vidéo - 

Rencontre historique entre les présidents nord et sud-coréens à Panmunjom

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 27 avr. 2018

Le 27 avril 2018, une rencontre historique a eu lieu entre le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, et le président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, à Panmunjom, dans la zone démilitarisée séparant les deux pays. Les deux hommes ont multiplié les gestes symboliques, en signe de la réconciliation de leurs pays.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
29 août 2019
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001941

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

La partition de la Corée en deux États, la Corée du Nord et la Corée du Sud, est consacrée depuis la signature de l’armistice de Panmunjom le 27 juillet 1953, entre la Corée du Nord et la Chine d’une part, et l’ONU d’autre part. Cet armistice, non signé par la Corée du Sud, a mis fin à la guerre de Corée après trois ans de combats ayant fait au moins un million de morts (voir La guerre de Corée). Il a créé une zone démilitarisée entre les deux Corées, la DMZ, en suivant à peu près le 38e parallèle, sur 248 kilomètres de long et 4 kilomètres de large

Cette zone démilitarisée n’a toutefois pas empêché de nombreux incidents entre la Corée du Nord et la Corée du Sud durant six décennies. Ainsi le 23 novembre 2010 l’armée nord-coréenne a bombardé l’île sud-coréenne de Yeonpyeong. Surtout, la Corée du Sud se trouve exposée à la menace nucléaire croissante de son voisin du Nord. La République populaire démocratique de Corée mène en effet un programme clandestin de développement de l’arme atomique sous la direction de ses trois dirigeants successifs : son fondateur Kim Il-sung jusqu’en 1994, Kim Jong-il de 1994 à 2011 et Kim Jong-un à partir de 2011. Après s’être retirée du traité de non-prolifération en 2003, la Corée du Nord procède à six essais nucléaires, en 2006, 2009, 2013, 2016 à deux reprises et 2017. Au cours de cette dernière année, la menace d’une nouvelle guerre entre les deux Corées a semblé proche.

Pourtant, en 2018, les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud connaissent un soudain réchauffement. Dans un discours du 1er janvier 2018, Kim Jong-un ouvre en effet la voie à l’apaisement, évoquant notamment l’envoi d’une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. De fait, une délégation de la Corée du Nord participe à ces Jeux olympiques en février 2018 et pour la première fois une équipe coréenne unifiée y prend part dans l’épreuve de hockey sur glace féminin. La sœur de Kim Jong-un, Kim Yo-jong, assiste par ailleurs à la cérémonie d’ouverture.

Surtout, le 27 avril 2018, un sommet historique réunit les dirigeants des deux Corées : le « dirigeant suprême » de la Corée du Nord, Kim Jong-un, et le président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, se rencontrent à Panmunjom, du côté sud-coréen de la zone démilitarisée qui sépare les deux pays. Kim Jong-un est ainsi le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol de la Corée du Sud depuis la guerre de 1950-1953. Les deux hommes échangent une poignée de main très symbolique à la frontière. Moon Jae-in accepte également une invitation de Kim Jong-un à passer un moment du côté nord de la zone démilitarisée.

Les deux dirigeants signent ensuite une déclaration dans laquelle, s’ils ne prennent aucune mesure concrète, ils s’engagent en faveur de la paix dans la péninsule coréenne : ils « déclarent solennellement devant les 80 millions de Coréens et le monde entier qu’il n’y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne et qu’en conséquence une nouvelle ère de paix a commencé. ». Ils affirment aussi leur « objectif commun d’obtenir, au moyen d’une déclunéarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire ». Ils prévoient enfin de permettre la reprise des réunions des familles séparées par la guerre.

Une deuxième rencontre entre Kim Jong-un et Moon Jae-in a ensuite lieu le 26 mai 2018. Puis le 12 juin suivant, le dirigeant nord-coréen rencontre le président américain Donald Trump à Singapour (voir Rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour) pour un sommet inédit entre dirigeants de Corée du Nord et des Etats-Unis.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Le 27 avril 2018, la rédaction de France 2 a choisi d’ouvrir son journal télévisé de vingt heures par un sujet consacré à la rencontre entre Kim Jong-un et Moon Jae-in, qui a eu lieu le jour même à Panmunjom, du côté sud-coréen de la zone démilitarisée séparant les deux pays. Comme le précise le présentateur Laurent Delahousse, cette rencontre constitue « un sommet pour l’histoire » : il s’agit de la première rencontre entre dirigeants nord-coréen et sud-coréen depuis la guerre de Corée.

Le sujet consacré à ce sommet se compose d’un commentaire sur images factuelles et d’illustrations entrecoupé de déclarations de Kim Jong-un et Moon Jae-in. Il montre que la rencontre entre les deux dirigeants coréens a fait l’objet d’une mise en scène minutieuse et fortement médiatisée. Kim Jong-un et Moon Jae-in ont ainsi multiplié les gestes symboliques destinés à marquer l’histoire sous l’œil d’une multitude de caméras et appareils photos.

Le geste le plus emblématique de leur rencontre a été la poignée de main échangée par les deux dirigeants sur la ligne de démarcation démilitarisée. Symbolique de la réconciliation des deux Corées, cette poignée de main a été diffusée en direct à la télévision en Corée du Sud et capturée par de très nombreux photographes. Le soir même, elle était déjà projetée sur la façade du bâtiment du sommet, comme on peut le voir dans le sujet.

Les deux dirigeants ont également mis en scène leur réconciliation par un franchissement symbolique de la frontière : chacun a traversé la ligne de démarcation et foulé quelques instants le sol de la partie de la zone démilitarisée située de l’autre côté. Kim Jong-un a ainsi franchi la petite barre de béton qui matérialise la ligne de démarcation à Panmunjom, étant le premier dirigeant nord-coréen à mettre les pieds en Corée du Sud depuis la guerre de 1950-1953. Puis, comme si cela ne figurait pas au programme, Kim Jong-un a également invité son homologue sud-coréen à en faire de même. Moon Jae-in est brièvement passé du côté nord-coréen de la zone, main dans la main avec Kim Jong-un, avant de repasser la frontière. Tout a donc été fait pour présenter l’image de Corées rapprochées, marchant ensemble vers la paix après sept décennies de divisions et de tensions. Le sujet de France 2 abonde ainsi en images de Kim Jong-un et Moon Jae-in échangeant des gestes chaleureux. Les derniers plans du sujet les montrent d’ailleurs main dans la main, au côté de leurs épouses.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents