vidéo - 

Les vingt ans du Centre Dramatique de l'Est

Date de diffusion : 11 mai 1968

La création du Centre Dramatique de l’Est en 1947, incarne la réussite de la décentralisation théâtrale de l’après guerre. Dans le contexte singulier de l’Alsace, il jouit d’une grande vitalité.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000998

Contexte historique

Par Julie Le Gac

Le Centre Dramatique de l’Est, constitue le premier des 27 centres dramatiques nationaux, ces établissements de création et de diffusion théâtrales mis en place à l'initiative de l'Etat à partir de 1947. La décentralisation théâtrale prend son essor au lendemain de la Libération sous l'impulsion de Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles et de la musique à la Direction générale des Arts et Lettres.

L’implantation du premier de ces centres en Alsace s’intègre dans le contexte particulier de l’après-guerre. De fait, pendant l’Occupation, les Allemands avaient mis en place à Strasbourg une vie culturelle importante, capable dans leur esprit de rivaliser avec celle de Berlin ou Vienne. Une fois la paix revenue, l’Etat et les représentants locaux éprouvent la nécessité de valoriser la culture et la langue françaises qu’un programme de germanisation systématique avait entrepris d’effacer. Ainsi, en 1947, le Centre Dramatique de l’Est voit le jour. Confié à Roland Pietri, le CDE a pour mission de "procurer aux théâtres des villes adhérentes, et en général aux villes de la région de l'Est, des représentations de qualité élevée, notamment par la création d'une troupe stable". Chargé en outre de la formation éventuelle de comédiens, il devient le seul établissement de la décentralisation à animer une école reconnue par l’Etat.

Installé initialement à Colmar, le Centre Dramatique de l’Est s'implante en 1954 à Strasbourg où il est le premier Centre Dramatique National à disposer d'un équipement propre, le Théâtre de la Comédie, achevé en 1957.

En 1968, Hubert Guignoux, son directeur, demande à André Malraux sa transformation en Théâtre National de Strasbourg.

Symbole de la décentralisation culturelle souhaitée dans l’immédiat après guerre, le Centre Dramatique de l’Est occupe une place singulière dans le paysage théâtral français.

Éclairage média

Par Julie Le Gac

Ce document, réalisé à l’occasion du vingtième anniversaire du Centre Dramatique de l’Est revient sur la création du premier des centres dramatiques nationaux.

Il souligne avec justesse la volonté des créateurs du CDE de revaloriser la culture et la langue françaises, tandis qu’il jette un voile pudique sur les années d’Occupation. Il met en outre en lumière les difficiles conditions de travail des premiers temps, eu égard à la faiblesse des moyens et à l’ampleur de la tâche. Le volontarisme des premiers responsables du Centre Dramatique de l’Est est ainsi loué : l’époque est qualifiée d’ "héroïque" et Alain Clavé est comparé à un "moine" et à un "pèlerin".

Par ailleurs, ce document repose lui-même sur une mise en scène originale : il est introduit par un générique animé représentant un lever de rideau, ainsi que par les trois coups annonçant le début d’une représentation théâtrale. De multiples plans sur des coupures de journaux s’efforcent de replacer la création du CDE dans le contexte de l’après guerre et du début de la guerre froide. Enfin, les illustrations musicales accentuent, quant à elles, le caractère romantique de l’histoire du Centre Dramatique de l’Est retracée dans ce document.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème