vidéo - 

Hommage à Jean Moulin pour le quarantième anniversaire de sa mort

Hommage à Jean Moulin pour le quarantième anniversaire de sa mort

Date de diffusion : 20 juin 1983 | Date d'évènement : 19 juin 1983

Le 19 juin 1983, un hommage est rendu à Jean Moulin à Lyon à l'occasion du quarantième anniversaire de son arrestation et de sa mort. Le ministre de la Défense Charles Hernu prononce un discours place Bellecour.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Date de l'évènement :
19 juin 1983
Production :
INA
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000937

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Préfet d'Eure-et-Loir, Jean Moulin refuse en juin 1940 de signer un document présenté par les Allemands qui accuse des tirailleurs sénégalais d'atrocités. Vichy le met en disponibilité et il gagne Londres en septembre 1941. Le général de Gaulle le nomme alors délégué pour la zone non occupée: il a pour mission de coordonner les mouvements de Résistance de la zone Sud. Parachuté en France en janvier 1942, il parvient à les rassembler au sein des Mouvements unis de la Résistance en janvier 1943 et est nommé à la présidence du Conseil national de la Résistance, qui se réunit pour la première fois le 27 mai 1943. Trahi, il est arrêté le 21 juin 1943, à Caluire, par la Gestapo. Après avoir été torturé, il meurt lors de son transfert en Allemagne.

Ses cendres furent déposées au Panthéon le 19 décembre 1964 lors d'une cérémonie présidée par le général de Gaulle et au cours de laquelle André Malraux prononça un vibrant discours. La mémoire de Jean Moulin est tout particulièrement présente à Lyon où fut notamment organisée le 19 juin 1983 une cérémonie d'hommage pour le quarantième anniversaire de sa mort, en présence du ministre de la Défense Charles Hernu et du secrétaire d'Etat aux anciens combattants Jean Laurain. Lyon a de fait été la capitale de la Résistance de 1940 à 1944. C'est là que s'installent dès la fin de 1941 les trois principaux mouvements résistants nés en zone Sud, Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur.

C'est là aussi que Jean Moulin met au point "l'Armée secrète" dirigée par le général Delestraint, et qu'il mène son action d'unification de la Résistance. S'il préside à Paris la première séance du Conseil national de la Résistance, le 27 mai 1943, il est capturé à Caluire, dans la banlieue lyonnaise. Il est ensuite interrogé par Klaus Barbie et torturé au siège de la Gestapo à Lyon, là où le Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation a symboliquement choisi de s'installer en 1992.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce reportage commémore le quarantième anniversaire de la mort de Jean Moulin en deux séquences bien différentes. Dans un premier moment, son arrestation par la Gestapo le 21 juin 1943 et sa torture sont évoquées par des plans de la statue érigée en sa mémoire à Caluire. Les images des drapeaux français symbolisent quant à elles l'union nationale qu'a réalisée Jean Moulin en rassemblant les mouvements de la Résistance. Un extrait du discours prononcé par André Malraux le 19 décembre 1964 lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon vient en appoint de ces plans d'illustration, sans que le journaliste ne précise à aucun moment l'origine de ces paroles.

Une seconde séquence rend compte de manière très classique de la cérémonie de commémoration qui a été organisée place Bellecour, à Lyon. Le gouvernement de Pierre Mauroy avait en effet décidé de rendre un hommage exceptionnel à Jean Moulin pour le quarantième anniversaire de sa mort. Le président de la République François Mitterrand avait présidé une cérémonie à l'Arc de triomphe à Paris le 17 juin 1983, tandis que plusieurs autres avaient eu lieu en province, dont le 19 juin 1983 à Lyon, où Jean Moulin avait été torturé par Klaus Barbie. Les acteurs usuels de ce genre de célébration sont présents: le maire de la ville: Francisque Collomb, le représentant du gouvernement: le ministre de la Défense Charles Hernu, des élus et de nombreuses personnalités, ainsi que les membres des associations d'anciens combattants et de résistants derrière leurs drapeaux.

L'insertion finale d'un extrait d'une allocution officielle, prononcée par Charles Hernu, est aussi courante dans les sujets qui traitent des cérémonies commémoratives. Hernu s'appuie sur l'exemple de Jean Moulin pour évoquer des questions qui l'intéressent plus directement en tant que ministre de la Défense, à savoir l'importance de l'esprit de défense et de l'unité nationale.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème