L’oeuvre et le paysage

Par Alexandre Boza, Enseignant d’histoire-géographie et cinéma-audiovisuel de l’Académie de ParisPublication : 19 juil. 2018, Mis à jour : 09 mars 2020

# Présentation

L’imaginaire contemporain de l’oeuvre d’art l’associe étroitement avec les lieux d’exposition que sont les galeries et les musées.

Toutefois cette vision est récente dans une histoire de l’art où les œuvres ont une grande présence au contact de leur public. C’est évidemment le cas de l’architecture qui marque l’emprise sur le territoire, mais également des œuvres qui s’inscrivent dans un espace (par exemple via le 1 % du budget des bâtiments publics dévolus à la commande artistique), où des artistes interviennent sur les paysages. Les œuvres ont une dimension matérielle, souvent monumentale dans le paysage.

L’art contemporain a renouvelé cette approche par l’art in situ qui pose le geste artistique comme moyen de changer le regard sur le paysage.

     

Place dans le programme

  • Quatrième > Histoire des Arts : La notion d'installation : quand le spectateur devient acteur
  • Seconde > Histoire des Arts
  • Première > Histoire des Arts
  • Terminale > Histoire des Arts
  • Terminale > Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques : Identifier, protéger et valoriser le patrimoine : enjeux géopolitiques

Objectifs pédagogiques

  • Se repérer dans le temps : construire des repères historiques.
  • Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués.
  • Comprendre un document.
  • Sensibiliser les élèves à la présence des œuvres d’art dans leur espace de vie.
  • Comprendre le geste artistique dans la variété de ses expressions.
  • Confronter différents foyers de création et différentes civilisation.
  • Etudier des œuvres d’art à l’aide d’un vocabulaire spécifique.
  • Exploiter un document audiovisuel : prélever, hiérarchiser et confronter des informations dans ce document.
  • Mettre en lien des documents audiovisuels, les œuvres d’art et des textes de référence.

Durée de l'activité

Trois heures.

# Partie 1. Le paysage comme oeuvre

Objectif

Cette première partie vise à questionner les élèves sur le statut d’oeuvre d’art, à se demander ce qui fait œuvre d’art lorsque l’on parle de paysage. On s’appuie sur la comparaison d’œuvres architecturales ainsi que sur l’observation de l’environnement immédiat des élèves pour construire avec eux la définition artistique et culturelle du paysage.

Notions

paysage / patrimoine / architecture / art in situ / jardin

Démarche

L’organisation de cette séquence peut partir de l’une des vidéos pour prendre les premières représentations sur l’oeuvre, puis organiser des groupes autonomes sur les autres œuvres à partir d’une même grille d’analyse.

Les deux premières questions visent à fixer un peu de vocabulaire d’analyse esthétique et historique : définir ce que sont les œuvres d’art comme forme. C’est également le moyen d’introduire à la diversité des métiers techniques et/ou à l’artisanat et à la réalisation matérielle de l’oeuvre. Enfin le 4e extrait permet de penser la diversité de composition des paysage. A une représentation visuelle, le document ajoute les autres dimensions sensorielles, souvent négligées, mais qui permettent de comprendre combien le paysage est un espace perçu et vécu.

Se pose la question de la réception de l’oeuvre ainsi produite, depuis la posture d’opposition à celle de valorisation ; ce qui importe c’est la prise de conscience par le public de sa place comme utilisateur/spectateur de cette œuvre.

Enfin, l’oeuvre d’art est une dimension de l’aménagement du territoire : par sa présence visuelle comme dans sa fonction sociale éventuelle.

# Vidéos et questions

question 1

En quoi chacune des œuvres présentées constitue une œuvre d’art ?

question 2

Dans quelle catégorie artistique pourrait-on classer chacune des œuvres ?

question 3

Quelles sont les différentes étapes de la réalisation de ces œuvres ?

question 4

Quelle est la perception par le public de ces œuvres ?

question 5

Quelle est la représentation de l’art donnée par les médias ?

# Questions sur le traitement médiatique des reportages

Ces questions permettent d’explorer la représentation des œuvres d’art véhiculées par le support média et de montrer comment le journaliste procède à des choix éditoriaux dans l’organisation de son sujet.

question 6

Qu’est ce qui plaît aux personnes interrogées sur l’oeuvre de Christo ?

question 7

L’oeuvre de Christo est-elle une prouesse ? Justifiez à l’aide d’exemple tirés du reportage.

question 8

Montrez que c’est la dimension patrimoniale des œuvres qui intéresse les reportages.

Bilan

Globalement, remarquons cependant que l’image montrée semble se suffire à la elle-même. La description est contenue dedans sans avoir besoin d’être dite par le recours à un vocabulaire esthétique spécifique. Le point commun à la majorité des reportages proposés est la faiblesse de l’approche formelle et esthétique des œuvres au profit d’une approche sociale.

# Activité

Les élèves vont réaliser des photographies d’oeuvres dans le territoire local et en écrire le cartel (titre, artiste, support, date, commanditaire éventuel) afin de percevoir la diversité des œuvres présentes dans l’espace public, depuis le 1% de tout établissement scolaire, en passant par les monuments les plus diffus (le monument aux morts, l’église locale, la mairie) et les plus rares dont le statut pourra être interrogé (les éventuels points de vue signalé sur les cartes, les sites remarquables portés par les offices du tourisme comme enjeu culturel dans la définition de l’espace local).

