vidéo - 

Aménagement littoral du Languedoc-Roussillon

Date de diffusion : 01 déc. 1964

L'Etat entreprend dans les années 60 des opérations d'aménagement du littoral languedocien. Cette mise en valeur d'un secteur côtier jusqu'alors répulsif va entraîner une véritable mutation touristique de la région.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000975

Contexte historique

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

La protection et l'aménagement du littoral languedocien s'inscrit dans le cadre une politique nationale plus vaste. Il s'agit pour l'Etat de désengorger la Côte d'Azur en attirant un flux croissant de touristes venus de l'Europe du Nord-Ouest vers d'autres lieux attractifs. Le Languedoc-Roussillon traverse au début des années 60 une crise vinicole et fait montre d'un faible dynamisme industriel. La mise en valeur du littoral est donc perçue comme un moyen de redynamiser l'ensemble de la région.

L'impulsion des travaux est donnée par la création d'une mission interministérielle pour l'aménagement du territoire en 1963. En prenant en charge directement les opérations, l'Etat tente de contrôler la balnéarisation du littoral: il s'agit avant tout d'éviter la spéculation foncière qui aboutirait à un développement touristique anarchique. Le projet est ambitieux (il prévoit initialement une capacité de 40 millions de nuitées) or au début des années 60, les côtes de la région Languedoc-Roussillon ne comprennent que quelques stations balnéaires désuètes. Le milieu naturel littoral paraît peu favorable: des zones marécageuses attirent de nombreux moustiques. Le cahier des charges mis en place par la mission interministérielle est donc précis.

Les opérations se déroulent en différentes étapes: l'Etat fait jouer son droit de préemption ( priorité juridique sur l'achat de biens mis en vente) pour racheter 25 000 ha de terrains. De vastes aménagements sont ensuite nécessaires: démoustication, suppression des eaux stagnantes, reboisement, mise en place de réseaux d'assainissement d'eau. L'Etat finance ces grands travaux d'infrastructure avant de revendre les terrains à des sociétés d'économie mixte, chargées de les équiper et de trouver des promoteurs pour construire des installations respectueuses de l'environnement. Le projet s'étend sur 4 départements et concerne 67 communes. Il aboutit à la création ex nihilo de 6 grandes stations touristiques séparées par des aires agricoles et des espaces protégés: la Grande Motte, Le Cap d'Agde, l'embouchure de l'Aude, Gruissan, Leucate-Barcarès et Saint-Cyprien. Ces sites touristiques sont facilement accessibles (reliés à l'autoroute languedocienne par un système de diffuseurs très efficace) et respectent l'équilibre naturel du lieu entre mer et étangs. La clientèle visée est prioritairement la classe moyenne avec le développement du secteur locatif, hôtelier mais aussi de campings.

Le bilan de ces aménagements est globalement très positif: en 30 ans, la région a connu une véritable mutation économique grâce à la transformation de son secteur côtier. Le tourisme représente actuellement 12% du PIB régional, soit 35 000 emplois permanents et 25 000 supplémentaires en saison. C'est l'un des trois principaux ensembles touristiques français, avec la Côte d'Azur et le littoral Atlantique.

Éclairage média

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

Le reportage permet de mesurer l'étendue des transformations littorales mises en oeuvre par la construction des nouvelles stations touristiques dans la région Languedoc-Roussillon.Le contraste est saisissant entre les images du site de Leucate-Barcarès au début du reportage et la maquette du futur projet d'aménagement de la station. La vue aérienne du littoral permet de constater l'étendue des travaux à entreprendre. Le fond sonore très lancinant vient accentuer l'effet produit par un paysage qui paraît ici encore sauvage: plages désertes, champs de taille modeste et présence de marécages.

Les chiffres annoncés par l'architecte du projet (capacité d'accueil, diversité des équipements) ainsi que le survol de la maquette du projet permettent de mesurer son gigantisme. On peut noter les efforts du journaliste pour faire appréhender aux télespectateurs de manière très didactique (et avec les moyens techniques très limités de l'époque) les changements en cours dans la région.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème