vidéo - 

Occupation de l'antenne Assedic de Champigny-sur-Marne par des chômeurs en 1997

Date de diffusion : 31 déc. 1997

Le 31 décembre 1997, des chômeurs occupent l'antenne Assedic de Champigny-sur-Marne pour le troisième jour consécutif.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000475

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Pour la première fois, en décembre 1997, des chômeurs organisent un mouvement national de protestation pour attirer l'attention sur leur situation. A partir du 16 décembre 1997, des collectifs de chômeurs occupent des locaux de l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE) et des Assedic, ainsi que d'autres lieux stratégiques à Paris et en province : ils réclament une prime de Noël de 3 000 francs par chômeur et le relèvement des minima sociaux.

Ce mouvement reçoit l'appui de certains syndicats de salariés dont la CGT, mais également du Parti communiste et des Verts, membres de la majorité plurielle. Au début de janvier 1998, il s'étend, les occupations d'antennes des Assedic se multipliant. Le Premier ministre Lionel Jospin reçoit à Matignon le 8 janvier les associations de chômeurs engagées dans le mouvement, reconnaissant ainsi leur représentativité, et annonce la création d'un fond en faveur des chômeurs en situation de détresse. Les associations de chômeurs poursuivent cependant leur action, déçues par le refus de Lionel Jospin de revaloriser l'ensemble des minima pour des raisons budgétaires, mais leur mouvement s'essouffle progressivement. La nouveauté de cette action montre toutefois que le chômage est devenu un état permanent et que des revendications de type salarial apparaissent chez ceux qu'il touche.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce reportage décrit la journée du 31 décembre 1997 vécue par les chômeurs occupant l'antenne Assedic de Champigny-sur-Marne. La caméra les filme ainsi tout au long de la journée, de l'arrivée de repas offerts par la municipalité de Villejuif à la visite de l'adjoint au maire de Champigny. Le sujet s'emploie également à montrer les conditions d'occupation de l'antenne Assedic et à éclairer les revendications des chômeurs. Des plans d'ensemble laissent entrevoir des banderoles accrochées aux murs, proclamant "résistance existence" ou "du fric pour vivre", de même qu'à la toute fin du sujet, un gros plan s'attarde sur une affiche rédigée par des chômeurs portant l'inscription répétée "respectez-nous". Ce reportage met en outre en valeur les espoirs des chômeurs quant au succès de leur action : on les voit notamment acclamer le résultat d'un sondage favorable à leur mouvement annoncé à la télévision.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème