La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948

La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948

Par L'équipe Lumni EnseignementPublication : 03 déc. 2021

Paris, le 10 décembre 1948. La Déclaration universelle des droits de l’homme est adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies. Ce texte essentiel définit et encadre les droits fondamentaux de l’être humain, qu’ils soient personnels, civils ou politiques, économiques, sociaux ou culturels. Son ambition est de protéger la dignité humaine.

Si ses 30 articles – ses 30 droits – sont inspirés de la Déclaration d’indépendance américaine de 1776 et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ils portent aussi en eux l’esprit de textes fondateurs, plus anciens, parmi lesquels la signature de la Grande Charte d’Angleterre de 1215 (Magna Carta), celle de l’Habeas Corpus de 1679 et de la Déclaration anglaise des droits de 1689 (Bill of Rights).

Mais, en 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme veut surtout s’opposer à l’histoire de la première moitié du XXe siècle, une histoire meurtrie par deux guerres mondiales et l’horreur des exactions nazies. Pour le Français René Cassin, qui a activement œuvré à sa rédaction, cette Déclaration se présente comme la plus vigoureuse, la plus nécessaire des protestations de l’humanité contre les atrocités et les oppressions dont tant de millions d’êtres humains ont été victimes à travers les siècles et plus particulièrement pendant et entre les deux guerres.

C’est Eleanor Roosevelt, la veuve du président américain Franklin Roosevelt, qui préside, à partir de janvier 1947, la Commission des droits de l’homme de l’Organisation de Nations unies. Après deux ans de travaux – réalisés avec le soutien d’un comité de rédaction composé de membres de cultures différentes –, la Déclaration des droits de l’homme est adoptée par 48 des États membres de l’ONU (huit* se sont abstenus et deux** n’ont pas pris part au vote). Sur l’impulsion de René Cassin, elle est qualifiée d’universelle : elle s’applique en effet à tous sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation (article 2). 

Elle n’est pas une loi et ne revêt donc aucune valeur contraignante pour les gouvernements. Elle constitue néanmoins l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés…

Elle est, depuis son adoption, enrichie et complétée par d’autres textes de droit international cherchant à garantir l’application effective des droits de l’homme. Ces droits sont malheureusement, aujourd’hui encore, bafoués ici et là à travers le monde. Comme le clamait René Cassin, il n’y aura pourtant pas de paix sur cette planète tant que les droits de l’Homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit !

 

*Afrique du Sud, Arabie saoudite, Union soviétique, Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Ukraine et Biélorussie.

** Yémen et Honduras.

     

# Nos ressources vidéo