vidéo - 

L'expédition du Commandant Charcot en Terre Adélie

Date de diffusion : 08 juin 1950 | Date d'évènement : 15 janv. 1950

En 1950, la base de Port Martin est créée en Terre Adélie par l'équipage du Commandant Charcot. Succès d'explorateurs, cette aventure permet également le développement d'un programme scientifique international.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Date de l'évènement :
15 janv. 1950
Production :
ECPAD
Page publiée le :
2007
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001055

Contexte historique

Par Julie Le Gac

L'Antarctique, base terrestre située au pôle sud et recouverte à 98% de glaces se prolongeant en mer par de vastes plate-formes flottantes, suscite depuis des siècles, l'intérêt des explorateurs scientifiques ainsi que les convoitises économiques et stratégiques des Etats souverains.

En 1840, une expédition française menée par Jules Dumont d'Urville, découvre la terre Louis-Philippe, l'île Joinville et la Terre Adélie. Avant la Seconde guerre mondiale, la France revendique sa souveraineté sur les territoires situés entre le 60ème parallèle et le pôle sud, entre les 136ème et 142ème parallèles est.

Ce district polaire austral constitue une sorte de laboratoire idéal pour l'étude de la structure du globe et de son atmosphère. Dès lors, la France s'efforce de renforcer sa position en Terre Adélie. L'ethnologue Paul Emile Victor encourage la création des Expéditions Polaires Françaises en 1947. En 1949, après une tentative infructueuse l'année précédente, le Commandant Charcot, qui comprend à son bord 15 hommes et 150 tonnes de matériel, réussit à débarquer sur la terre Adélie. Le capitaine de frégate Max Douguet, parvient en effet à franchir la barrière de glace, grâce aux informations fournies par un hydravion embarqué à bord du navire. Le 20 janvier 1950, les hommes créent la station hivernale de Port Marin, qui sera transférée trois ans plus tard à Dumont d'Urville.

En 1953, les Nations unies fixent à 1957 - 1958 l'Année géophysique internationale durant laquelle toutes les nations unissent leurs efforts pour réaliser un programme de recherches concertées. Cette collaboration scientifique n'éteint pas les ambitions territoriales des Etats qui perçoivent la position stratégique de l'Antarctique. Le contexte de guerre froide complique les négociations et c'est seulement le 1er décembre 1959 que le traité de Washington fixe les deux principes régissant le statut de l'Antarctique : le gel des prétentions territoriales et l'internationalisation fonctionnelle fondée sur une utilisation pacifique du territoire. Par le traité de Madrid du 4 octobre 1991, les Etats présents en Antarctique, dits "possessionnés", s'engagent une nouvelle fois à n'y poursuivre que des objectifs scientifiques.

Actuellement, l'institut polaire français créé en 1992, entreprend en Terre Adélie des mesures du rayonnement cosmique et des variations de la couche d'ozone, une étude physico-chimique de l'atmosphère terrestre ou du magnétisme terrestre, et y effectue des observations météorologiques et glaciologiques.

La Terre Adélie constitue dès lors à la fois un instrument de recherche scientifique et une base stratégique renforçant le prestige international de la France.

Éclairage média

Par Julie Le Gac

Ce document diffusé par les Actualités Françaises en juin 1950 souligne l'exploit réalisé par les hommes du Commandant Charcot qui débarquent en Terre Adélie au mois de janvier.

La mise en scène emphatique, alliant de longs plans larges sur l'immensité blanche de la banquise et des illustrations sonores dramatiques, accentue le caractère exceptionnel de l'événement. Le récit détaillé de l'expédition du Commandant Charcot insiste sur la véritable aventure qu'ont vécu les membres de l'équipage. Le récit anecdotique des premières naissances animales dans la base illustre quant à lui l'adversité du milieu naturel de la banquise. Par ailleurs, les images de l'Antarctique, peu courantes aujourd'hui, sont véritablement extraordinaires à l'époque. Dès lors, de manière pédagogique, un insert présentant un planisphère du pôle sud permet de localiser la Terre Adélie tandis que les animaux polaires (manchots, pingouins, baleines) sont soigneusement identifiés par le commentaire.

Si le commentaire souligne essentiellement le caractère épique de l'expédition, il met également en lumière les enjeux scientifiques de l'expédition. Surtout, cinq années après la fin de la Seconde guerre mondiale, et dans un contexte de guerre froide, la création d'une base française en Antarctique constitue une source de fierté nationale. Le reportage insiste donc longuement sur le hissage du drapeau tricolore sur la banquise, symbole du rayonnement français dans le monde.

Dès lors, ce document, exceptionnel par les images proposées, constitue un exemple de propagande étatique.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème