• Vidéo

    Date de la vidéo: 1941 Collection: - Les Actualités mondialesRessource téléchargeable

    À l’école de Cauchy-à-la-Tour, lieu de naissance du maréchal Pétain

    Né à Cauchy-à-la-Tour, Philippe Pétain fréquenta les bancs de l’école de ce village du nord de la France. Sous l’Occupation, les jeunes élèves de la commune sont appelés à communier dans le culte développé autour de leur illustre prédécesseur, désormais devenu le chef de l’État.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 1942 Collection: - Les Actualités mondialesRessource téléchargeable

    Dessins et lettres d'écoliers, adressés à Pétain et exposés à Paris

    En 1942, des officiels français visitent au musée Galliera une exposition des dessins réalisés par des écoliers et de lettres écrites au maréchal Pétain. Lors d’une entrevue à Vichy, une petite fille lui remet sa lettre. Le reportage se termine par une visite du maréchal au centre de triage du courrier qui lui est adressé à l’Auberge française de la jeunesse de Bellerive-sur-Allier, près de Vichy.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 1942 Collection: - Les Actualités mondialesRessource téléchargeable

    Visite de délégations étudiantes au maréchal Pétain pour son 86e anniversaire

    À l’occasion du 86e anniversaire du maréchal Pétain en mai 1942, des délégations d’étudiants lui rendent visite et déposent en sa présence une couronne au monument aux morts. À la fin de la cérémonie, le drapeau est descendu pour être découpé en 17 morceaux qui sont remis aux délégations estudiantines. S’adressant aux jeunes, le maréchal les appelle à servir la France.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 1942 Collection: - France ActualitésRessource téléchargeable

    Journée de l'enseignement primaire : le maréchal Pétain parle aux instituteurs

    Pour la journée de l’enseignement primaire de 1942, le maréchal Pétain visite une exposition départementale de travaux d’écoliers à Vichy. Il s’adresse ensuite à des instituteurs venus de toute la France et déclare vouloir leur rendre leur dignité afin qu’ils puissent se consacrer à leur tâche d’instruire et d'éduquer la jeunesse. 

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 1943 Collection: - France ActualitésRessource téléchargeable

    Concours de la plus belle lettre à un travailleur français envoyé en Allemagne

    Un concours de la plus belle lettre pour les travailleurs en Allemagne est organisé en 1943 alors que de nombreux Français sont réquisitionnés pour le Service du travail obligatoire (STO). Abel Bonnard, ministre de l’Instruction publique (gouvernement Laval), présente les objectifs du concours. Dans une école, un maître interroge ses élèves sur ce qu’ils aimeraient écrire dans leurs lettres.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 1994 Collection: - Journal régional - CentreRessource téléchargeable

    Retour sur la Résistance et la répression à La Ferté-Saint-Aubin

    Un survivant du massacre du By évoque le sort de 40 étudiants parisiens du corps franc Liberté, fusillés par la Gestapo en 1944. Deux résistants racontent la constitution de regroupements en Sologne à l’approche du Débarquement. Deux survivants racontent l’arrivée de la Gestapo et la fusillade. Des mémoriaux rappellent le sort des 57 fusillés du 10 juin 1944. Les survivants perpétuent leur souvenir.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2003 Collection: - 19 20 Edition nationaleRessource téléchargeable

    Hommage à cinq résistants, élèves du lycée Buffon à Paris, fusillés en 1943

    Des élèves du lycée Buffon lisent des lettres que cinq lycéens, résistants, ont rédigées à la veille de leur exécution par les Allemands, en 1943. Un documentaire est projeté pour commémorer les soixante ans de l’événement, commenté par des élèves. Régine Chanot, qui a rencontré deux de ces lycéens en 1940, lors d'une manifestation contre les Allemands, témoigne. Des lycéens réfléchissent sur le sens de cet engagement.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2006 Collection: - 12/13Ressource téléchargeable

    Le père Jacques, résistant, déporté pour avoir caché des enfants juifs à Avon

    Le frère Jacques de Jésus, directeur du petit collège catholique d’Avon, a caché trois enfants juifs en 1943. Des témoignages d’habitants montrent qu’il est toujours une figure locale. Arrêté en janvier 1944 avec les enfants qu'il avait cachés, déporté, il meurt à son retour. Jean Gavard témoigne de sa charité à l’égard de ses codétenus. Des religieux essaient d’obtenir sa béatification.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2013 Collection: - 19/20Ressource téléchargeable

    La résistance des élèves au lycée Lalande de Bourg-en-Bresse

    Dès 1940, un noyau résistant se crée au lycée Lalande de Bourg-en-Bresse. D’anciens élèves résistants témoignent de la répression qui frappe le lycée en 1944, de l’organisation du groupe, des actions menées (dont des opérations contre l’occupant après la mise en place du STO en 1943). Après la répression, certains rejoignent le maquis, d’autres sont déportés. Le lycée reçoit la médaille de la Résistance.

  • Dossier thématique

    19 ressources Publié le  : 21 nov. 2022

    Il était une fois… la télévision

    Raconter l'histoire de la télévision, c'est remonter le fil d'une histoire marquée par des avancées techniques prodigieuses réalisées depuis la fin du XIXe siècle ; c'est mesurer la toute-puissance politique dans le développement de ce nouveau média ; mais c'est aussi se remémorer les grands événements dont il s'est fait l'écho et les grandes émissions qu'il nous a offertes. Plongée, forcément attendrie, dans plus d'un siècle de l'histoire de l'audiovisuel français.   

  • Dossier thématique

    6 ressources Publié le  : 21 nov. 2022

     Orientation professionnelle : des ressources pour trouver sa voie

    Lumni Enseignement met à votre disposition des témoignages filmés de professionnels particulièrement investis dans leurs pratiques. Objectif : aider les élèves, de la sixième à la terminale, à faire des choix d’orientation éclairés.

  • Piste Pédagogique

    Niveaux: Lycée général et technologique  - Lycée professionnel Publié le  : 08 nov. 2022

    La sortie de l’apartheid en Afrique du Sud

    Du lendemain de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1990, l’Afrique du Sud est sous le joug d’un régime raciste, connu sous le nom d’apartheid. Le pouvoir politique et économique est alors monopolisé par les descendants des colons européens tandis que les autres populations du pays (notamment la population noire) sont marginalisées. La longévité de ce régime (plus de quatre décennies) comme son effondrement final ne peuvent se comprendre sans réinscrire l’Afrique du Sud dans le contexte international. Qu’il s’agisse du processus de décolonisation que connaissent l’Asie et l’Afrique ou de la guerre froide qui oppose les États-Unis à l’URSS, ces grandes dynamiques influent largement sur le pays. Par ailleurs, si la libération de prison de Nelson Mandela en 1990 est généralement considérée comme la fin de l’apartheid, elle n’est en réalité que le début d’un processus lourd de défis.

  • Audio Connexion requise pour accéder aux ressources

    Collection: DécryptageRessource téléchargeable Disponible jusqu'au  : 02 nov. 2025

    François Hollande raconte les attentats du 13 novembre 2015

    François Hollande, président de la République au moment des faits, raconte durant l'été 2021 au micro de Valérie Gas et Romain Auzouy comment il a vécu les attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et Paris. L'ancien chef de l'État détaille les mesures qu'il a prises dans l'urgence des attentats et évoque sa recherche d'unité politique pour le pays dans les jours qui ont suivi la tragédie. Dans le contexte du début du procès des attentats du 13 novembre 2015, qui s'ouvre à Paris le 8 septembre 2021, quelques semaines après l'interview, François Hollande fait le point sur la lutte de la France contre le terrorisme islamiste, en particulier sa lutte contre Daech.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2022 Ressource téléchargeable

    Rafle du Vél' d'Hiv' : le témoignage d'Agnès Buisson

    Agnès Buisson naît en 1933, à Paris, de parents juifs polonais, Srul et Chuma. Le 16 juillet 1942, des policiers frappent à la porte de leur domicile parisien. Srul, qui voue une grande admiration à la France et s'est engagé volontaire dans l'armée française en 1939, ne croit pas les rumeurs d'une rafle et ouvre la porte. La famille est emmenée par les agents au Vélodrome d'Hiver. Dans la file d'attente, après avoir prévenu son mari, Srul prétexte un besoin pressant de sa fille Agnès, lui arrache l'étoile jaune ainsi que la sienne et parvient à s'échapper avec elle. Après s'être cachées à Paris, la mère et la fille rejoignent la zone libre. À la Libération, elles apprennent la mort en déportation, à Auschwitz, du père d'Agnès.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2022 Ressource téléchargeable

    Rafle du Vél' d'Hiv' : le témoignage de Betty Grinbert

    Betty Grinbert est née en 1932 à Paris de parents juifs polonais, Abraham et Cywia. Abraham réchappe par chance à la rafle dite du billet vert du 14 mai 1941. Le 16 juillet 1942, au matin de la rafle du Vélodrome d'Hiver, deux policiers en civil se présentent à la porte du domicile familial. La mère de Betty, Cywia, leur dit qu'elle préfère se suicider avec ses enfants plutôt que de les suivre. De retour du commissariat après avoir pris des instructions, les policiers emmènent Abraham, mais laissent Cywia et les enfants dans l'appartement. La famille quitte alors son domicile pour un lieu plus sûr à Belleville, puis la mère se sépare de ses enfants. Betty, son frère (qui meurt de maladie en 1944) et sa sœur sont envoyés se cacher dans l'Aisne tandis que Cywia reste à Paris. À la Libération, la mère et ses deux filles attendent en vain le retour d'Abraham, mort à Auschwitz.

  • Vidéo

    Date de la vidéo: 2022 Ressource téléchargeable

    Rafle du Vél' d'Hiv' : le témoignage de Rachel Jedinak

    Rachel Jedinak naît en 1934, à Paris, de parents juifs polonais, Abraham et Chana Psankiewicz. Abraham est arrêté en 1941 lors de la rafle dite du billet vert. Interné à Beaune-la-Rolande, il mourra en déportation à Auschwitz. Le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vélodrome d'Hiver, Chana, Rachel, qui a alors 8 ans, et sa sœur aînée Louise, 13 ans, sont arrêtées et conduites à la Bellevilloise, dans le XXe arrondissement, où sont regroupés les Juifs du quartier avant d'être emmenés au Vél' d'Hiv'. Comprenant le danger, Chana ordonne à ses deux filles de fuir. Chana sera emmenée au camp de Drancy, puis déportée à Auschwitz le 29 juillet 1942, d'où elle ne reviendra pas. Après avoir échappé à une autre grande rafle, le 11 février 1943, les deux sœurs sont cachées séparément à Château-Renault, près de Tours. À la Libération, elles attendent en vain leurs parents, morts tous les deux en déportation.