vidéo - 

Manifestation à Versailles le 4 mars 1984 en faveur de l'école privée

Manifestation à Versailles le 4 mars 1984 en faveur de l'école privée

Date de diffusion : 04 mars 1984

Le 4 mars 1984, une grande manifestation rassemble les défenseurs de l'école privée à Versailles contre le projet de loi Savary. Le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, et Pierre Daniel, président de l'UNAPEL, s'adressent à la foule.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000415

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Depuis 1959 (loi Debré), l'aide de l'Etat aux établissements privés est institutionnalisée. Reprenant une proposition du candidat Mitterrand lors de l'élection présidentielle, Alain Savary, ministre de l'Education nationale dans le gouvernement Mauroy, entreprend de mettre au point dès 1982 un projet de "grand service public laïque et unifié" de l'éducation, rallumant ainsi la guerre scolaire.

Ce n'est que le 18 avril 1984 que ce projet est adopté par le Conseil des ministres, en raison des vives pressions contradictoires des défenseurs de l'école publique et de ceux de l'enseignement libre. Les partisans de l'école privée mobilisent les parents d'élèves, en particulier autour de l'Union nationale des parents d'élèves de l'enseignement libre (UNAPEL) présidée par Pierre Daniel : de grandes manifestations ont lieu contre le projet en janvier-février 1984 à Bordeaux, Lyon, Rennes et Lille, culminant le 4 mars à Versailles où se rassemblent entre 600 000 et 800 000 manifestants. Le 25 avril, ce sont les défenseurs de l'école laïque qui manifestent dans toute la France. Si l'UNAPEL comme l'archevêque de Paris, le cardinal Lustiger, jugent à peu près acceptable le compromis adopté par Alain Savary, ils refusent que les enseignants du privé puissent devenir des fonctionnaires. Or c'est ce que prévoit la loi votée par l'Assemblée nationale le 22 mai 1984. En réaction, les défenseurs de l'école libre organisent une immense manifestation le 24 juin à Paris : 1,5 million de manifestants défilent selon les organisateurs, et 850 000 selon le ministère de l'Intérieur, soit le rassemblement le plus important depuis 1944.

Le 12 juillet, François Mitterrand décide dès lors de retirer le projet de loi, désavouant Alain Savary qui démissionne, suivi dès le 17 juillet par le Premier ministre Pierre Mauroy.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce reportage diffusé le soir du rassemblement pour la défense de l'enseignement libre à Versailles alterne les images de manifestants et les extraits de discours de personnalités. Il traite en effet d'une part la manifestation de manière classique : plusieurs plans de la foule très dense vue de haut visent à montrer l'ampleur du défilé, véritable "marée humaine" selon la journaliste. De même, les gros plans sur les badges et autocollants "libérons l'école", et l'évocation des slogans "la liberté n'est pas négociable" ou "Savary démission", synthétisent les revendications des manifestants. La plongée sur les élus de l'opposition revêtus de l'écharpe tricolore (dont le président du RPR Jacques Chirac), accompagnée du commentaire prudent de la journaliste expliquant que la foule a exprimé "sa sensibilité dominante" en les "ovationnant", attestent que cette démonstration revêt également un caractère politique et que le cortège est en grande partie composé du "peuple de droite". D'autre part, plusieurs extraits de discours de leaders du mouvement d'opposition au projet de loi Savary s'intercalent entre les plans sur les manifestants : les allocutions du cardinal Lustiger et du président de l'UNAPEL Pierre Daniel montrent qu'il ne s'agit en fait pas d'une simple manifestation des défenseurs de l'école libre, mais d'un véritable rassemblement.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème