Vingt Minutes avec le président du Conseil, Guy Mollet (1) : prologue

Date de diffusion : 18 juin 1956

Le journaliste Pierre Sabbagh se présente à l'Hôtel Matignon afin de s'entretenir avec le président du Conseil Guy Mollet.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités françaises
Production :
INA
Page publiée le :
2003
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000052

Contexte historique

Par Philippe Tétart

Les hommes politiques français de la IVe République tardent à rompre avec leur méfiance vis-à-vis des médias audiovisuels. Guy Mollet est l'un des premiers à prendre conscience du rôle que joue la télévision dans la formation de son image publique et dans la présentation ou la défense de ses choix gouvernementaux. Ainsi, au printemps 1956, dans une situation politique tendue, surtout en raison de la guerre d'Algérie, il est soucieux de donner l'image d'un président du Conseil disponible et ouvert au dialogue avec les citoyens, désireux de les informer et de leur prouver la justesse de ses choix.

Lors de sa première allocution radiodiffusée et télévisée, le 4 février 1956, il déclarait qu'à côté du rôle informatif de la radio et de la presse, rien ne pouvait remplacer "le contact direct" que la télévision permettait d'établir avec les Français... Dans un premier temps, au mois de mars, avec Christian Pineau et Robert Lacoste, il évoque la question algérienne (Face à la vérité). Puis, en avril-mai, il reçoit pour la première fois les caméras de la RTF à Matignon, pour l'émission Vingt Minutes avec le président du Conseil conçue par le journaliste Pierre Sabbagh.

Éclairage média

Par Philippe Tétart

Ce sujet illustre la possibilité qu'offre la télévision, à partir du milieu des années 1950, de diffuser pour des téléspectateurs de plus en plus nombreux des émissions dans des lieux de pouvoir qui leur sont a priori inaccessibles. Ici, Pierre Sabbagh entre dans Matignon en toute décontraction, sans aucun contrôle. Situation improbable. Cette mise en scène insiste sur le privilège du journaliste de télévision : il va communément à la rencontre des gouvernants et de leur décor quotidien. Même logique théâtralisée lorsque Pierre Sabbagh s'entretient avec un huissier dont on précise, afin de souligner son sérieux, qu'il est en poste depuis 1935. Que dit l'huissier ? Que l'emploi du temps de Guy Mollet est chargé ; ce qui suggère in fine que l'accueil de la télévision - et avec elle des téléspectateurs - fait partie des priorités du président du Conseil.

Répondant aux questions calculées du journaliste, l'huissier souligne enfin la simplicité et l'aménité de Guy Mollet. Il n'y aurait en définitive rien de plus naturel que de venir discuter avec un Guy Mollet très accessible. C'est ce que la télévision veut faire croire au travers de cette réalisation, pour mieux souligner son pouvoir (dû à son crédit grandissant auprès des hommes politiques) et la qualité novatrice des programmes qu'elle offre aux Français.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème