« Le Malade imaginaire » : l'influence de la farce et de la commedia dell'arte

« Le Malade imaginaire » : l'influence de la farce et de la commedia dell'arte

Par Cécile Le Chevalier, Professeur de Lettres Modernes au lycée Van Gogh (Ermont, 95), IAN Lettres de l’académie de VersaillesPublication : 27 mai 2021, Mis à jour : 28 mai 2021

Souvent présentée de nos jours comme une simple comédie en trois actes, Le Malade imaginaire comprenait, dans son état initial, non seulement la comédie proprement dite, mais également un prologue et trois intermèdes : des scènes chantées et dansées. Parmi les trois intermèdes, celui qui peut paraître le plus détaché de l’intrigue est sans doute le premier, qui met en scène Polichinelle dans un épisode burlesque et cocasse, mais sans lien réel avec l’intrigue. Quelle place cet épisode trouve-t-il dans le spectacle de la pièce ?

Ce contenu est réservé aux utilisateurs de la version éduthèque.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version éduthèque de Lumni depuis le portail Éduthèque

Se connecter à éduthèque