient le symbole de l'injustice du conflit israélo-palestinien : la région, dirigée par le Hamas, est victime du blocus d'Israël, et ne peut compter que sur l'aide humanitaire pour sa survie.

# L'opération "Main tendue aux frères" (2005)

question 26

Que se passe-t-il dans la bande de Gaza, en août 2005 ?

question 27

Que font certains colons avant d'abandonner leurs maisons et leurs voitures ? Pourquoi ?

question 28

Comment réagissent à l'événement les groupes d'Israéliens que l'on voit dans le reportage ? Et les Palestiniens ? Semble-t-on aller vers la paix ?

# Le regain de tension

question 29

Quel sont les objectifs militaires d'Israël au Liban ?

question 30

Quelle est la cause du déclenchement de cette guerre selon le commentateur ?

question 31

Quelle est la conséquence de la guerre pour les Occidentaux qui vivent au Liban ?

question 32

Le reportage prend-t-il parti pour l'un ou l'autre camp ?

# Ressources

# Bibliographie sélective

  • Le Monde (Dir.), Israël-Palestine : une terre, du sang, des larmes, Ed. J'ai Lu - Coll. Librio), 2007.
  • Baron, Xavier. Les Palestiniens. Genèse d'une nation, Seuil, Coll. Points, 2003.
  • Laurens, Henry, Paix et guerre au Moyen-Prient, Armand Colin, 2005.
  • Morris, Benny, Victimes, histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Ed. Complexe, 2003.

# Filmographie

  • Pour Sasha, Alexandre Arcady, 1990.
  • Intervention divine, Elia Suleiman, 2002.
  • The Bubble, Eytan Fox, 2003.
  • O Jerusalem, Elie Chouraqui, 2005.
  • Paradise Now, Hany Abu-Assad, 2005.
  • Valse avec Bachir, Ari Folman, 2008.
  • D'une seule voix, Xavier de Lausanne, 2009.
  • Le temps qu'il reste, Elia Suleiman, 2009.