Le Salon de l'Automobile 1958

Le Salon de l'Automobile 1958

Date de diffusion : 08 oct. 1958

Le 45ème Salon de l'Automobile est inauguré en octobre 1958 par le président de la République René Coty. Différents nouveaux modèles y sont présentés en présence de vedettes de la chanson et du spectacle.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités françaises
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000369

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Le Salon de l'Automobile 1958, qui se tient au Grand Palais à Paris, est comme le précise le commentateur des Actualités Françaises "un Salon sans révolution", un "Salon sans histoire". Aucun modèle véritablement révolutionnaire n'y est en effet dévoilé, comme ont pu l'être la 4 CV Renault lors de l'édition 1946, la 2 CV Citroën en 1948, ou la DS 19 en 1955.

Trois ans après sa présentation publique, la DS 19 de Citroën demeure encore pourtant la principale vedette du Salon de l'Automobile. La révolution représentée par sa suspension hydropneumatique en fait un événement de la technique automobile, auquel s'ajoutent l'originalité du dessin et un aérodynamisme très poussé. Ce modèle connaît un fabuleux succès : 12 000 commandes fermes ont été passées dans la seule première journée du Salon 1955. La DS s'améliore au fil des années, et, déclinée sur toute une gamme, s'impose auprès d'une large clientèle : de 1955 à la fin de sa carrière en avril 1975, Citroën produit 1,5 million de DS.

Cette voiture devient progressivement un mythe, en particulier après l'attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle le 22 août 1962, sa DS ayant, malgré l'éclatement de ses pneus, maintenu son cap grâce à sa suspension. Roland Barthes la compare même, dans Mythologies, aux cathédrales du Moyen Age; elle invente selon lui une "nouvelle alchimie de la conduite". C'est précisément au cours des années 1950, en particulier avec la 2 CV Citroën et la DS, que l'automobile devient l'un des produits de consommation les plus convoités par les Français : si en 1954 seuls 21% des ménages possèdent une automobile, ils sont 28,4% en 1959.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Comme à chacune de ses éditions, le Salon de l'Automobile fait l'objet d'un reportage des Actualités Françaises. Celui-ci obéit aux règles du genre, présentant des séquences classiques des stands des constructeurs automobiles installés dans la nef du Grand Palais. Le commentaire précise que ce Salon n'est marqué par aucune "révolution", telles les éditions de 1948 (avec la 2 CV) ou de 1955 (avec la DS). Il s'attarde cependant plus longuement sur la DS 19 présentée sur le stand Citroën, bien qu'elle ne soit pas nommément citée par le commentateur qui se contente d'évoquer "les lignes qui, en se libérant de plus en plus volontiers du toit, affinent leur élégance".

Séquence là aussi classique, celle montrant des voitures de sport - une Ferrari et une Alfa Roméo -, dans le but d'inviter les spectateurs à rêver : "Salon (...) où bien des rêves sont possibles". Apparaissent également à l'image diverses personnalités, aussi bien le président de la République René Coty, qui inaugure le Salon, que quelques vedettes de la chanson (Micheline Ramette, Rosita) et du spectacle (Raymond Devos), qui essaient même certains modèles exposés. Ce sujet montre de la sorte que le Salon de l'Automobile est l'un des grands rendez-vous du Tout-Paris. Et c'est finalement à travers la visite des différents stands par ces personnalités que les spectateurs découvrent les nouvelles automobiles les plus remarquables : la chanteuse Michelle Ramette essaie la Peugeot 403 berline en s'allongeant sur son siège couchette, la jeune chanteuse Rosita admire la Monaco P 60 de Simca et l'humoriste Raymond Devos ouvre la portière d'une Jaguar.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème