vidéo - 

Henri Krasucki devient secrétaire général de la CGT

Date de diffusion : 18 juin 1982

Reportage sur les grands moments du congrès de la CGT à Lille, qui voit Georges Séguy remplacé per Henri Krasucki.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000862

Contexte historique

Par Julie Le Gac

Henri Krasucki remplace George Séguy en 1982, lors du 41e congrès. Ce dernier a fait les frais de la politique d'ouverture vers la CFDT, et Henri Krasucki a réussi à regrouper derrière lui ceux qui campent "sur une ligne de forteresse". Lors du Congrès d'octobre 1981, Georges Séguy constate l'échec de sa politique d'ouverture et annonce son départ. Henri Krasucki restera à la tête de la CGT jusqu'en 1992, transmettant la fonction au 44e congrès à Louis Viannet. En 10 ans, les effectifs de la CGT ont fondu de moitié à environ 700 000 adhérents. (Voir La baisse du nombre de syndiqués à la CGT: le constat de Henri Krasucki)

Henri Krasucki est arrivé à la tête de la CGT au moment où le "mouvement social" , malgré l'arrivée de la gauche au pouvoir, recule partout. La crise lamine le vivier naturel de la CGT, les ouvriers hommes qualifiés, qu'Henri Krasucki incarne à travers sa célèbre caricature du Bébête Show.

En 1985, Krasucki tente d'ouvrir la CGT et de la rendre indépendante du PCF. La CGT, proclame-t-il est "indépendante du patronat, de tout gouvernement de toute église ou de tout parti". Cette ligne d'indépendance assumée provoque des grincements de dents au comité central du PCF. Finalement, Henri Krasucki est destitué au profit de Louis Viannet en 1992.

Éclairage média

Par Julie Le Gac

Le reportage revient sur le 41e congrès de la CGT à Lille, où Henri Krasucki prend la tête de la confédération à la place de Georges Séguy. Le commentaire s'attache à décrire le profil des cégétistes : si le délégué moyen est un "homme de 35 ans, ouvrier travaillant dans le secteur public et nationalisé", il met en avant d'autres "groupes" : les femmes, les jeunes, les immigrés.

L'image donnée du congrès est celle d'une manifestation bon enfant et sympathique, où l'on prend le temps de suspendre les débats pour un concert ou pour suivre à la télévision un match de football. En conclusion, le journaliste évoque les "nouveaux défis" que devra relever la CGT dans les années à venir - et en réalité, le nombre des adhérents ne cessera de chuter dans les années 1980.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème