Frontières et migrations

Frontières et migrations

Par Valérie Morin, Enseignante d’Histoire Géographie, professeure-relais pour l’académie de Paris au Musée national de l’Histoire de l’immigration Publication : 17 févr. 2016, Mis à jour : 07 oct. 2020

# Présentation

Ce parcours pédagogique thématique a été proposé en parallèle de l’exposition temporaire Frontières, présentée au Musée national de l’histoire de l’immigration du 10 novembre 2015 au 29 mai 2016.

Retrouvez ce parcours sur le site du musée de l’histoire de l’immigration.

Les mobilités humaines ont toujours existé et elles se sont intensifiées avec le développement des transports modernes. À la fin XIXe siècle, près de 10% de la population mondiale a connu l’émigration, les Européens étant les plus représentés. Aujourd’hui, les migrations internationales représentent environ 3% de la population mondiale et les flux prennent place essentiellement entre pays du Sud. Les pays de départ et les causes des migrations internationales se sont diversifiés : raisons économiques, conflits et persécutions, flux de réfugiés politiques, ou de plus en plus climatiques, études supérieures et « fuite des cerveaux », rapprochements familiaux… Bien que les pays d’accueil se soient également diversifiés, l’Europe demeure une destination rêvée ou privilégiée pour beaucoup d’étrangers, attirés par le niveau et les conditions de vie, la paix et le modèle politique, les opportunités de réussite et d’ascension sociale… Parallèlement à un effacement des frontières à l’intérieur de l’Union européenne avec la création de l’espace Schengen, un phénomène de contrôle et de surveillance des frontières au contact avec les autres pays se renforce. La lutte contre l’immigration clandestine s’intensifie aux frontières orientales et méridionales de l’Union européenne avec l’aide de certains pays de départ. Les migrants se voient contraints à prendre de plus en plus de risques, souvent au péril de leur vie. Cette situation se reproduit ailleurs dans le monde comme à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

     

Place dans le programme

  • Première > Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques : Etudier les divisions politiques du monde : les frontières
  • Terminale > Géographie : L’Union européenne dans la mondialisation : des dynamiques complexes
  • Seconde générale et technologique > Géographie : Des mobilités généralisées

Cette piste pédagogique peut également être adaptée pour les programmes suivants :

  • CAP > Géographie : Transports et mobilités
  • Quatrième > Géographie : Les mobilités humaines transnationales
  • Troisième > Histoire : Françaises et Français dans une République repensée > Femmes et hommes des années 1950 aux années 1980

Objectifs pédagogiques

  • Analyser et critiquer un document vidéo
  • Appréhender les rapports entre les frontières et l’émigration - immigration. Aborder la notion de frontière comme un espace qui s’efface mais aussi qui sépare
  • Comprendre les enjeux politiques qui se mettent en place autour de la construction et la défense des frontières face aux flux migratoires

Durée de l'activité

2 heures.

Problématique

  • Comment caractériser le passage des frontières ?
  • Quelle est la politique mise en place par les pays de l’Union européenne vis-à-vis de l’immigration ?

# L'espace Schengen

Les pays de la Communauté Economique Européenne (CEE) ont signé le 14 juin 1985 dans la ville luxembourgeoise de Schengen des accords adoptant le principe de libre circulation intérieure des biens et des personnes, entre pays européens signataires des accords. Aujourd’hui, l’espace Schengen regroupe 26 Etats européens : 22 sont membres de l’Union Européenne et 4 ne le sont pas. Il s’agit de la Norvège, de l’Islande, de la Confédération Helvétique et du Liechtenstein. A l’inverse, le Royaume-Uni et l’Irlande ont refusé de signer l’accord et quatre nouveaux entrants, la Bulgarie, la Roumanie, la Croatie et Chypre n’y sont pas encore intégrés.

L’espace Schengen supprime les barrières douanières et les contrôles aux frontières entre pays signataires, permettant ainsi à plus de 400 millions d’Européens de circuler librement, tout en définissant de nouvelles frontières extérieures qui doivent être surveillées et contrôlées. Cela implique des dispositions concernant une politique commune sur le séjour temporaire des personnes (dont le visa Schengen, jusqu'à trois mois), l'harmonisation des contrôles aux frontières extérieures, une coopération policière transfrontalière et une coopération judiciaire.

# Activité : L'espace Schengen

Visionner les vidéos et répondre aux questions

question 1

À partir de ces deux vidéos, définissez ce qu’est l’espace Schengen (date de création, objectifs, mise en place) ?

question 2

Quelles sont les personnes qui peuvent circuler librement à l’intérieur de l’espace Schengen ?

question 3

Quelles sont les personnes qui sont arrêtées aux frontières de l’espace Schengen ?

question 4

Quels sont les moyens mis en œuvre pour stopper l’immigration aux frontières de l’espace Schengen ?

# Franchir les frontières

La mise en place de l’espace Schengen a eu une double conséquence. Elle a déplacé les frontières aux marges européennes, transformant la Méditerranée en barrière mortelle pour les migrants venant d’Afrique ou du Moyen-Orient. Le renforcement des frontières de l’espace Schengen, notamment la fermeture des enclaves espagnoles au Maroc, Ceuta et Melilla, oblige les migrants à emprunter des routes de plus en plus dangereuses. La plus risquée est la route par la Libye et les îles italiennes (Lampedusa, Sardaigne, Sicile) ou Malte. On compte près de 6000 morts entre 1993 et 2012. Le détroit de Gibraltar est la troisième voie la plus dangereuse avec 2425 morts. Plus récemment les migrants venant de Syrie ou de la Corne de l’Afrique (Erythrée, Somalie) passent par la Turquie et les îles grecques. L’Italie, directement impactée par le flux migratoire, a essayé de mettre en place une opération humanitaire et militaire appelée « Mare Nostrum », à partir d’octobre 2013, pour venir en aide aux migrants et secourir les naufragés. Cette opération a permis de sauver la vie de 150 000 à 200 000 personnes (Chiffres UNHCR). En novembre 2014, elle a été remplacée par « l’opération Triton » mise en place par l’UE, moins coûteuse, mais axée essentiellement sur la surveillance.

Ce nouvel espace a aussi ouvert les frontières intérieures. Les Européens ont donc pu envisager l’espace européen comme unifié et les migrations internes ont ainsi été facilitées. Cela a conduit à la création de véritables flux transfrontaliers où le passage d’un pays à l’autre n’offre plus d’obstacle outre celui de la langue et de l’administration. Aller travailler dans un autre pays européen est parfois devenu un mode de vie quotidien pour certains travailleurs que l’on appelle « transfrontaliers ».

# Activité : L'immigration clandestine en Europe

Visionner les vidéos et répondre aux questions

question 1

Localisez sur le fonds de carte ci-dessous :

  • le détroit de Gibraltar
  • l’île de Lampedusa
  • l’enclave espagnole de Melilla au Maroc
  • l’Espagne
  • la Libye
carte de l'europe

question 2

Quelle population est la plus nombreuse à migrer vers Europe depuis la Méditerranée ?

question 3

Quels sont les motifs d’émigration ?

# Activité : Le mur américano-mexicain

La frontière américano-mexicaine qui court sur 3200 km est la plus traversée du monde. À partir de 1994, date d’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, elle a été progressivement renforcée par la construction d’un mur qui fait aujourd’hui près de 1700 km de long. Les événements du 11 septembre 2001 ont abouti à l'adoption du Secure Fence Act et l’augmentation de 145 % du budget consacré à la sécurité frontalière. Le mur se double d’une surveillance vidéo, de patrouilles et même de survol par des drones. Le renforcement de la surveillance de cette frontière pousse les migrants à tenter le passage dans l’immensité du désert d’Arizona et du Texas où des milliers de cadavres ont été retrouvés. Selon Enrique Morones, de l’ONG Border Angels, 10 000 clandestins y ont laissé leur vie depuis 1994.

La majorité des candidats à la traversée sont des hommes, mais il y a aussi des femmes et des enfants. Selon le Pew Hispanic Center de Washington, plus de 700 000 Mexicains tenteraient chaque année de passer la frontière illégalement et près de la moitié y parviendrait.

question

À partir des trois vidéos sur l'immigration clandestine, complétez le tableau

Comment est matérialisée la frontière ? Quels sont les moyens utilisés pour franchir la frontière ? Quels sont les dangers du franchissement de la frontière ?
Vidéo sur la Méditerranée
Vidéo sur Melilla
Vidéo sur l’immigration mexicaine aux Etats-Unis

# Activité : Les migrations de travailleurs à l’intérieur de l'Union européenne

Visionner les vidéos et répondre aux questions

question 1

Quelles sont les nationalités concernées par ces migrations ? A quel continent appartiennent-elles ?

question 2

Quelles sont les raisons des migrations ?

question 3

Quelles sont les difficultés rencontrées par les migrants ?

# Travail de synthèse

Rédigez une quinzaine de lignes répondant à la question suivante : quelles sont les personnes qui migrent dans le monde aujourd’hui et pourquoi ? À votre avis, les frontières peuvent-elles arrêter les flux migratoires ?