Les eaux du Jourdain et l'agriculture israëlienne

Date de diffusion : 02 avr. 1965

L'affirmation de l'Etat d'Israël s'accompagne d'une politique agricole ambitieuse. Les autorités encouragent ainsi la construction d'équipements hydrauliques considérables afin d'irriguer le Neguev avec les eaux du Jourdain.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Cinq Colonnes à la une
Production :
INA
Page publiée le :
2006
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000629

Contexte historique

Par Raphael Morera

L'Etat d'Israël est institutionnalisé en 1948. Sa vocation est alors d'accueillir des immigrés juifs principalement issus d'Europe et du Maghreb. Dans un contexte instable, Israël connaît un fort essor démographique qui nécessite la conquête de nouvelles terres. Le désert du Neguev est de ce point de vue un exemple très évocateur. Pour le mettre en valeur, les Israëliens doivent pomper l'eau à 300 km de distance. Cela nécessite la construction de pompes de grandes dimensions, bien montrées dans le document, ainsi que des travaux de terrassement et des ouvrages d'art considérables. Ces aménagements doivent permettre à Israël de développer une agriculture moderne et productive.

Au-delà du contexte spécifique à la construction de l'Etat d'Israël, l'intérêt de ce document est de présenter l'ensemble des techniques hydrauliques mises en oeuvre au cours de la seconde moitié du XXe siècle pour mettre en valeur des terres auparavant stériles. Dans ce sens, l'innovation la plus intéressante présentée par ce document est sans doute la moins impressionnante. L'irrigation par aspersion au pied des arbres permet en effet de limiter très fortement les pertes d'eau et de développer un arrosage optimal, de même que l'arrosage au goutte à goutte des salades.

Les exigences de l'agriculture en climat aride imposent de diversifier les ressources en eau et d'aller la chercher souvent bien loin du lieu où on en a besoin. Autour des rives de la Méditerranée, d'autres pays ont eu recours aux transferts d'eau entre différents bassins. Les régions les plus arides de l'Espagne tirent ainsi de l'eau des régions les plus arrosées, mais aussi du Rhône.

Bibliographie :

Jacques Béthemont, Géographie de la Méditerranée, Paris, Armand Colin, 2002.

Éclairage média

Par Raphael Morera

Le documentaire s'attache à présenter les ouvrages hydrauliques réalisés pour l'irrigation du désert du Neguev. Tandis que les images présentent quelques-uns des ouvrages réalisés, une voix off explique le fonctionnement du système. La dysjonction entre image et commentaire, symbolisée par l'absence de carte, empêche de bien analyser la nature du système hydraulique mis en place. Ce parti pris résulte de la dimension stratégique de ce projet technique, plus mis en relief par les images de détail et par la musique que par le commentaire du document. La présentation des ouvrages hydrauliques fait le lien entre un paysage désertique et un espace cultivé, civilisé par le travail d'une nation. Pour arriver à ce résultat, les Israëliens ont dû mettre en oeuvre tout l'éventail des techniques hydrauliques disponibles : pompage, gravitation, aspersion. L'entretien avec un paysan israëlien, en premier plan devant un tracteur, évoque une image de paysan universel.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème