vidéo - 

Dissolution de l'Assemblée nationale du 30 mai 1968

Dissolution de l'Assemblée nationale du 30 mai 1968

Date de diffusion : 30 mai 1968

Jacques Chaban-Delmas, président de l'Assemblée nationale, annonce aux députés la dissolution.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2003
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000110

Contexte historique

Par Jean-Claude Lescure

Le 30 mai 1968, après un voyage éclair à Baden-Baden auprès du général Massu, le président de Gaulle annonce la reprise en main de la situation. Non seulement il déclare rester au pouvoir, maintenir le Premier ministre en fonction, mais il fait également connaître sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale et d'organiser de nouvelles élections législatives. Demandant un soutien explicite à l'opinion publique, il avertit que de nouvelles mesures répressives seront utilisées en cas de besoin.

Cette intervention permet à Charles de Gaulle de reprendre la main dans une crise qui semblait lui échapper. L'organisation de nouvelles élections (les 23 et 30 juin) place au centre de l'actualité politique la procédure démocratique et permet de reléguer à la périphérie la crise sociale et la contestation étudiante.

Éclairage média

Par Jean-Claude Lescure

Débutant par 30 secondes de voix off sur un fond noir et s'achevant à sur des images muettes montrant les députés de gauche debout en train de chanter, ce document illustre d'abord la situation sociale que traverse la télévision française pendant Mai 68.

Depuis le 20 mai, l'ORTF est en grève, les techniciens et les journalistes ont cessé le travail ; les tournages des événements d'actualité ne sont plus organisés, sinon au Parlement où du matériel est installé de façon permanente dans les tribunes de la presse. Seule une vingtaine de non grévistes continuent d'assurer un journal, diffusé dans un studio installé sous le pilier nord de la tour Eiffel. La présentation de la communication de Jacques Chaban-Delmas est visuellement très classique : une caméra est centrée sur l'orateur à la tribune, une autre fixe en plan large les députés installés sur les bancs de l'Assemblée nationale.

Exceptionnelles en revanche sont les trente dernières secondes : alors que la séance est levée, les micros sont coupés dans l'hémicycle, mais les caméras continuent de tourner et fixe la manifestation spontanée des députés de gauche qui se lèvent et chantent. La caméra s'attarde sur François Mitterrand tandis que la voix off et toute explication disparaissent.

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème