vidéo - 

L'essor de l'e-commerce

Date de diffusion : 05 févr. 2004

Depuis 2003, l'e-commerce connaît un développement massif, en raison de la familiarisation de la population française avec la micro-informatique et d'une confiance croissante dans la sécurité des paiements sur internet

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000816

Contexte historique

Par Julie Le Gac

Le commerce connaît lui aussi les effets de la Révolution Internet, avec le formidable essor du commerce électronique depuis 2003. Si en 2003, les entreprises françaises réalisaient 4 milliards d'euros de ventes sur internet, le montant de ces ventes dépasse 6 milliards d'euros en 2004, ce qui représente une progression de plus de 50% en valeur par rapport à 2003. Cet essor de l'e-commerce se révèle plus tardif en France que chez ses voisins européens. En 2002, seule une entreprise française sur deux disposait d'un site en ligne, contre 95% au Royaume Uni ou 80% en Allemagne. Ce retard peut notamment s'expliquer par la méfiance des consommateurs à l'égard du paiement en ligne. Ainsi, pour 44% d'entre eux, en 2002-2003, la sécurité des paiements n'était pas assurée, mais seuls 3% des acheteurs déclaraient avoir effectivement rencontré des problèmes de sécurité.

Les vendeurs ont dès lors renforcé les systèmes de sécurité des transactions et axé leur communication sur cette question. Le commerce électronique n'est pour l'instant attractif que pour certains produits : les voyages (y compris les transports), qui représentent 25,3% des ventes sur Internet en 2003, l'hôtellerie et la restauration à hauteur de 12,1%, puis le matériel informatique (9,8%) et la téléphonie mobile (9,3%). Parallèlement, le commerce en ligne se démocratise en raison de l'équipement progressif des ménages en matériel micro-informatique et de la plus grande familiarisation des jeunes générations à Internet. Toutefois, les cadres supérieurs, mieux équipés en matériel informatique, demeurent surreprésentés parmi les cyberconsommateurs : alors qu'ils ne représentent que 6% de la population des plus de 15 ans, 40% des acheteurs en ligne sont ainsi des cadres supérieurs.

Éclairage média

Par Julie Le Gac

Ce document a pour objectif de souligner l'essor et la démocratisation du commerce en ligne. Au delà des chiffres présentés de manière claire par le présentateur lors du lancement plateau, et rappelés par le PDG de Fnac.com au cours du reportage, l'accent est mis sur la démocratisation de cette nouvelle pratique de consommation. Ainsi, le choix du cyberconsommateur n'est pas anodin : il s'agit d'un retraité et non d'un jeune cadre urbain, comme le sont encore la majorité des utilisateurs. Les gros plans sur l'écran d'ordinateur et le geste d'achat, symbolisé par un simple clic de la souris, soulignent la simplicité de la transaction.

Parallèlement, le plan plus large sur le salon du retraité, un salon dont l'atmosphère paisible est renforcée par la présence d'un chat en arrière plan, tend quant à lui à rappeler que l'e-commerce s'adresse désormais à l'ensemble de la population et est un moyen d'achat sûr, qui n'est pas réservé aux aventuriers. Le confort attaché à ces opérations, effectuées de son propre domicile et à n'importe quelle heure, est lui aussi mis en avant. L'attention se porte dans un second temps, sur les distributeurs, avec l'exemple des entrepôts de la Fnac.com, un entrepôt, lui aussi à l'allure classique, ce qui permet une nouvelle fois de démythifier le commerce en ligne.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème