Visite de délégations étudiantes au maréchal Pétain pour son 86e anniversaire

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 01 mai 1942

À l’occasion du 86e anniversaire du maréchal Pétain en mai 1942, des délégations d’étudiants lui rendent visite et déposent en sa présence une couronne au monument aux morts. À la fin de la cérémonie, le drapeau est descendu pour être découpé en 17 morceaux qui sont remis aux délégations estudiantines. S’adressant aux jeunes, le maréchal les appelle à servir la France.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Les Actualités mondiales
Page publiée le :
25 nov. 2022
Modifiée le :
07 janv. 2023
Référence :
00000005011

Contexte historique

Par Raphaëlle BellonResponsable des activités pédagogiques de la Fondation de la Résistance )

En mai 1942, le maréchal Pétain fête ses 86 ans et une cérémonie en son honneur est organisée : cette manifestation intervient juste après le retour de Pierre Laval au pouvoir, en avril 1942, lorsqu’il est nommé chef de gouvernement (il avait été évincé du gouvernement en décembre 1940).

Celui-ci est un partisan convaincu de la politique de collaboration : il devient ainsi de plus en plus difficile de croire à un double jeu du chef de l’État. Cette cérémonie intervient donc à un moment clé dans la perte de popularité du maréchal et la désaffection des Français à l’égard du régime, qui s’accélère dans les mois qui suivent.

Cette propagande s’adresse à l’ensemble des Français, mais la jeunesse y joue un rôle central, à la fois comme destinataire privilégié et comme acteur : les actions mises en œuvre par le régime auprès du public scolaire et étudiant sont largement relayées et magnifiées dans la presse et les actualités filmées.

Cette mise en scène d’une jeunesse étudiante adhérant au régime et communiant dans le culte du chef de l’État est d’autant plus nécessaire que de nombreuses actions menées par elle ont montré très tôt un refus assez largement partagé du nouvel ordre établi. L’événement le plus emblématique est, bien sûr, la manifestation étudiante et lycéenne du 11 mai 1940. De nombreuses actions spontanées, dans et aux abords des établissements scolaires, témoignent de cet état d’esprit frondeur, très caractéristique par ailleurs de la jeunesse. À cela s’ajoute progressivement, à partir de 1941, l’apparition de véritables organisations de résistance dans les lycées et les universités (par exemple, le groupe Défense de la France fondé par trois étudiants : Philippe Viannay, Robert Salmon, Hélène Mordkovitch).

Éclairage

Par Raphaëlle BellonResponsable des activités pédagogiques de la Fondation de la Résistance )

Ce reportage d’actualités s’ouvre sur des mots d’ordre chers au régime, solidarité et renaissance française, l’inscrivant d’emblée dans sa propagande.

Dans deux plans relativement serrés, le maréchal Pétain apparaît au centre, ce qui a pour effet d’attirer le regard du spectateur sur lui. Ce cadrage permet également de montrer, voire d’accroître, l’importance de la foule qui l’entoure, afin de souligner sa popularité, que le régime veut mettre en scène.

Des étudiants déposent une gerbe de fleurs au pied du monument aux morts devant un public nombreux, puis le maréchal lui-même. Un gros plan permet de voir qu’elle a été déposée par les « étudiants de France » : cet enchaînement vise à souligner le lien fort qui l’unit à la jeunesse.

La caméra montre ensuite le drapeau français, puis le chef de l’État entouré d’officiels et la foule derrière lui, rappelant le rôle central de la patrie dans la pensée et la geste pétainiste. Les images du drapeau sont d’ailleurs nombreuses dans le reportage.

Alternent ensuite prises de vues du maréchal, de la foule et du drapeau partagé, comme pour souligner la symbiose entre le chef de l’État, le peuple français et la patrie. Le commentaire souligne l’engagement de la jeunesse et reprend des mots d’ordre chers au régime, comme celui de « servir la France » – propos illustrés par l’image montrant des jeunes gens au garde-à-vous ou tenant le drapeau. Laval, dont le nom est mentionné, apparaît plusieurs fois dans le film au côté du maréchal, comme pour souligner l’entente entre les deux hommes.

Le ton volontiers lyrique du commentateur et la musique à la fois glorieuse et martiale renforcent le propos du reportage.

Alors que, jusque-là, Pétain apparaissait davantage en chef de l’État, le reportage se clôt sur des images le montrant au contact de la foule, proche donc des Français. Ce sont donc deux aspects de la propagande autour de sa personne qui sont montrés ici. Une citation choisie de son discours d’avril 1942 vient clore le reportage : c’est ce message que doivent retenir les Français, alors que la politique du chef de l’État est à un tournant avec le retour de Pierre Laval.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents