vidéo

La mise en place du toit du Zénith de Montpellier

La mise en place du toit du Zénith de Montpellier

Date de diffusion : 06 nov. 1985 | Date d'évènement : 06 nov. 1986

La construction du Zénith de Montpellier est un modèle de modernisme architectural et de haute technologie qui participe au progrès de la décentralisation.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Date de l'évènement :
06 nov. 1986
Production :
INA
Page publiée le :
2006
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000571

Contexte historique

Par Carole Robert

Le Zénith de Montpellier est la première salle de ce type construite en région sur le modèle parisien. Sa construction s'intègre dans la politique de décentralisation et de grands travaux mise en place par le gouvernement socialiste à partir de 1981. Une quinzaine de zéniths, également construits sur le modèle parisien, voient le jour au milieu des années 1980 à Lille, à Clermont-Ferrant, à Nancy, à Toulon ou à Marseille...

Véritable succès populaire, intégré à la marque "Enjoy Montpellier" qui regroupe le Parc des expositions, le Corum et le Zénith depuis 1993, relooké à la mode méditerranéenne en 2000, et renommé le "Zénith Sud" en 2001, le Zénith de Montpellier accueille aujourd'hui 180000 spectateurs par an dans son espace scénique multiforme modulable : il peut s'organiser en six possibilités d'accueil allant d'une petite jauge assise de 1910 spectateurs à une salle de 6300 places. Il reçoit 8000 manifestations économiques, une centaine de concerts, spectacles d'humour et de danse.

Son succès est un bon miroir du "boom" musical des trente dernières années : la vente des spectacles se développe dans 400 salles nationales, mais aussi dans des palais des congrès, des palais des sports, des églises, des salles des fêtes et des salles communales.

Éclairage média

Par Carole Robert

Le reportage est construit à partir d'un commentaire en voix off illustré par des plans sur le Zénith en construction. Le reportage est neutre, informatif. Il insiste sur la performance architecturale (structure métallique, poids impressionnant...) et technique (acoustique, synchronisation informatique, écrans de télévision). Les progrès technologiques sont mis en avant à l'image également (gros plans sur les outils, ordinateurs...). Le rappel du four solaire appuyé par un plan sur le reflet du four exprime bien la volonté de montrer la modernité qui commence à s'installer dans la région.

Après un descriptif détaillé du bâtiment et de ses diverses utilisations, le journaliste explique le financement et finit sur la décentralisation et l'importance d'un tel complexe pour les musiciens locaux. Les illustrations sont limitées à des paysages montrant le Zénith de loin dans son environnement rural (vergers...), des vues d'ensemble, des gros plans rapides sur des détails de l'architecture. Deux séquences rapides montrent un ouvrier et un chef de chantier au travail. Peut-être cette discrétion est-elle imposée par la protection de l'industrie ? Le reportage privilégie les plans de coupe fixes, et offre quelques rares contre-plongées sur les structures (pour donner l'impression de hauteur) pour finir sur un zoom arrière reliant le Zénith à une branche d'arbre agitée par le vent. C'est bien le décalage entre l'aspect rural des environs et la modernité du Zénith qui est mis en avant visuellement.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème