Une priorité de la reconstruction : résoudre le déficit énergétique

Une priorité de la reconstruction : résoudre le déficit énergétique

Date de diffusion : 1945

La nécessité de résorber le déficit en énergie constitue l'une des priorités de la reconstruction, ce qui donne lieu à de gigantesques travaux (construction de barrage, modernisation des mines).

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités françaises
Production :
INA
Page publiée le :
2004
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000325

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

Le déficit en énergie apparaissait comme le principal goulet d'étranglement pour une reprise rapide de l'activité économique en France après la Libération. La pénurie de charbon constituait notamment une préoccupation majeure. L'économie française utilisait, en 1938, 67 millions de tonnes de houille (dont le tiers environ était importé). En 1945, seulement 40 millions de tonnes sont disponibles.

Les destructions, le nombre insuffisant de mineurs, l'usure du matériel, l'épuisement d'un certain nombre de veines ont fait chuter considérablement la productivité. Pour éviter la fermeture de certaines entreprises et répondre à des demandes prioritaires, il fallut comprimer la consommation domestique de charbon, gaz et électricité. Pour résorber le plus rapidement possible ce déficit d'énergie, d'importants efforts sont entrepris dès 1945. Les houillères françaises, désormais nationalisées, entament un processus de modernisation très important.

Surtout, la France cherche à promouvoir d'autres secteurs que le charbon. Pour favoriser l'essor de l'hydroélectricité, l'Etat entreprend des projets très ambitieux de construction de barrage de retenue dans les régions montagneuses. Quelques 300 milliards de francs seront investis à cet effet et plusieurs grands barrages verront le jour à la fin des années quarante et au début des années cinquante (Génissiat, Donzère-Mondragon, Tignes). La production totale d'électricité, qui était de 20 milliards de kilowatts/heure en 1938 atteint 33 milliards en 1950.

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

En insistant sur le gigantisme des barrages et leurs conditions difficiles de construction (régions montagneuses), le reportage présente la construction de ces grandioses réalisations comme de véritables épopées. Les barrages sont le plus souvent présentés en contre-bas ou de manière aérienne afin de mieux souligner leur hauteur et leur importance.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème