vidéo - 

Passation de pouvoir et cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron en 2017

Date de diffusion : 14 mai 2017

Le 14 mai 2017, la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron a lieu au palais de l’Élysée. Elle est suivie de la cérémonie d’investiture du nouvel élu. Emmanuel Macron remonte ensuite les Champs-Élysées avant de raviver la flamme du Soldat inconnu et de saluer la foule.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
29 août 2019
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001916

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron est élu président de la République : il remporte 66,1 % des suffrages exprimés contre 33,9 % pour la candidate du Front national, Marine Le Pen (voir La célébration de la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle en 2017). Huitième président de la Ve République, il devient, à trente-neuf ans, le plus jeune président de la République de l’histoire de France, juste devant Louis-Napoléon Bonaparte, élu à quarante ans en 1848. Il est ainsi parvenu à accomplir un exploit sans précédent sous la Ve République : accéder à la présidence de la République sans avoir jamais détenu le moindre mandat électif, fort de deux seules années d’expérience ministérielle et épaulé par un mouvement politique fondé seulement un an auparavant.

Il succède à François Hollande, élu en 2012, qui avait renoncé à briguer un second mandat (voir François Hollande renonce à un second mandat présidentiel). Le président sortant avait justifié ce retrait inédit sous la Ve République, par les « risques que ferait courir une démarche (...) qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle ». Très impopulaire, François Hollande semblait en effet n’avoir aucune chance d'être réélu en mai 2017 et ne se trouvait déjà pas assuré de remporter la primaire de la gauche.

Emmanuel Macron entretient des rapports particuliers avec François Hollande. Ce dernier en a fait son secrétaire général adjoint de l’Élysée de mai 2012 à juillet 2014 avant de le nommer ministre de l’Économie dans le gouvernement de Manuel Valls en août 2014. Aussi François Hollande s’est-il senti trahi par Emmanuel Macron quand celui-ci a démissionné de ses fonctions ministérielles le 30 août 2016 puis s’est porté candidat à l’élection présidentielle le 16 novembre. Toutefois, leurs échanges sont chaleureux et empreints d’émotion lorsqu’ils se retrouvent, au lendemain de l’élection présidentielle, pour la cérémonie commémorative du 8 mai 1945, puis pour la passation des pouvoirs le 14 mai 2017.

De fait, ce jour-là les deux hommes procèdent à la passation des pouvoirs présidentiels au palais de l’Élysée le 14 mai 2017. Emmanuel Macron est accueilli en haut du perron de l’Élysée par François Hollande avant d’échanger pendant une heure avec lui dans le bureau présidentiel. Ensuite, obéissant à un rituel assez strict, la cérémonie d’investiture du nouveau président de la République se déroule dans la salle des fêtes de l’Élysée. Cette cérémonie débute par la proclamation officielle des résultats de l’élection présidentielle par le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, qui évoque également dans son allocution une campagne « chamboule-tout ». Emmanuel Macron se voit ensuite remettre le grand collier d’honneur de grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur par le grand chancelier avant de prononcer son tout premier discours présidentiel. Jugeant que « les Français ont choisi l’espoir et l’esprit de conquête » en l’élisant, il affirme : « Je ne céderai sur rien des engagements pris vis-à-vis des Français ».

Une fois la cérémonie d’investiture achevée, les honneurs militaires sont rendus au nouveau président sur la terrasse du parc de l’Élysée par la garde républicaine et des détachements militaires. Dans le même temps, vingt-et-un coups de canons sont tirés sur la place des Invalides pour saluer son élection. Emmanuel Macron remonte ensuite les Champs-Élysées, debout dans un véhicule militaire avant de faire les derniers mètres à pied jusqu’à l’Arc de triomphe où il ravive la flamme sur la tombe du Soldat inconnu. L’après-midi de son investiture, il se rend à l’hôpital d’instruction des armées Percy, à Clamart, pour saluer des soldats blessés en opérations extérieures. Il achève sa première journée de président de la République à l’Hôtel de Ville de Paris où il est reçu par la maire Anne Hidalgo.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Diffusé dans le 19.20 de France 3 le 8 mai 2017, ce reportage est consacré à la célébration de la victoire d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle, la veille au soir. Il prend la forme d’un commentaire sur images factuelles de la soirée alternant avec des images d’archives de François Mitterrand après son élection en 1981, un extrait de la première allocution du nouvel élu et une interview du réalisateur Serge Moati.

Le sujet de France 3 traite avant tout cette soirée de victoire sous l’angle des symboles choisis par Emmanuel Macron. Sa victoire a fait l’objet d’une mise en scène minutieuse, comme l’indique la présentatrice du journal télévisé : « Emmanuel Macron a travaillé, soigné l’image. » Du reste, les images de la célébration au Louvre n’ont pas été filmées par une équipe de France 3 mais par l’équipe d’Emmanuel Macron elle-même, dirigée par Jérôme Ledoux, qui avait réalisé ses meetings et qui lui avait servi de conseiller pour le débat télévisé d'entre-deux-tours.

Le choix du Louvre pour célébrer la victoire d’Emmanuel Macron est tout sauf anodin. Désirant marquer une rupture dans la vie politique française, le nouvel élu a également souhaité se démarquer des lieux traditionnels de liesse électorale, associés à la gauche - la place de la Bastille, pour François Mitterrand en 1981 et François Hollande en 2012 - ou à la droite - la place de la Concorde pour Jacques Chirac en 1995 et Nicolas Sarkozy en 2007. Le choix de l’ancien palais royal et premier musée visité au monde, permet aussi au nouvel élu de s’inscrire dans la continuité de l’histoire de France. « Le décor est grandiose », explique la journaliste de France 3. Emmanuel Macron prononce d’ailleurs son premier discours présidentiel devant la Pyramide du Louvre.

Ses premiers pas ont également fait l’objet d’une chorégraphie minutieuse de la part de son équipe. Peu avant 22 h 30, le nouvel élu traverse ainsi la cour du Louvre, d’un pas lent, le visage grave, tandis que résonne L’Ode à la joie. La marche d’Emmanuel Macron seul pendant trois minutes dans la cour du Louvre s’inspire clairement de celle de François Mitterrand, au Panthéon, lors de son investiture le 21 mai 1981 (voir Investiture de François Mitterrand). « Emmanuel Macron met directement ses pas dans ceux de François Mitterrand », précise la journaliste de France 3, sur fond d’images d’archives de ces moments. Comme le souligne l’ancien conseiller de François Mitterrand, Serge Moati, il s’agit pour le nouvel élu, avec cette marche, de « devenir président ».

Le soir de son élection, Emmanuel Macron a également mis en valeur son engagement européen par différents symboles. Comme François Mitterrand l’avait fait au Panthéon en 1981, il traverse la cour du Louvre au son de L’Ode à la joie, extrait de la Neuvième Symphonie composée par Ludwig van Beethoven en 1823, devenu l’hymne officiel européen en 1985. Ses supporteurs agitent par ailleurs des drapeaux européens. Toutefois, s’il veut montrer son attachement à la construction européenne, le nouvel élu n’oublie pas non plus de mettre en scène son patriotisme. Avec et ses proches, ils entonnent La Marseillaise devant des sympathisants qui brandissent de nombreux drapeaux tricolores.

À travers la mise en scène de ses premiers pas, Emmanuel Macron a ainsi voulu manifester son souhait de rompre avec la présidence « normale » de son prédécesseur François Hollande. Il a souhaité restaurer une présidence beaucoup plus solennelle, celle d’un monarque républicain « jupitérien » selon son propre mot.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème