Le paradoxe du monologue dans « L’École des Femmes »

Le paradoxe du monologue dans « L’École des Femmes »

Par Lionel Garcia, professeur de Lettres au Lycée Marie Curie de VersaillesPublication : 30 mai 2022

Le monologue n’est-il qu’un simple ornement ou la mise en scène de la folie d’Arnolphe ? Si la prise de risque est maximale et le défi dramaturgique indéniable, il s’agit ici de comprendre ce choix a priori audacieux comme un moment privilégié de l’expression intérieure du personnage.

Ce contenu est réservé aux utilisateurs connectés.

Les enseignants et les élèves de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version complète de Lumni depuis leur ENT

Connexion