vidéo - 

Un exemple de la désertification rurale : Montboudif

Un exemple de la désertification rurale : Montboudif

Date de diffusion : 25 juin 1971

Un petit village du Cantal, Montboudif, connaît un processus de dépeuplement important. L'activité agricole décline, les jeunes partent à la ville, ce qui constitue une menace importante pour les commerçants, les cafés mais aussi l'école du village.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000399

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

En 1967, dans un ouvrage au titre célèbre, La fin des paysans, Henri Mendras soulignait l'inéluctable disparition d'une classe sociale, mais aussi d'une civilisation rurale, qui était pourtant apparue jusqu'au milieu du XXe siècle comme le pilier principal de la société française. En 1954, les ruraux formaient encore 41 % de la population. Ils ne sont plus que 25 % en 1975. Au total, entre 1945 et 1975, les campagnes ont perdu près de 6 millions d'habitants. La progression importante des gains de productivité dans l'agriculture, la baisse du nombre d'exploitations, l'attrait de la ville, etc expliquent l'importance de l'exode rural et la chute considérable de la population agricole au sein de la population active.

Le destin des communes rurales reste cependant divers. Certains villages situés à proximité de villes importantes ont réussi à survivre grâce à l'apport de nouvelles populations venues chercher en milieu rural un cadre de vie plus agréable tout en continuant à travailler à la ville voisine. Les phénomènes de rurbanisation et de périurbanisation ont même permis à certains de ces villages de s'intégrer à l'univers urbain. Les communes rurales situées en Zone de peuplement industriel et urbain (ZPIU) ont ainsi crû de 1 % par an environ au cours des années soixante.

En revanche, les petites communes rurales situées plus à l'écart (régions de montagne, communes et bourgs éloignés des villes) ont entamé à partir des années 1960 un important processus de dépeuplement et de désertification. Le départ des jeunes vers la ville, l'absence de nouveaux arrivants, le vieillissement de la population entraînent la suppression des différentes activités et infrastructures présentes en milieu rural : l'école ferme, le presbytère se vide, les petits commerces et cafés disparaissent, les bureaux de poste sont supprimés, les médecins quittent le village pour aller s'installer en ville... Cette évolution entraîne la remise en question du petit village comme unité élémentaire viable sur le plan de la vie économique et sociale.

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

Des interviews de jeunes permettent d'expliquer la logique du dépeuplement de Montboudif : l'activité agricole n'est plus rentable et seul le départ vers la ville peut permettre de trouver un travail. Le fait d'interviewer des jeunes montre également un décalage important entre la nouvelle génération et les personnes plus âgées habitant le village (préoccupations, modes de vie et habitudes vestimentaires différents).

Si le village de Montboudif, dans le Cantal, permet d'illustrer le sort de nombreuses petites communes rurales en voie de dépeuplement, il s'agit également de la commune de naissance du Président Georges Pompidou. Ce n'est donc pas un village totalement comme les autres puisqu'il apparaît relativement familier aux Français (Pompidou y effectue plusieurs visites au cours de sa présidence tandis que des touristes s'arrêtent volontiers l'été pour visiter la maison natale du président de la République). Le reportage aborde ainsi l'un des seuls éléments susceptible de sauver certains villages d'une mort certaine : le développement du tourisme (tourisme vert ou culturel).

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème