Création de l'Ecole nationale d'administration (ENA)

Date de diffusion : 04 janv. 1946 | Date d'évènement : 01 nov. 1945

Présentation de l'Ecole nationale d'administration créée après la Libération pour moderniser l'administration française et lui fournir cadres et hauts fonctionnaires. Les étudiants doivent suivre des enseignements théoriques, pratiques et sportifs.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités françaises
Date de l'évènement :
01 nov. 1945
Production :
INA
Page publiée le :
2004
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000335

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

La création d'une Ecole Nationale d'Administration (octobre 1945) entraîne une profonde réforme de l'administration française et de la formation des élites en France. Au lendemain de la guerre, l'administration française souffrait d'une image particulièrement négative : le désastre de 1940 n'avait pas seulement été imputé aux chefs militaires mais également aux hommes politiques et hauts fonctionnaires. Dans sa grande majorité, l'administration française avait également servi loyalement le régime de Vichy.

Afin de moderniser et rationaliser l'administration française et la haute fonction publique, une "mission provisoire de réforme de la fonction publique" avait été mise en place au sein du Gouvernement provisoire sous l'égide de Jules Jeanneney. Michel Debré, Conseiller d'Etat et proche du général de Gaulle, y joua un rôle déterminant. Les travaux de cette mission établirent rapidement la nécessité d'unifier et de démocratiser la haute fonction publique, en assurant notamment une formation unique pour les futurs hauts fonctionnaires (ce qui n'était pas le cas avant 1945, chaque corps du ministère organisant son propre concours, avec tous les risques de corporatisme ou de népotisme qui pouvaient en résulter).

A cet effet, une ordonnance du 9 octobre 1945, décida de créer une Ecole Nationale d'Administration (ENA) et de nationaliser l'Ecole Libre des Sciences Politiques, principal vivier de la haute fonction publique de l'entre-deux-guerres. Cette décision devait profondément bouleverser la structure même de l'administration française, l'Etat recrutant par un concours unique, fondé sur le mérite, l'ensemble de ses hauts fonctionnaires et leur offrant pendant deux années une formation continue et pratique avant leur entrée en fonction.

Si la création de l'ENA a conféré à l'ensemble de la fonction publique plus de cohérence et évité à ses membres une spécialisation trop étroite, les espoirs de démocratisation du système ont été rapidement déçus, les critiques contre "l'énarchie" se développant dès les années soixante.

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

Afin de montrer le rôle que doit jouer l'ENA dans la modernisation de l'administration française, le reportage confronte le portrait d'un fonctionnaire vieillissant, dont le bureau est envahi de paperasserie et dont le travail semble particulièrement besogneux, à celui des élèves de l'ENA, futurs hauts fonctionnaires, qui allient jeunesse, détermination et dynamisme.

Le reportage accorde d'ailleurs une place importante à l'enseignement du sport au sein de l'école. L'instauration du sport comme épreuve obligatoire à l'entrée de l'école avait créé un important débat au moment de la création de l'école. Michel Debré y était particulièrement favorable et joua un rôle déterminant pour qu'une épreuve de sport soit inscrite au concours d'entrée. Le concours d'entrée à l'ENA reste aujourd'hui encore l'un des rares concours de grande école en France comprenant une épreuve de sport obligatoire.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème