vidéo - 

Réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République en 2002

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 06 mai 2002 | Date d'évènement : 05 mai 2002

Le 5 mai 2002, à l'issue du second tour de l'élection présidentielle, Jacques Chirac est réélu avec 82,15% des voix. Il salue ses militants, puis fait une déclaration place de la République.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Date de l'évènement :
05 mai 2002
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000421

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

Au soir du premier tour de l'élection présidentielle, le 21 avril 2002, Jacques Chirac n'avait recueilli que 19,71% des suffrages exprimés, soit le score plus faible pour un président de la République. Mais contre Jean-Marie Le Pen, qualifié également pour le second tour avec 16,95% des voix, gauche et droite s'unissent dès le 21 avril, appelant à voter Chirac pour "faire barrage à l'extrême droite".

En outre, entre les deux tours, une mobilisation sans précédent se développe contre le FN, atteignant son apogée le 1er mai 2002, 1,5 millions de Français descendant dans la rue, dont le tiers à Paris. Traduction de cette mobilisation, l'abstention, qui avait atteint un niveau record pour une élection présidentielle avec 27,86%, retombe le 5 mai 2002 à 19,86%. Jacques Chirac est ainsi réélu avec 82,15% des suffrages contre 17,85% pour Le Pen. Ce score permet à Jacques Chirac de devenir le président le mieux élu de la Ve République. Il est largement dû au report massif des voix de gauche sur son nom et symbolise par-dessus tout un vote de rejet des idées de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier n'a gagné qu'un point en pourcentage par rapport au premier tour et quelque 700 000 voix.

Au lendemain de l'élection, Lionel Jospin ayant remis sa démission, Jacques Chirac nomme Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Un mois plus tard, les élections législatives des 9 et 16 juin 2002 voient la droite rassemblée dans l'Union pour la Majorité Présidentielle (UMP) emporter une très large majorité à l'Assemblée nationale (369 députés).

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Ce reportage revient sur la réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République qui a eu lieu la veille. Dans un premier temps, des scènes de sympathisants en liesse, ambiance classique des soirs de victoire électorale, sont filmées devant le QG de Jacques Chirac. Ce dernier apparaît à la fenêtre en compagnie de son épouse Bernadette.

La scène est semblable à celle de sa première élection en 1995 lorsqu'il avait salué la foule du balcon de la permanence du RPR, à la différence près qu'on relève cette fois chez Jacques Chirac davantage de retenue, en raison de la particularité de sa très large victoire. Le journaliste fait d'ailleurs référence aux 82,15% des suffrages qu'il a recueillis, qualifiant Chirac de "supervainqueur", allusion également au surnom de "supermenteur" dont "Les Guignols de l'info" l'ont affublé. La caméra s'attarde ensuite sur les sympathisants qui exultent (un "V" symbolique est montré à l'écran), tandis que certains, interrogés, mettent en avant la "victoire de la démocratie et de la République", sous-entendu contre Jean-Marie Le Pen. Puis Jacques Chirac quitte son QG en voiture, scène qui elle aussi n'est pas sans évoquer la course-poursuite des journalistes avec sa voiture lors de sa victoire à l'élection présidentielle le 7 mai 1995. Toujours accompagné de Bernadette, il se rend place de la République, lieu éminemment symbolique où quelques milliers de personnes sont rassemblées. Il y prononce une allocution aux accents gaulliens, se voulant rassembleur.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents