vidéo - 

La porcelaine de Limoges

Institut national de l’audiovisuel

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 17 sept. 1983

A partir des années 1970, la porcelaine de Limoges s’enfonce dans une crise durable, malgré les efforts de modernisation de la production. Elle incarne cependant l’excellence de l’artisanat français.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000963

Contexte historique

Par Julie Le Gac

Née en 1771 grâce à la présence des ressources naturelles nécessaires à sa fabrication et à la volonté de l’Intendant Turgot, la porcelaine de Limoges connaît son âge d’or au XIXe siècle, avec les débuts de fabriques prestigieuses comme Haviland, Guérin, Pouyat, Bernardaud, Tharaud, ou GDA. Cependant, les deux guerres mondiales, puis la crise économique des années 1970 fragilisent nettement le secteur de la porcelaine, dont les coûts de production sont élevés. Parallèlement, des modifications sociétales, comme la baisse du nombre de mariages ou les évolutions du système de distribution, accompagnent la désaffection dont est victime la porcelaine. Ainsi, les ménages aux revenus moyens se détournent de la porcelaine pour des matériaux moins nobles, mais meilleur marché tels que le grès ou la faïence. La porcelaine de Limoges est également confrontée à la concurrence de sociétés étrangères allemandes comme Villeroy et Boch ou les multiples entreprises chinoises.

Le secteur de la porcelaine de Limoges s'engage dès lors dans une politique de modernisation des outils de production, ce qui permet une réduction des coûts, et avance de nouvelles options stratégiques fondées sur l'exportation. Ces réformes permettent le maintien de la porcelaine de Limoges mais ne résorbent pas la crise qui s'accroît depuis les années 1980. Ainsi, entre 1988 et 2003, les effectifs chutent de 45% et le principal enjeu réside dans le sauvetage des 1 250 emplois subsistant dans une douzaine de manufactures, alors qu'en 2003, le chiffre d'affaires baisse de 15%. En 2005, Le pôle européen de la porcelaine à Limoges est l'un des 66 pôles de compétitivités nouvellement créés. Parallèlement, se construit le Centre Européen de la Céramique destiné à être un moteur dans le domaine de la recherche et de la formation en matière de céramique. Ces mesures soulignent la nécessité d'une action gouvernementale au soutien de la porcelaine de Limoges qui demeure, par sa renommée, un domaine prestigieux de l'artisanat français.

Éclairage média

Par Julie Le Gac

Ce document s’attache à décrire les difficultés économiques traversées par l’industrie de la porcelaine de Limoges au début des années 1980. Il s’efforce de demeurer assez neutre et se refuse à toute attitude alarmiste. Précisément, c’est le terme de "difficultés" et ses multiples déclinaisons qui est utilisé par le présentateur ainsi que par toutes les personnes interrogées, tandis que le terme de "crise" est soigneusement évité. Pourtant, le secteur de la porcelaine s’enfonce dans une récession durable. Le reportage présente avec justesse l’une des causes majeures de ces difficultés, la désaffection progressive de la population française, qui aspire à plus de simplicité en matière de vaisselle. En revanche, il n'évoque pas les effets de la concurrence internationale.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème