Les mémoires de la guerre d’Algérie

Par Christophe Gracieux, Professeur agrégé en classes préparatoires littéraires au lycée Watteau (Valenciennes)Publication : 08 juin 2018, Mis à jour : 09 mars 2020

# Présentation

Dès la fin de la guerre qui a entraîné l’indépendance de l’Algérie en 1962, les mémoires de ce conflit n’ont cessé d’agiter les sociétés française et algérienne, en dépit de la mise en place rapide de « mécanismes de fabrication de l’oubli » de la guerre (Benjamin Stora, La Gangrène et l’oubli, Le Seuil, 1991). Près de soixante ans après la fin d’une guerre que l’État français se refusait à reconnaître officiellement, ses mémoires demeurent encore très vives. Elles sont en effet plurielles. On peut notamment distinguer celle des pieds-noirs, celle des harkis et de leurs descendants, celle des appelés du contingent et celle des immigrés algériens. Ces différentes mémoires se sont fréquemment heurtées depuis 1962. Face à ces mémoires plurielles et souvent antagonistes, les historiens s’efforcent d’écrire une histoire de la guerre d’Algérie distanciée. Mais leur travail n’est guère aisé et a régulièrement suscité des polémiques.

Ce parcours pédagogique s’intéresse aux mémoires de la guerre d’Algérie et à leur évolution depuis 1962, ainsi qu’au rôle de l’historien dans l’affrontement de ces mémoires. Dans un premier temps, il montre comment la mémoire de la guerre d’Algérie a été progressivement reconnue par les pouvoirs publics français depuis la fin des années 1990 après avoir été longtemps occultée. Dans un second temps, les différentes mémoires de la guerre d’Algérie sont étudiées et confrontées. La dernière partie du parcours traite de l’écriture de l’histoire de la guerre d’Algérie et du travail de l’historien de mise à distance des mémoires de ce conflit.

     

Place dans le programme

  • Terminale > Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques : Histoire et mémoires
  • Troisième > Histoire : Le monde depuis 1945 > Indépendances et construction de nouveaux États
  • Terminale > Histoire : La multiplication des acteurs internationaux dans un monde bipolaire > La France : une nouvelle place dans le monde

Cette piste pédagogique peut également être adaptée pour les programmes suivants :

  • Terminale technologique > Histoire : Du monde bipolaire au monde multipolaire

Objectifs pédagogiques

  • Comprendre l’évolution des mémoires de la guerre d’Algérie depuis 1962.
  • Connaître les différentes mémoires de la guerre d’Algérie.
  • Comprendre le travail de l’historien sur les mémoires d’un conflit.
  • Distinguer histoire et mémoire.
  • Exploiter un document audiovisuel : prélever, hiérarchiser et confronter des informations dans ce document.

Durée de l'activité

Ce parcours peut être réalisé en trois ou quatre séances d’une heure, en classe ou en salle informatique, ou bien à la maison. Il peut également être adapté par l’enseignant en fonction de ses souhaits et du temps disposé.

# Partie 1. L’État et la mémoire de la guerre d’Algérie

Cette partie traite de la reconnaissance progressive de la mémoire de la guerre d’Algérie par l’État français depuis la fin des années 1990. Auparavant cette mémoire avait été totalement occultée jusqu’au début des années 1980, les pouvoirs publics refusant de parler de « guerre », adoptant plusieurs lois d’amnistie (en 1964, 1966, 1968 et 1982) et censurant certaines œuvres consacrées à la guerre (interdiction de la diffusion de La Bataille d’Alger : voir La bataille d'Alger, film de Gillo Pontecorvo, censuré en France). Puis à partir des années 1980 la mémoire de la guerre d’Algérie était sortie de l’oubli, portée notamment par la quête de reconnaissance des enfants de harkis et d’immigrés algériens.

La mémoire de la guerre par les autorités algériennes est quant à elle abordée par un extrait du discours prononcé par le président de la République Abdelaziz Bouteflika devant l’Assemblée nationale française en juin 2000.

question 1

Qu’a décidé l’Assemblée nationale ?

question 2

En quelle année les soldats ayant combattu en Algérie ont-ils obtenu la carte d’ancien combattant ?

question 3

Pourquoi la reconnaissance de la guerre a-t-elle été si tardive ?

question 4

Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les anciens combattants d’Algérie ?

question 5

Que commémore ce monument ?

question 6

Quel lien a Jacques Chirac avec la guerre d’Algérie ?

question 7

D’après Jacques Chirac quelles ont été les réactions des soldats à leur retour d’Algérie ?

question 8

Combien de victimes la guerre d’Algérie a-t-elles faites ?

question 9

Que prévoit la proposition de loi adoptée par le Sénat ?

question 10

Expliquez pourquoi la date du 19 mars fait polémique.

question 11

Citez deux groupes opposés à la commémoration du 19 mars 1962.

question 12

Quelle date avait été préalablement choisie pour commémorer la fin de la guerre d’Algérie ?

question 13

Qui était Maurice Audin ?

question 14

Montrez que le discours de François Hollande marque un tournant important dans la reconnaissance des violences commises en Algérie.

question 15

Quelles sont les réactions des parlementaires algériens au discours de François Hollande ?

question 16

Montrez la portée historique du discours d’Abdelaziz Bouteflika.

question 17

Rapprochez ce discours de celui prononcé douze ans plus tard par le président français François Hollande en Algérie (voir Discours de François Hollande pendant sa visite officielle en Algérie en 2012).

question 18

Citez les acteurs qui s’opposent à la visite du président algérien en France.

# Partie 2. Des mémoires plurielles et concurrentes

Les mémoires de la guerre d’Algérie sont plurielles. Il y a celle des pieds-noirs et de leurs descendants, celle des harkis et de leurs descendants, celle des appelés du contingent et celle des immigrés algériens. Ces mémoires se concurrencent et entrent parfois en conflit.

La mémoire de la torture par l’armée française pendant la guerre d’Algérie a par ailleurs resurgi au premier plan au début des années 2000.

question 1

À l’aide du document ainsi que de la vidéo Les rapatriés d'Algérie, montrez que le rapatriement d’Algérie a constitué un traumatisme pour les pieds-noirs.

question 2

Quels sont les trois lieux de mémoire des pieds-noirs à Perpignan présentés dans le reportage ?

question 3

Décrivez la stèle édifiée dans un cimetière de Perpignan.

question 4

Montrez que Jacky Malléa et son épouse ont des positions antagonistes à celle des deux femmes pieds-noirs présentées au début du reportage.

question 5

Pourquoi d’après Benjamin Stora la commémoration du 19 mars 1962 n’est-elle pas consensuelle ?

question 6

Quel est le bilan humain de la guerre d’Algérie selon Benjamin Stora ?

question 7

Expliquez les conditions du service militaire effectué par Jean-Paul Grauffel en Algérie.

question 8

Relevez dans le sujet une référence à la torture.

question 9

Montrez que les appelés ayant servi lors de la guerre d’Algérie se sont tus à leur retour.

question 10

Quelle action l’ancien appelé Georges Karpierz mène-t-il en faveur des anciens combattants d’Algérie ?

question 11

Combien d’appelés du contingent ont servi en Algérie ? Combien sont morts au cours de la guerre ?

question 12

Pour quelle raison des harkis ont-ils déposé plainte pour crime contre l’humanité ?

question 13

En vous aidant de ce reportage ainsi que du document Transit de harkis à Marseille en juin 1962, décrivez la situation des harkis en 1962.

question 14

Quelle a été l’action du lieutenant François Meyer à l’égard de ses soldats musulmans en Algérie en 1962 ?

question 15

Que commémore cette plaque ? Vous pouvez aussi visionner le document Les manifestations musulmanes du 17 octobre 1961 pour formuler votre réponse.

question 16

Montrez que la mémoire du 17 octobre 1961 divise profondément la classe politique française.

question 17

Décrivez les différentes méthodes de torture utilisées par des soldats français décrites dans le sujet.

question 18

Comment Louisette Ighilahriz a-t-elle échappé à la mort ?

question 19

Qui était le général Paul Aussaresses ?

question 20

Comment le général Aussaresses justifie-t-il le recours à la torture pendant la guerre d’Algérie ?

question 21

Quels exemples d’hommes ayant refusé la torture sont donnés par le présentateur Claude Sérillon ?

question 22

Comment le général Aussaresses justifie-t-il de n’avoir pas suivi l’exemple de ces hommes ?

# Partie 3. Écrire l’histoire de la guerre d’Algérie : l’historien et les mémoires de la guerre

Les historiens s’efforcent d’écrire l’histoire de la guerre d’Algérie. Les travaux historiques sur ce conflit se sont multipliés depuis le début des années 1990 avec l’ouverture des archives publiques, décidée en 1992 puis accélérée par une circulaire de 2001 (voir le texte sur le site Legifrance).

Le travail des historiens de la guerre d’Algérie n’est cependant pas aisé : leur approche distanciée du conflit se heurte souvent aux mémoires plurielles et concurrentes de la guerre, qui sont encore très vives sur les deux rives de la Méditerranée.

Deux grandes figures d’historiens de la guerre d’Algérie et de ses mémoires, tous les deux engagés, sont d’abord présentées dans cette partie : Pierre Vidal-Naquet et Benjamin Stora. La controverse sur la loi mémorielle du 23 février 2005 permet ensuite de traiter la question de l’enseignement de la colonisation et la pression exercée par une partie de la classe politique sur l’écriture de l’histoire de la présence française en Algérie.

question 1

Quelles ont été les raisons de l’engagement de Pierre Vidal-Naquet pendant la guerre d’Algérie ?

question 2

Quelle a été son action pendant l’affaire Maurice Audin ?

question 3

À quel modèle Pierre Vidal-Naquet rattache-t-il son engagement ? Pourquoi ?

question 4

Quels sont les différents groupes porteurs de la mémoire de la guerre d’Algérie d’après Benjamin Stora ?

question 5

Pourquoi la mémoire de la guerre d’Algérie a-t-elle été longtemps refoulée selon Benjamin Stora ?

question 6

Expliquez pourquoi la guerre d’Algérie a été « une guerre sans nom ». Vous pouvez aussi vous appuyer sur la vidéoLa reconnaissance de la guerre d'Algérie par la loi.

question 7

Quelles sont les trois séquences chronologiques du rapport des sociétés française et algérienne à la mémoire de la guerre d’Algérie entre 1954 et 1991 identifiées par Benjamin Stora ?

question 8

Quelle controverse a été déclenchée par la loi du 23 février 2005 ?

question 9

Comment le député Christian Vanneste justifie-t-il son amendement ?

question 10

Expliquez pourquoi les historiens s’opposent à l’article 4 de la loi du 23 février 2005.

question 11

Pourquoi le Parti socialiste a-t-il demandé l’abrogation de cet article ?

# Bibliographie

La guerre d’Algérie

  • BRANCHE Raphaëlle et THÉNAULT Sylvie, La Guerre d’Algérie, Paris, La Documentation française, « La Documentation photographique » n°8022, 2001.
  • BRANCHE Raphaëlle, La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Gallimard, 2001.
  • L’Histoire, « La guerre d’Algérie », Les Collections de L’Histoire n°15, 2002.
  • STORA Benjamin, Histoire de la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, La Découverte, 1993.
  • THÉNAULT Sylvie, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Flammarion, 2005.

Les mémoires de la guerre d’Algérie

  • CHARBONNIER Marc (dir.), « Histoire et mémoires de la guerre d’Algérie. Actes du colloque de Nanterre. 23 février 2017 », Historiens et Géographes n°440, p. 17-48.
  • DALISSON Rémi, Guerre d’Algérie. L’impossible commémoration, Paris, Armand Colin, 2018.
  • HARBI Mohammed, STORA Benjamin (dir.), La Guerre d’Algérie, 1954-2004. La fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004.
  • PERVILLÉ Guy, La Guerre d’Algérie. Histoire et mémoires, Bordeaux, CRDP, 2008.
  • STORA Benjamin, La Gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1991.

L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie

  • BRANCHE Raphaëlle, La Guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Le Seuil, 2005.
  • STORA Benjamin, Les Guerres sans fin. Un historien, la France et l’Algérie, Paris, Stock, 2008.
  • VIDAL-NAQUET Pierre, Face à la raison d’État. Un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1989.
  • VIDAL-NAQUET Pierre, Mémoires, tome 2, Paris, Le Seuil/La Découverte, 1998.