Il est possible d’insérer ces photographies dans une carte numérique en ligne en tant que productions qui permettent de saisir la dimension artistique, culturelle et patrimoniale d’un territoire.

# Partie 2. L’artiste et le paysage

Objectif

Cette deuxième partie vise à montrer comment le geste artistique se pose sur le paysage pour s’y fondre, le questionner ou le transformer. Le travail se déploie dans deux directions : le travail de l’artiste pour façonner un paysage ; le travail de l’artiste pour exprimer un paysage qu’il observe.

Démarche

Le paysage, qu’il soit urbain ou rural, est posé visuellement en fonction de l’oeuvre qui l’habite et qui oriente le regard. C’est la vision de l’espace par l’artiste, à la fois source d’inspiration et projection plastique des idées, des émotions.

Cette partie questionne d’avantage le geste de création artistique en distinguant :

  • gratuité / utilité - déjà rencontrée dans la première partie
  • conception / réalisation de l’oeuvre dans le cadre de l’oeuvre in situ et qui peut faire appel à une très grande économie de moyen mais qui le plus souvent appelle des corps de spécialistes variés dans le cadre de la réalisation.

# Vidéos et questions

question

Compléter le tableau en identifiant :

  • Le(s) créateur(s) de l’oeuvre ou des œuvres présentées dans chaque séquence (NB : il y a un piège !)
  • L’oeuvre présentée dans chaque séquence
  • Comment l’oeuvre est décrite par le commentaire de chaque séquence
  • Comment l’oeuvre est montrée et mise en image dans chaque séquence
1 2 3
Créateur
Identification de l’oeuvre
Description de l’oeuvre par le commentaire
Mise en perspective média

# Prolongements

L’étude peut être complétée dans le cadre d’une séquence d’Histoire des Arts par l’étude de propositions célèbres de représentation du paysage.

Ce peut être également une occasion pour apprendre le vocabulaire du paysage et comparer ces paysages à ceux proposés dans les séquences Lumni Enseignement (le jardin à la française de Le Nôtre, les jardins créatifs du festival des jardins de Chaumont-sur-Loire).

Le Concert champêtre, Giorgione

Le concert Champêtre
Le Titien ou Giorgione, Le Concert champêtre, 1509, huile sur toile, 105 x 136,5 cm, exposé au Louvre.

[Source image : wikimedia commons]

Le paysage de la Renaissance, moment où le thème du paysage commence à s’autonomiser des scènes religieuses mais genre dans lequel s’exprime toute la fascination pour la perfection de la nature qui conserve ainsi une dimension mystique.

Le Pont d’Argenteuil, Claude Monet

Le concert Champêtre
Claude Monet, Le Pont d’Argenteuil, 1874, huile sur toile, 60 x 80 cm, exposé au Musée d’Orsay.

[Source image : wikimedia commons]

Les impressionnistes choisissent de représenter un paysage proche du naturalisme, mais rehaussé par la subjectivité du peintre qui en souligne la dimension sensible. C’est également la proposition d’un paysage moderne avec la présence d’un viaduc de chemin de fer dont la diagonale structure le tableau.

Le Viaduc à L'Estaque, Georges Braque

Huile sur toile, 1908, 72,5 x 59 cm, Centre Georges Pompidou, Paris.

Voir le tableau sur le site du Centre Georges Pompidou.

Ce paysage fait le lien avec le paysage précédent et rend bien compte de la dimension esthétique du thème du paysage, en rupture avec l’idée d’une fidélité de la représentation et au profit d’une réflexion de l’artiste sur les conditions de représentation du paysage, et donc de la production d’un paysage qui n’est pas celui qui est, mais celui qu’on voit.

Alain Bublex, Plug-in City, 2000

Voir une image de l'oeuvre sur le site du Centre Pompidou et sur le site du Mac/Val de Vitry .

Le paysage est ici urbain mais surtout en changement perpétuel grâce au système des « Unités Mobiles d’Habitation ». Mais plus que de nous dire quelque chose sur le mythe moderne de la ville tentaculaire, Alain Bublex - qui fut un temps designer industriel et qui se place dans la filiation des architectes utopistes d’Archigram (voir Une nouvelle pensée de l'urbanisme : Archigram) - donne à penser les transformations des paysages.

Il accélère artificiellement ce mouvement qui fait qu’un paysage est toujours en changement, alors que ces transformations semblent imperceptibles.

# Conclusion

L’oeuvre s’impose dans le paysage autant qu’elle est exposée pour le public. On peut opérer une distinction entre ouvrage d’art et œuvre d’art mais la dimension monumentale implique dans les deux cas l’association de métiers, sous la conduite de l’artiste, pour réaliser l’oeuvre. On trouve l’association entre l’artisan et l’artiste, deux figures sociales qui se sont différenciées au moment de la Renaissance. Le paysage est une réalité matérielle et sensible, dont l’évidence est questionnée par les artistes avec les différents moyens plastiques à leur disposition.

# Bibliographie

  • «  L’art du paysage  », Textes et documents pour la classe, n°1012, mars 2011.

  • «  Qu’est-ce que le patrimoine ?  », Textes et documents pour la classe, n°1051, avril 2013.

  • Chantal Georgel, Le paysage depuis le milieu du XIXe siècle, Paris, Sceren, 2012.

  • Une définition du patrimoine sur le site Vie publique.

  • Voir également le scénario pédagogique pensé pour le Primaire (cycle 3,) L'Art in situ.