vidéo - 

Instauration du revenu minimum d'insertion (RMI) en 1988

Instauration du revenu minimum d'insertion (RMI) en 1988

Date de diffusion : 04 oct. 1988

Un projet de loi sur le revenu minimum d'insertion (RMI) va être voté par l'Assemblée nationale : un revenu sera attribué à ceux qui en étaient démunis, tout en leur établissant un contrat d'insertion.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000446

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Dès sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale en juin 1988, le Premier ministre Michel Rocard annonce l'instauration d'un revenu minimum d'insertion (RMI). Il s'agit de venir en aide aux plus pauvres, en leur attribuant une allocation égale à la différence entre leurs ressources et le revenu garanti, tout en leur établissant un contrat d'insertion. Le projet de loi instituant un RMI, premier texte inscrit à l'ordre du jour de la nouvelle Assemblée nationale en octobre 1988, est adopté le 12 octobre 1988 par 547 voix contre seulement 3 UDF, et à l'unanimité en seconde lecture le 30 novembre.

Le RMI est alors fixé à 2 000 francs par mois pour son bénéficiaire direct, plus 1 000 francs pour la première personne à charge, plus 600 francs pour chacune des suivantes. Dès mai 1989, on dénombre 296 000 allocataires. Leur nombre ne cesse par la suite de croître, atteignant 567 000 en 1991, 780 000 en 1994, et 1,2 million en 2004.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce reportage ne s'attache pas à évoquer l'importance politique du projet de loi instaurant le revenu minimum d'insertion : seule la présentatrice y fait brièvement référence dans son lancement plateau. Il s'emploie surtout à détailler les principales dispositions du projet et leur application pratique. Les images ne jouent ici qu'un rôle d'appoint pour le commentaire, illustrant différentes situations-types. Ainsi les plans montrant une mère cuisinant pour ses deux enfants font référence au cas des femmes divorcées élevant seules des enfants, qui, selon le projet de loi, peuvent désormais bénéficier du RMI.

De même, les images appuyant l'évocation des "familles ou individus marginalisés par le chômage, la maladie et l'alcoolisme" présentent des immeubles HLM de banlieue : les cités montrées à l'écran apparaissent synonymes de misère et d'exclusion. Et pour illustrer les stages de formation que les bénéficiaires du RMI sont censés suivre, différents plans laissent voir des hommes dessinant, ou des outils maniés. A plusieurs reprises les principales données chiffrées sont insérées dans le reportage de manière à faire comprendre quelles sont les catégories concernées par l'instauration du RMI et quelles en sont les modalités pratiques.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème