vidéo - 

Conférence de presse du général de Gaulle du 15 mai 1962

Conférence de presse du général de Gaulle du 15 mai 1962

Date de diffusion : 15 mai 1962

Lors d'une conférence de presse, le général de Gaulle explique son refus d'une intégration politique européenne qui mettrait fin au système d'une Europe des Etats-nations.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2003
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000095

Contexte historique

Par Philippe Tétart

La question de la supranationalité dans la construction européenne a toujours engendré de vifs débats. Au début des années 1950, l'échec de la Communauté Européenne de Défense (CED) témoignait du rejet de l'Europe intégrée par une large partie de l'opinion publique et politique. En 1962, la question reste d'actualité. Elle oppose ceux qui prônent l'intégration politique (qui portent l'idéal d'une organisation politique supranationale) aux défenseurs d'une Europe confédérée des Etats-nations. De Gaulle soutient cette seconde position. Cela étant, il ne s'oppose pas à ce que soient créées des instances politiques consultatives. C'est pourquoi il défend le "Plan Fouchet" (1961), qui prévoit notamment la création d'un conseil des chefs d'Etat et de gouvernement.

Mais, le 17 avril 1962, l'opposition de la Belgique et des Pays-Bas fait échouer ce plan. Dans une logique "du tout ou du rien", le Général choisit alors de s'exprimer pour dire son refus définitif d'une Europe intégrée et atlantiste. Il juge qu'elle ne permettrait plus à ses membres ni de jouir de leur liberté de manœuvre et de parole vis-à-vis des Etats-Unis, ni de développer une troisième voie face à la bipolarité est-ouest. Cette réaction tranchée marque un tournant dans son approche de la question européenne.

Elle détermine une mini-crise gouvernementale : ses ministres MRP, Pierre Pflimlin, Robert Buron et Maurice Schumann, scandalisés tant par cette position radicale que par le caractère anti-américain de l'européanisme gaullien, démissionnent en signe de protestation.[Serge Berstein, La France de l'Expansion. I. La République gaullienne, 1958-1969, Paris : Seuil, 1989, p. 247 / Elisabeth du Réau, L'Idée d'Europe au XXe siècle, Bruxelles : Complexe, 1995, p. 245].

Éclairage média

Par Philippe Tétart

Loin du caractère solennel et parfois figé de ses allocutions officielles télévisées, le général de Gaulle laisse voir, lors de cette conférence de presse, une disposition évidente à captiver son auditoire en utilisant habilement un large registre rhétorique et gestuel évoquant la détermination, la fermeté, la conviction, la réflexion, l'humour. Cette conférence est restée célèbre par le bon mot que le Général fait à propos des langues artificielles. "Je ne crois pas que l'Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l'Allemagne avec ses Allemands, l'Italie avec ses Italiens, etc. Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l'Europe, dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment Italien, Allemand et Français. Ils n'auraient pas beaucoup servi l'Europe s'ils avaient été des apatrides et qu'ils avaient pensé et écrit en quelque espéranto ou volapük intégré…"

Avec son sens de la formule choc - qui ne manque pas de séduire l'opinion -, De Gaulle souligne que seule l'Europe des Etats, des nations, des patries reçoit ses suffrages, car elle répond à la logique de la coopération dans le maintien et le respect des différences nationales. Sa tactique montre ici, ainsi qu'il le reconnaît dans ses Mémoires, combien il est attentif à "l'importance de la conférence de presse en tant que mode de contact privilégié (...) avec l'opinion publique".[Charles de Gaulle, Mémoires d'espoir, tome 1, Paris: Plon, 1970, p.304 / Jean-Pierre Guichard, De Gaulle et les mass media. L'image du Général, Paris: France Empire, 1985, p.205]

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème