vidéo - 

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2017

Date de diffusion : 24 avr. 2017

Emmanuel Macron arrive en tête du premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril 2017, devant la présidente du Front national, Marine Le Pen. Leurs militants célèbrent la qualification de ces deux candidats pour le second tour. Éliminés, François Fillon et Benoît Hamon appellent à voter contre Marine Le Pen. Quatrième, Jean-Luc Mélenchon se refuse à donner une consigne de vote.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
29 août 2019
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000001931

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Le 23 avril 2017 a lieu le premier tour de l’élection présidentielle, la dixième organisée sous la Ve République. 

La campagne électorale a connu de nombreux rebondissements. Le premier a été le renoncement inattendu du président de la République sortant, François Hollande : le 1er décembre 2016, il renonce à briguer un second mandat (voir François Hollande renonce à un second mandat présidentiel). Ce retrait est sans précédent sous la Ve République : jamais, depuis 1958, un président de la République n’avait renoncé à se représenter après un seul mandat.

Le second coup de théâtre a été l’implication du favori initial, le candidat des Républicains François Fillon, dans une affaire judiciaire : il a été mis en cause à partir de janvier 2017 pour des emplois fictifs de son épouse Pénélope comme assistante parlementaire et comme collaboratrice à La Revue des deux mondes (voir L’affaire Pénélope Fillon).

La campagne présidentielle de 2017 a enfin été marquée par l’émergence d’une candidature inattendue, celle de l’ancien ministre de l’Économie du gouvernement de Manuel Valls, Emmanuel Macron. Après avoir lancé, en avril 2016, un nouveau mouvement politique qu’il baptise En Marche !, Emmanuel Macron démissionne de ses fonctions de ministre le 30 août 2016. N’ayant jamais brigué le moindre mandat électif, il annonce pourtant sa candidature à l’élection présidentielle le 16 novembre suivant. Il ne va dès lors cesser de voir sa cote augmenter dans les sondages, profitant notamment du retrait de François Hollande et des affaires impliquant François Fillon.

Onze candidats s’affrontent lors du premier tour le 23 avril 2017. La participation est assez élevée, avec 78,59 % des inscrits qui se rendent aux urnes. Elle est certes en baisse par rapport au premier tour des élections présidentielles de 2007 (83,78 %) et 2012 (79,48 %).

Emmanuel Macron arrive en tête du premier tour avec 24,01 % des voix. Il est suivi par Marine Le Pen, qui se qualifie donc elle aussi pour le second tour en réunissant 21,30 % des voix. La présidente du Front national obtient le meilleur score d’un candidat d’extrême droite à une élection présidentielle : elle dépasse largement son propre résultat de 2012 (17,9 %) et celui de son père Jean-Marie Le Pen en 2002 (16,86 %). Marine Le Pen améliore ainsi de plus de 1,2 million de voix son score de 2012.

François Fillon échoue quant à lui à la troisième place avec seulement 20,01 % des voix. Il paie en grande partie sa mise en cause dans le « Pénélopegate ». Il perd plus de 2,5 millions de voix par rapport à Nicolas Sarkozy en 2012. Pour la première fois sous la Ve République la droite est ainsi éliminée dès le premier tour d’une élection présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise, mouvement de gauche radicale qu’il a fondé en 2016, arrive en quatrième position, comme en 2012. Très déçu, il améliore pourtant nettement son score de 2012 : avec 19,58 % des suffrages, soit 7 millions de voix, il obtient 8 points de plus qu’en 2012 (11,1 %) et plus de 3 millions de voix supplémentaires.

De son côté, le candidat du Parti socialiste, Benoît Hamon, essuie une défaite historique. Vainqueur de la primaire à gauche en janvier 2017 contre Manuel Valls, il ne réunit que 6,36 % des voix, soit le plus mauvais score pour un socialiste depuis Gaston Defferre en 1969 (5,01 %). C’est une véritable humiliation pour Benoît Hamon qui ne réunit que 2,3 millions de voix, soit une perte de 8 millions par rapport à François Hollande qui était arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle de 2017.

Avec l’élimination de François Fillon et de Benoît Hamon, les deux partis ayant dominé la vie politique sous la Ve République sont exclus du second tour. Pour la première fois, un second tour oppose un candidat revendiquant une position centriste, Emmanuel Macron, à une candidate d’extrême droite, Marine Le Pen. C’est Emmanuel Macron qui le remporte le 7 mai 2017 avec 66,1 % des voix (voir La célébration de la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle en 2017).

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Faisant l’ouverture du journal télévisé de France 3 de la mi-journée le 24 avril 2017, ce sujet revient sur les résultats du premier tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé la veille au soir. De facture classique, il s’agit d’un reportage d’ambiance, qui présente les réactions de militants ainsi que celles des principaux candidats. Il se constitue d’images factuelles tournées au sein des quartiers généraux des cinq candidats arrivés en tête du premier tour alternant avec des extraits d’allocutions de ces candidats. Il insère également des témoignages de militants anonymes des deux candidats qualifiés pour le second tour, ceux d’En Marche ! et ceux du Front national.

Le sujet propose cinq séquences, une pour chacun des cinq candidats arrivés en tête du premier tour : Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Toutefois, l’ordre d’évocation des candidats ne correspond pas exactement à leur position à l’issue du scrutin. Jean-Luc Mélenchon est ainsi traité après Benoît Hamon, alors qu’il a obtenu plus de trois fois son score, probablement parce qu’il a tardé à faire une déclaration après le résultat. Les six autres candidats qui ont participé au premier tour (Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, François Asselineau, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade) ne sont quant à eux même pas mentionnés dans le reportage.

Les deux premières séquences, consacrées à Emmanuel Macron et à Marine Le Pen, offrent un contraste saisissant avec les trois suivantes. Elles présentent des scènes de liesse de militants, célébrant la qualification de leurs candidats pour le second tour. Les militants d’En Marche ! exultent ainsi à l’annonce de la première place de leur favori, agitant drapeaux français et européens. Ils accueillent ensuite Emmanuel Macron et son épouse Brigitte comme de véritables rock stars. Les militants du Front national, réunis à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), manifestent également leur joie, applaudissant et chantant « On a  gagné ! ». À l’inverse, au quartier général parisien de François Fillon, arrivé troisième, les militants des Républicains peinent à cacher leur déception. Dans ces trois dernières séquences, ce qui compte avant tout, c’est moins la réaction des militants que la consigne de vote donnée par les candidats éliminés pour le second tour, voire son absence dans le cas de Jean-Luc Mélenchon.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème