vidéo - 

La fusion d'Usinor et de Lorraine-Escaut

Date de diffusion : 22 avr. 1966

Dans le cadre de la politique de restructuration de la sidérurgie, deux géants du secteur fusionnent. La première, Lorraine-Escaut, est l'une des plus anciennes entreprises du secteur. La seconde, Usinor symbolise l'essor de la sidérurgie sur l'eau.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000366

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

La sidérurgie connaît des difficultés au cours des années soixante, qui obligent les entreprises de ce secteur à se moderniser et à se regrouper. L'après-guerre et la reconstruction avaient fait de la sidérurgie une "industrie clé", figurant comme l'un des secteurs prioritaires du plan Monnet. Mais à partir des années soixante, dans un contexte de libéralisation des échanges et de mise en place du marché commun, la sidérurgie française souffre d'un certain retard et apparaît insuffisamment concentrée pour lutter efficacement contre la concurrence européenne (allemande notamment) et mondiale.

L'Etat décide de réagir en signant en 1966 la convention avec la sidérurgie qui a pour objet de moderniser ses structures et d'encourager la concentration des entreprises du secteur pour permettre l'émergence de grands groupes plus compétitifs sur la scène internationale. L'une des mesures les plus spectaculaires de cette convention fut la fusion de Lorraine-Escaut et de l'Union sidérurgique du Nord de la France (Usinor à Dunkerque). Cette fusion accélère en fait le processus de "littoralisation" de la sidérurgie. Longtemps, cette industrie s'est implantée essentiellement en Lorraine, à proximité des exploitations de minerais de fer (Longwy, Joeuf, Hayange). Mais à partir des années soixante, il devient plus rentable d'importer le minerai de fer de l'étranger que de continuer l'exploitation coûteuse des mines nationales.

Cette nouvelle donne entraîne ainsi l'émergence des installations de "sidérurgie sur l'eau" situées près des ports (Dunkerque, Fos-sur-Mer) et le déclin irrémédiable des industries lorraines. La fusion entre Usinor et Lorraine-Escaut marque dans ces conditions une importante restructuration du secteur et profite essentiellement aux usines de Dunkerque alors que les entreprises lorraines doivent procéder à une baisse importante de leurs activités et de leurs effectifs.

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

La fusion entre Usinor et Lorraine-Escaut n'est pas qu'une simple opération de concentration industrielle, comme tend à le faire croire la première partie du reportage. Elle marque en fait une véritable restructuration de la sidérurgie française et le début de l'irrémédiable déclin des entreprises lorraines qui avaient dominé le secteur depuis la fin du XIXe siècle. Cet aspect des choses ne transparaît qu'à la toute fin du reportage, lorsque des interviews de mineurs lorrains laissent entrevoir leur crainte devant le chômage. De fait, les réductions d'effectifs de la sidérurgie lorraine provoqueront l'année suivante, en 1967, d'importants mouvements de grève.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème