vidéo - 

Manifestation à Paris le 1er mai 2002 contre Jean-Marie Le Pen

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 01 mai 2002

Le 1er mai 2002, environ 500 000 personnes manifestent à Paris contre Jean-Marie Le Pen, en lice pour le second tour de l'élection présidentielle.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000420

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Dès l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle le 21 avril 2002, des manifestations spontanées contre Jean-Marie Le Pen, qualifié pour le second tour, ont lieu à Paris et dans les grandes villes de province. Cette mobilisation prend rapidement une très grande ampleur : durant les 15 jours qui séparent les deux tours de l'élection, plusieurs millions de Français, et plus particulièrement les lycéens et les étudiants, participent à des rassemblements, débats et pétitions contre le Front National.

Le 30 avril, plusieurs dizaines de milliers de lycéens défilent ainsi à Paris. Mais c'est surtout le lendemain 1er mai, jour traditionnel des manifestations syndicales, que la mobilisation anti-FN connaît son apogée : environ 1,5 million de personnes descendent dans les rues contre l'extrême droite sur l'ensemble du territoire français. Plus de 50 000 manifestants sont par exemple dénombrés à Lyon et à Grenoble, 45 000 à Toulouse, 40 000 à Bordeaux, 35 000 à Rennes ou encore 30 000 à Marseille et Lille.

La manifestation parisienne, organisée entre la place de la République et celle de la Nation rassemble quant à elle environ 500 000 personnes : il s'agit d'un des plus grands défilés que la capitale ait connu depuis la Libération. En raison de cette ampleur, l'immense cortège doit même être scindé en trois itinéraires pour rejoindre la place de la Bastille. La gauche plurielle et plusieurs ministres figurent dans le cortège, en compagnie des syndicats. Les élus de droite en sont absents. François Fillon, président RPR de la région Pays-de-la-Loire, explique ainsi cette position : "Il n'est pas dans notre culture de manifester". Mais gauche comme droite appellent à voter Jacques Chirac le 5 mai 2002 pour "faire barrage à l'extrême droite".

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce sujet diffusé le soir même de la manifestation contre Jean-Marie Le Pen le 1er mai 2002 à Paris se décompose en trois séquences. Dans un premier temps, le présentateur David Pujadas ouvre le journal télévisé en commentant "l'image du jour", à savoir l'immense cortège des manifestants filmé par l'hélicoptère de la Préfecture de Police autour de la place de la Nation.

Il s'agit dès le début du journal de souligner l'ampleur du rassemblement, David Pujadas insistant par ailleurs sur son caractère historique ("le défilé le plus important depuis l'école libre"). Dans un second moment est diffusé un reportage réalisé au milieu du cortège. Le journaliste qualifie ce dernier de "marée humaine" : plusieurs plans montrent une foule très dense. Puis de manière classique, le reportage s'intéresse aux différents moyens d'expression utilisés par les manifestants pour dire leur rejet des idées de Jean-Marie Le Pen. De multiples pancartes et banderoles individuelles témoignent de leur imagination, proclamant "Le Pen petit Pétain" ou "le 5 mai faites de Le Pen un détail de l'histoire" (allusion à l'affirmation de Jean-Marie Le Pen en 1987 selon laquelle "les chambres à gaz ne sont qu'un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale").

De nombreux drapeaux tricolores, des références au triptyque "Liberté, égalité, fraternité" ou des bonnets phrygiens sont aussi visibles, les manifestants affichant de la sorte leur attachement aux valeurs de la République. On peut également entendre des slogans contre Le Pen, dont "C'est pas les immigrés, c'est pas les sans-papiers, c'est Le Pen qu'il faut virer". Le reportage s'attache tout spécialement à mettre en valeur la diversité des manifestants. Diversité d'origines, le journaliste évoquant "une foule black, blanc, beur", référence notamment à la victoire de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde 1998. Et diversité générationnelle : de nombreux jeunes battent le pavé, de même que des familles entières ; un couple de personnes âgées est également interrogé. Ce reportage insère du reste un micro-trottoir. Transparaît une "ambiance bon enfant", en particulier à travers la musique qui ressort du défilé et le plan final sur un couple s'embrassant place de la Bastille. Enfin, dans un dernier temps, une fois le cortège dispersé, un journaliste recueille le témoignage de deux manifestants en direct de la place de la Nation.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents