vidéo - 

Géothermie en Guadeloupe : produire de l'électricité de manière durable

Date de diffusion : 06 avr. 2010

Pendant la semaine du développement durable de 2010, ce reportage centré sur la centrale géothermique de Bouillante en Guadeloupe, nous permet de mieux comprendre cette manière de produire de l'électricité de manière renouvelable.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

  • Niveaux: Cycle 2 - Cycle 3 - Cycle 4 - Lycée général et technologique - Lycée professionnel

    Parler du changement climatique en classe

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
01 oct. 2014
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001621

Contexte historique

Par Fatima RahmounProfesseure de physique-chimie de l'académie de Paris ) et

Par Sophie EdouardProfesseure de physique-chimie de l'académie de Paris )

La géothermie est basée sur une idée simple : plus on creuse la Terre et plus la température augmente. Les profondeurs de la Terre sont donc un formidable réservoir d'énergie thermique, mais pour l'exploiter il faut que cette chaleur soit accessible, ce qui induit des conditions géologiques particulières et il faut pouvoir transporter cette énergie jusqu'à la surface. Il existe 3 grands types d'exploitations géothermiques : la géothermie de très basse énergie (forage peu profond et température avoisinant les 15°C) qui est utilisée pour le chauffage individuel, la géothermie de basse énergie et celle qui nous intéresse dans ce reportage, la géothermie à haute énergie (avec une température de l'eau proche de 200°C) utilisée pour le chauffage et la production d'électricité. Dans le cas de la production d'électricité, la vapeur récupérée sert à faire tourner un alternateur qui produit de l'électricité, comme dans le cas d'une centrale thermique classique ou d'une centrale nucléaire, mais sans épuisement de la ressource.

En France, les chiffres de 2011 indiquent que la géothermie contribue à la hauteur de 0,1Mtep à la production globale d'énergie primaire. Pour comparaison, l'éolien contribue, lui, à hauteur de 1,1Mtep. A cette époque, la seule centrale géothermique en France qui produit de l'électricité est celle de Bouillante en Guadeloupe avec une puissance moyenne de 15 MW. Celle de Soultz-sous-Forêts en Alsace, qui a été inaugurée en 2008, est davantage un centre de recherche sur la géothermie et dispose d'une puissance de 1,5 MW. Par comparaison, aux Etats-Unis (premier producteur mondial d'électricité par géothermie), le champ géothermique californien « the Geysers » possède grâce à plusieurs centrales judicieusement installées une puissance moyenne de 685 MW. La géothermie française est donc un potentiel à ne pas négliger pour atteindre en 2020 l'objectif de 23% de l'énergie produite à l'aide de ressources renouvelables.

Éclairage média

Par Fatima RahmounProfesseure de physique-chimie de l'académie de Paris ) et

Par Sophie EdouardProfesseure de physique-chimie de l'académie de Paris )

Après le lancement plateau du journaliste, situant ce reportage comme un complément d'information « semaine du développement durable » sur une énergie particulière, la géothermie, nous partons en Guadeloupe près de Pointe-à-Pitre pour rencontrer de sympathiques baigneurs en maillot de bain dans une eau à près de 40°C. Une entrée en matière pleine de soleil, avec un accent chantant pour vanter les mérites de la géothermie. Mais la géothermie, ce ne sont pas que les sources d'eau chaude pour les baigneurs ; l'expert en géologie est là pour rappeler que ce n'est pas avec cette eau à 40°C que l'usine produit de l'électricité, mais avec une eau qui se trouve en profondeur, et qui atteint la température de 250°C.

Pour une meilleure compréhension du phénomène, le journaliste nous propose un schéma explicatif animé de la disposition particulière de cette usine de Bouillante. Puis nous passons au reportage sur place dans l'usine et c'est le directeur de l'exploitation qui nous explique le principe de l'alternateur. Nous remarquons d'ailleurs de grands panaches blancs sur presque toutes les images de la centrale, or ces gouttelettes d'eau en suspension (ou brouillard) ne peuvent pas être de la vapeur d'eau à 250°C (comme le dit le commentaire), car elle serait alors invisible.

Devant le tableau de bord de la centrale, le responsable local d'EDF nous donne des qualificatifs précis de cette production d'électricité que le journaliste avait qualifié de « propre ». Elle est renouvelable et en plus, par rapport au photovoltaïque ou à l'éolien, elle est maîtrisable et produit de l'électricité nuit et jour, 365 jours par an. Le journaliste termine le reportage avec une prévision optimiste en ce qui concerne le développement de la géothermie sur l'île ; il évoque un passage de 8% à 30% de l'électricité produite de cette manière d'ici à 2020.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème