vidéo - 

Les conditions de travail des ouvriers spécialisés aux usines Renault

Les conditions de travail des ouvriers spécialisés aux usines Renault

Date de diffusion : 16 juin 1972

La régie Renault annonce des augmentations de salaire et une opération de reclassement pour les ouvriers spécialisés.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000402

Contexte historique

Par Fabrice Grenard

Dans le secteur industriel, la parcellisation du travail, la généralisation des chaînes de fabrication et l'automatisation favorisent l'émergence d'une nouvelle figure, celle de l'ouvrier spécialisé (OS). Celui-ci apparaît interchangeable et occupe dans le processus de production un poste qui ne nécessite aucune formation particulière. Il ne suffit en effet que d'une simple information accompagnée d'une démonstration pour pouvoir occuper ce type d'emploi.

Entre 1954 et la fin des années soixante, ce groupe des OS fait un véritable bond en avant, avec 1,5 millions d'emplois supplémentaires. Il représente alors environ 40 % de l'ensemble des effectifs ouvriers et les OS sont particulièrement nombreux dans les entreprises modernes appartenant au secteur des biens de consommation (automobile, appareils ménagers...). Certaines catégories de travailleurs apparaissent particulièrement concernées par les emplois d'OS : les femmes, les immigrés, la main-d'oeuvre d'origine rurale peu qualifiée. L'utilisation des OS a joué un rôle important dans la croissance des Trente glorieuses (augmentation des gains de productivité).

Mais à partir de la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, taylorisme et fordisme finissent par susciter un rejet croissant des travailleurs, notamment des ouvriers spécialisés. Cette situation provoque alors des effets contradictoires avec les objectifs recherchés puisqu'elle provoque des déséconomies d'échelle. Un désintérêt croissant vis-à-vis du travail se développe chez les ouvriers les moins qualifiés, qui se traduit par une résistance passive à l'intensification des cadences, par une augmentation excessive des "rebuts" en fin de chaîne, par un fort absentéisme et par des grèves de protestation contre les conditions de travail (chez Renault au Mans en 1971 par exemple).

Éclairage média

Par Fabrice Grenard

Les images du reportage permettent de souligner le travail des ouvriers spécialisés des usines Renault (travail à la chaîne, assemblage des différentes pièces de la carrosserie, fraisage...). Il manque pourtant un élément essentiel concernant les conditions de travail des OS : le bruit (la bande son a été coupée pour ne laisser place qu'à un simple commentaire). Alors que plusieurs mouvements de protestations se sont développés contre le travail à la chaîne (grèves en 1971 notamment, non évoquées dans le reportage), la Régie Renault annonce certaines mesures destinées à rendre plus attractive la fonction d'OS : revalorisation des salaires, possibilités de progressions plus rapides et plus importantes au sein de l'entreprise…

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème