vidéo - 

Simone de Beauvoir et le féminisme

Date de diffusion : 06 avr. 1975

Jean-Louis Servan Schreiber reçoit dans son émission "Questionnaire" la philosophe et écrivain Simone de Beauvoir, venue parler des raisons de son engagement en tant que féministe.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
28 avr. 2008
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001142

Contexte historique

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

Simone de Beauvoir (1908-1986) est issue d'un milieu catholique et bourgeois. Elle entreprend des études supérieures à la Sorbonne où elle rencontre d'autres futurs grands philosophes : Nizan, Merleau-Ponty, Claude Lévi-Strauss. Jean-Paul Sartre, qui la surnomme "le Castor" la devance à l'agrégation de philosophie où elle termine seconde et plus jeune reçue du concours ( elle a seulement 21 ans). En rupture avec son milieu social d'origine, elle défend toute sa vie son indépendance face aux conventions sociales : elle tente ainsi d'échapper à toutes les contraintes liées à la condition féminine de l'époque (travail ménager, maternité). Refusant le mariage, elle entretient néanmoins avec Sartre une relation que la complexité et la longévité rend mythique et indissociable du quartier de Saint Germain des Prés et du Café de Flore où ils se retrouvent alors.

Enseignant avant guerre, elle publie son premier roman en 1943. En 1949, la publication de son ouvrage Le deuxième sexe fait scandale mais demeure une référence pour les féministes au-delà des frontières françaises. Elle s'en prend notamment aux règles et pratiques qui façonnent le rôle des femmes ("On ne naît pas femme : on le devient"). En 1954, elle obtient la consécration littéraire en recevant le Prix Goncourt pour son ouvrage Les Mandarins. En 1958, avec son autobiographie Les Mémoires d'une jeune fille rangée, elle parvient au-delà des écrits théoriques à mettre en récit les contraintes liées à l'éducation de nombreuses jeunes filles de sa génération.

Intellectuelle engagée, elle devient après guerre avec Sartre compagnon de route du Parti Communiste français. Pendant la guerre d'Algérie, elle soutient le FLN et défend une de ses activistes Djamila Boupacha. Elle milite de plus en plus activement pour la cause féministe et signe le "Manifeste des 343 pour la liberté de l'avortement". Elle préside la Ligue des droits des femmes et soutient de nombreuses actions pour lutter contre le sexisme ordinaire, les violences conjugales...

Par son mode de vie, ses écrits et son engagement public, Simone de Beauvoir reste cent ans après sa naissance, un des symboles du combat pour l'amélioration de la condition féminine dans la seconde moitié du XXe siècle.

Éclairage média

Par Emeline VanthuyneProfesseure agrégée d'histoire )

L'émission "Questionnaire" était animée par Jean-Louis Servan-Schreiber ( journaliste et patron de presse, notamment créateur de L'Expansion ).Elle a été diffusée en deuxième partie de soirée de manière irrégulière de février 1975 à décembre 1981 sur TF1. Elle pemettaient d'évoquer les grandes mutations de la société à l'aide d'entretiens avec des personnalités issues de milieux variés (médecins, avocats, patrons, scientifiques, écrivains).

Avec Simone de Beauvoir, Jean-Louis Servan-Schreiber revient ainsi pendant sur les avancées de la pensée féministe.

Le journaliste présente la philosophe face caméra. Il est filmé en gros plan et on remarque que ses yeux ne fixent pas directement l'objectif mais qu'il lit ses commentaires situés en-dessous. Avant la mise en place des prompteurs, les présentateurs pouvaient lire leurs fiches ou demander à un assistant de leur présenter des panneaux en s'agenouillant en dessous de la caméra. Cela explique ici la fixité et le manque d'aisance du journaliste.

Simone de Beauvoir, dont c'est l'une des premières apparitions à l'antenne, semble également assez tendue dans sa posture initiale. Elle parle de façon très claire et organisée mais sans regarder l'objectif (et très peu son interlocuteur). Ses vêtements ne sont pas sans rappeler le style vestimentaire des années 70 ( chemises bariolées, tuniques, bandeau de couleur dans les cheveux).

Elle revient ici sur la thèse centrale soutenue dans son ouvrage de référence pour le féminisme, Le deuxième Sexe : le conditionnement social des femmes depuis l'enfance façonne davantage leur identité que les seules différences biologiques.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème