vidéo -  Apostrophes

La "nouvelle histoire" présentée par Jacques Le Goff

La "nouvelle histoire" présentée par Jacques Le Goff

Date de diffusion : 02 févr. 1979

Sur le plateau d'Apostrophes en 1979, Jacques Le Goff explique les principes de la "Nouvelle histoire", courant historiographique dont il est un des piliers, tout comme Emmanuel Le Roy-Ladurie et Georges Duby, eux aussi invités de l'émission.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Apostrophes
Production :
INA
Page publiée le :
28 avr. 2008
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001129

Contexte historique

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

Né en 1924, Jacques Le Goff, normalien et agrégé d'histoire, oriente ses travaux vers l'étude du Moyen-Age dont il contribue à rénover l'approche historiographique.

Il s'inscrit dans la filiation du courant des Annales dont les pères fondateurs furent en 1929 Marc Bloch et Lucien Febvre. Il fait d'ailleurs partie du Comité de rédaction de la Revue des Annales depuis 1969 et dirige la VIe Section de l'EHESS de 1972 à 1977. Il se sert de son pouvoir institutionnel pour imposer avec la nouvelle génération d'historiens des Annales (Emmanuel Le Roy Ladurie, Georges Duby...) une nouvelle conception de son métier d'historien. Dans les années 70, les travaux de la 3e génération des Annales ont contribué à ouvrir le champ historique vers d'autres disciplines (sociologie, anthropologie) et à prendre en compte les évolutions culturelles des sociétés à travers l'histoire des mentalités.

Le Goff présente ici son ouvrage intitulé La Nouvelle histoire. Il explique les principes et méthodes de ce nouveau courant historiographique.

Il s'agit, à partir d'une question-problème, d'étudier un phénomène historique sur le plan économique, social mais aussi sur le plan des représentations collectives.

Jacques Le Goff prend en compte dans ses travaux la dimension anthropologique de l'histoire. Il s'intéresse ainsi à "l'imaginaire médiéval" : il étudie par exemple l'évolution de la notion de purgatoire. Dans sa célèbre étude sur Saint-Louis, il revient sur la construction des mythes qui entourent cette figure historique.

Jacques Le Goff s'engage politiquement (notamment pour la défense des droits de l'homme en Pologne) et a un rôle de vulgarisateur en animant Les Lundis de l'histoire sur France-Culture.

Éclairage média

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

L'émission littéraire Apostrophes présentée par Bernard Pivot apparaît sur la grille des programmes d'Antenne 2 en janvier 1975. Elle devient un rendez-vous hebdomadaire chaque vendredi en direct jusqu'en 1990. Outre sa longévité, l'émission est également restée célèbre dans la mémoire audiovisuelle pour certains échanges virulents entre les invités.

Jacques Le Goff rappelle d'ailleurs ici en début d'intervention le gôut pour la controverse et le débat propre à l'émission de Bernard Pivot. Il serait toutefois réducteur de résumer l'émission à quelques coups d'éclat. Comme on le voit ici, Apostrophes permettait à une heure de grande écoute de familiariser les télespectateurs avec la littérature mais aussi avec les sciences humaines.

L'émission Apostrophes s'inscrivait dans la lignée des émissions littéraires télévisuelles inaugurées par Lectures pour tous en 1953. Le dispositif technique a toutefois évolué entre les deux époques. On remarque ici la présence d'un décor, d'un public et la multiplication du nombre de caméras qui permettait une alternance de plans larges ou plus resserrés sur les différents invités.

On remarque également dans cet extrait que Bernard Pivot n'interrompt que rarement le propos assez long de Jacques Le Goff. Celui-ci peut donc sans contrainte de temps expliquer de façon extrêmement claire et pédagogique les objectifs méthodologiques de son courant historiographique.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème