vidéo - 

Premier alunissage d’un engin spatial sur la face cachée de la Lune, la sonde chinoise Chang’e 4

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 03 janv. 2019 | Date d'évènement : 03 janv. 2019

Le 3 janvier 2019, la Chine parvient à faire alunir la sonde Chang’e 4 sur la face cachée de la Lune : il s’agit du tout premier engin spatial à s’y poser. Cet alunissage survient cinquante ans après les premiers pas sur la Lune d’astronautes américains, le 20 juillet 1969.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Date de l'évènement :
03 janv. 2019
Page publiée le :
16 janv. 2023
Modifiée le :
16 janv. 2023
Référence :
00000004909

Contexte historique

Par Christophe GracieuxProfesseur agrégé en classes préparatoires littéraires au lycée Watteau (Valenciennes) )

Nettement devancée dans la conquête de l’espace par les États-Unis et l’Union soviétique pendant plusieurs décennies, la Chine n’a cessé de chercher à rattraper son retard sur ces superpuissances et de développer son programme spatial. Pékin a ainsi investi plusieurs milliards de dollars dans le secteur spatial, hissant son budget à la deuxième place mondiale derrière les États-Unis. En 2003, la Chine est parvenue à envoyer un premier astronaute dans l’espace.

Puis l’agence spatiale chinoise a mis en place un programme d’exploration de la face cachée de la Lune. Le 7 décembre 2018, la sonde spatiale Chang’e 4, composée d’un atterrisseur et de son rover, est lancée par une fusée depuis la base de lancement de Xichang. Le 3 janvier 2019, après un voyage dans l’espace de 21 jours, cette sonde parvient à alunir sur la face cachée de la Lune. La Chine devient alors la première puissance à y poser un engin spatial. Peu après son alunissage, Chang’e 4 prend la toute première photographie de la face cachée de la Lune, transmise ensuite par le satellite Queqiao envoyé dans l’orbite lunaire en mai 2018. Au cours des mois suivants, la sonde spatiale chinoise explore la face cachée de la Lune.

Par la suite, la Chine confirme sa montée en puissance spatiale. En décembre 2020, la mission Chang’e 5 parvient à rapporter sur Terre plus de 1,7 kilogramme d’échantillons de sol lunaire. Puis, Pékin parvient en 2021 à faire atterrir un petit robot sur Mars. Exclue de la Station spatiale internationale par une loi américaine de 2011 interdisant aux scientifiques américains de collaborer avec le programme spatial chinois, la Chine décide par ailleurs de construire sa propre station spatiale. Nommée « Tiangong » (« palais céleste »), cette station est achevée à la fin de l’année 2022 après l’amarrage réussi d’un troisième et dernier module le 31 octobre 2022.

Éclairage média

Par Christophe GracieuxProfesseur agrégé en classes préparatoires littéraires au lycée Watteau (Valenciennes) )

Consacré au premier alunissage d’un engin spatial sur la face cachée de la Lune, survenu quelques heures auparavant, ce bref sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h de France 2 le 3 janvier 2019. Il vise principalement à montrer la prouesse scientifique et technologique réalisée par l’Administration spatiale nationale chinoise, première agence spatiale parvenue à poser une sonde sur la partie invisible de la Lune. Le sujet de France 2 s’ouvre logiquement sur une image de ce moment historique : celle de la toute première photographie de la face cachée de la Lune prise par le module chinois Chang’e 4 peu après son alunissage. Puis est montré l’emplacement de la sonde spatiale sur la Lune, à partir d’un gros plan filmé d’un écran du Centre de contrôle et de commandement aérospatial de Pékin. Plus tard dans le sujet, différentes images d’animation donnent à voir la sonde spatiale chinoise en orbite autour de la Lune, ainsi que son alunissage.

Le sujet de France 2 retrace également les débuts de l’aventure de Chang’e 4 en présentant des images d’archives de son lancement le 7 décembre 2018 : elles montrent le décollage de la fusée Longue Marche 3-B depuis la base de Xichang, ainsi qu’un commentaire sur la mission par un responsable de l’Administration spatiale nationale chinoise.

Le sujet de France 2 ne se contente cependant pas de souligner l’importance technologique et scientifique de ce premier alunissage. Il le replace aussi dans un cadre géopolitique, la journaliste insistant sur la compétition acharnée depuis des décennies entre les grandes puissances mondiales à propos de la Lune. Si elle n’explique pas l’histoire du programme spatial chinois, elle met bien en valeur la dimension historique de l’alunissage de Chang’e 4 en le reliant au premier alunissage humain par la diffusion d’images iconiques : celles des premiers pas sur la Lune, le 20 juillet 1969, effectués par les astronautes américains Neil Armstrong et Buzz Aldrin. On peut également entendre la fameuse phrase alors prononcée par Neil Armstrong : One small step for a man, one giant leap for mankind (Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité).

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents