vidéo

L'essor des nouvelles formes de distribution : l'exemple de Creil (Oise)

Date de diffusion : 14 févr. 1970

La ville de Creil se dote à sa périphérie d'une importante zone commerciale où s'implantent des "grandes surfaces". La grande distribution révolutionne les habitudes des consommateurs et menace les petits commerçants.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000364

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

Au cours des Trente Glorieuses se déroule une véritable révolution du commerce et de la distribution en France. En 1950, le commerce est encore pour 85 % le fait de petits magasins isolés. Mais peu à peu, les réseaux organisés se développent et les grandes surfaces (supermarchés et hypermarchés) se multiplient. La distribution de masse est favorisée par plusieurs facteurs : progression de l'urbanisation et extension des banlieues, évolution des besoins (société de consommation), généralisation de l'automobile, mais également des réfrigérateurs qui permettent de stocker les produits alimentaires.

En 1963, Marcel Fournier invente l'hypermarché (grande surface distribuant en très grande quantité des produits alimentaires et non alimentaires) avec le premier magasin Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois. Le succès est décisif. Carrefour devient rapidement la première société de distribution en France. En 1968, on ne compte encore que 26 hypermarchés en France, mais ils sont 2 587 à la fin de l'année 1973. Sur le modèle des "grandes surfaces" naissent également des centres spécialisés dans les loisirs, l'électroménager, l'ameublement, les vêtements... Les principales villes françaises possèdent désormais à leur périphérie des zones commerciales où s'implantent les magasins de grande distribution, accessibles en voitures et environnés de vastes aires de stationnement.

Cette révolution commerciale modifie profondément les habitudes des consommateurs (achats moins réguliers mais plus importants, extension des bassins de clientèle...). Le succès de ces centres commerciaux périphériques permettra à l'avenir leur étoffement en commerces toujours plus spécialisés (bricolage, jardinerie) associés à des services de restauration et de détente (cinémas, cafés, brasseries...).

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

La confrontation d'images de supermarchés et d'épiceries démontre bien l'opposition entre deux univers. La grande distribution d'un côté (étalages remplis et variés, queues aux caisses, caddies remplis, clientèle nombreuse), appelée à se développer ; le petit commerce de l'autre (clientèle âgée et peu nombreuse, produits peu variés) appelés à disparaître ou à ne plus jouer qu'un rôle d'appoint.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème