vidéo - 

L'instauration des 39 heures et de la 5e semaine de congés payés

Date de diffusion : 13 janv. 1982

Une ordonnance prise en Conseil des ministres le 13 janvier 1982 instaure les 39 heures hebdomadaires de travail, une cinquième semaine de congés payés et des contrats de solidarité.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2005
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000489

Contexte historique

Par Christophe Gracieux

À la suite de la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, le gouvernement de Pierre Mauroy prend une série de mesures sociales qui renouent avec la tradition du Front populaire. Une ordonnance du 16 janvier 1982 (adoptée en Conseil des ministres le 13 janvier) instaure ainsi les 39 heures de travail hebdomadaires et la cinquième semaine de congés payés. Cette dernière succède aux quinze jours accordés en 1936, à la troisième semaine concédée par le gouvernement Guy Mollet en 1956, et à la quatrième octroyée en 1969 par la majorité gaulliste.

Quant à la durée hebdomadaire légale du travail, elle est abaissée de 40 heures à 39 heures, première réduction depuis le Front populaire. Cette mesure visait surtout à combattre le chômage. Mais contre l'avis du Premier ministre Pierre Mauroy et du ministre de l'Économie et des Finances Jacques Delors, le président de la République François Mitterrand décide que la réduction du temps de travail ne s'accompagnerait pas de diminution de salaire : les 39 heures seraient payées 40 heures. Cette décision rend par conséquent pratiquement nul l'effet de la réduction du temps de travail sur l'emploi. Et elle rend indirectement impossible tout autre abaissement de la durée hebdomadaire du travail, alors qu'initialement la nouvelle majorité souhaitait réduire progressivement celle-ci de 40 à 35 heures – il faudra attendre le gouvernement Lionel Jospin en 1998 pour que les 35 heures hebdomadaires soient instaurées. En outre, des contrats de solidarité conclus entre l'État et les entreprises sont mis en place : des exonérations temporaires de charges salariales sont consenties pour les recrutements effectués au bénéfice des jeunes et des chômeurs.

Éclairage média

Par Christophe Gracieux

Toute une séquence du journal télévisé du 13 janvier 1982 d'Antenne 2 est consacrée aux ordonnances adoptées par le gouvernement Mauroy le jour même en Conseil des ministres. Elle alterne entre la présentation de ces mesures par Patrick Poivre d'Arvor, une interview du secrétaire général de l'Élysée Pierre Bérégovoy et un sujet proprement dit. Le témoignage de Pierre Bérégovoy a pour but de placer la réduction du temps de travail à 39 heures hebdomadaires dans une perspective sociale et historique.

Quant au sujet, il ne prend pas la forme habituellement adoptée par les reportages puisqu'il revêt celle d'un carton-animation. Ce dernier représente de manière symbolique « la machine à lutter contre le chômage », avec ses deux « rouages » : la réduction du temps de travail et les contrats de solidarité. Le carton-animation, dans lequel sont également insérées diverses images au format réduit, vise à rendre plus vivante l'évocation des mesures détaillées par la journaliste. Il se veut de même résolument pédagogique, indiquant les grands enjeux et les conséquences des ordonnances adoptées lors du Conseil des ministres du 13 janvier 1982.

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème