Jean Monnet annonce les objectifs du premier plan

Date de diffusion : 05 déc. 1946

En présence du président du Conseil Georges Bidault et de plusieurs ministres, Jean Monnet présente dans un discours les objectifs du premier plan français, qui doit permettre à la fois la reconstruction et la modernisation de l'économie française.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités françaises
Production :
INA
Page publiée le :
2004
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000337

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

L'adoption d'une planification de l'économie constitue l'une des principales réformes de structure de la Libération et l'émergence d'un système "d'économie concertée", selon une expression de l'époque. Depuis l'entre-deux-guerres, l'idée de planifier l'économie avait séduit de nombreux cercles de hauts fonctionnaires, d'intellectuels, d'ingénieurs, de syndicalistes.

Or, à la Libération, la planification s'impose rapidement comme une nécessité. Elle doit permettre de répartir les maigres ressources et de faire face aux nécessités urgentes de la reconstruction. Elle doit également permettre à la France de moderniser ses structures économiques. Elle apparaît enfin étroitement liée à l'aide américaine (la France ne peut obtenir cette aide qu'à condition d'avoir une stratégie efficace de répartition des crédits alloués). Le grand artisan de la planification d'après-guerre est Jean Monnet, ancien fonctionnaire de la Société des Nations et conseiller financier auprès de plusieurs gouvernements, qui réussit à convaincre le général de Gaulle de la nécessité du plan pour accélérer la reconstruction et modernisation du pays. Le 3 janvier 1946, un décret crée le Commissariat général au plan (CGP). Jean Monnet en est nommé commissaire général. C'est ce commissariat qui fixe les objectifs du premier plan français, épaulé par 18 commissions de modernisation et d'équipement où siègent des patrons, des syndicalistes et des fonctionnaires pour toutes les branches concernées.

Voté par le Parlement en 1947, ce plan de modernisation et d'équipement concentre l'effort sur six secteurs de base : électricité, charbon, sidérurgie, ciment, machines agricoles et transports intérieurs. Il donne donc largement la priorité à l'équipement et à l'industrie lourde au détriment de la consommation. Les objectifs assignés à chaque secteur sont particulièrement ambitieux (Monnet suggère un dépassement de 25 % environ des niveaux de production de 1929 à réaliser en 5 ans). En 1953, la plupart des objectifs sont pleinement réalisés. Un deuxième plan sera adopté en 1954, davantage tourné vers la recherche et les activités de haute technologie.

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

Jean Monnet bénéficie de la présence du chef du gouvernement Georges Bidault et de plusieurs ministres de premier plan, ce qui donne un poids particulièrement important à sa déclaration. La voix off du reportage insiste particulièrement sur le fait que ce premier plan apparaisse comme une oeuvre collective, associant les représentants des différentes professions. La planification doit ainsi permettre d'associer l'ensemble de la nation à l'effort de reconstruction et de modernisation.

Le reportage cherche ainsi à proposer une image contraire aux représentations que la grande majorité des Français se faisaient du plan, souvent présenté comme l'oeuvre d'un petit groupe de technocrates travaillant dans leur coin au petit hôtel de la rue de Martignac.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème