vidéo - 

La sortie officielle du Royaume-Uni de l’Union européenne

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 31 janv. 2020 | Date d'évènement : 31 janv. 2020

Le 31 janvier 2020, jour de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, le drapeau britannique a été déployé dans Londres. Les « brexiters » se préparent à célébrer ce départ, regretté par les europhiles. À Bruxelles, des eurodéputés britanniques pro-Brexit mettent en scène leur départ du Parlement. Deux jours avant, les députés européens avaient chanté Ce n’est qu’un au revoir à leurs homologues britanniques.

Niveaux et disciplines

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Date de l'évènement :
31 janv. 2020
Page publiée le :
17 janv. 2023
Modifiée le :
17 janv. 2023
Référence :
00000004930

Contexte historique

Par Christophe GracieuxProfesseur agrégé en classes préparatoires littéraires au lycée Watteau (Valenciennes) )

En 2016, les Britanniques se sont prononcés en faveur du « Brexit », c’est-à-dire la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) : lors d’un référendum organisé le 23 juin 2016, 51,9 % des électeurs britanniques avaient approuvé le Brexit.

Après ce référendum, il a fallu quatre années pour que la sortie du Royaume-Uni de l’UE devienne effective. Dès le 29 mars 2017, la Première ministère britannique Theresa May a formellement enclenché la procédure du Brexit : elle a écrit au président du Conseil européen Donald Tusk pour lui annoncer l’activation de l’article 50 du traité de Lisbonne qui permet à tout État membre de se retirer volontairement de l’Union européenne. À partir de l’annonce de la décision de retrait, le Royaume-Uni et l’Union européenne disposaient de deux ans pour trouver un accord de sortie. 

Mais les négociations pour fixer les modalités du retrait du Royaume-Uni et régler ses relations futures avec l’Union européenne se sont avérées très difficiles, se prolongeant même au-delà du délai de deux ans initialement prévu. Ainsi, en mars 2019, les députés britanniques ont rejeté pour la troisième fois un accord conclu en novembre 2018 entre le Royaume-Uni et l’UE. Finalement, en octobre 2019, après la nomination comme Premier ministre du conservateur et partisan du Brexit Boris Johnson trois mois auparavant, un accord a été trouvé entre le Royaume-Uni et l’UE. L’accord de retrait de l’UE a ensuite été définitivement adopté par la Chambre des Communes le 22 janvier 2020, avant d’être promulgué le lendemain par la reine Elizabeth II, puis approuvé à leur tour par les députés européens le 29 janvier suivant.

Ainsi, le 31 janvier 2020, à 23 heures, heure de Londres (minuit heure de Bruxelles), plus de trois ans et demi après le référendum sur le Brexit, le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne. Le pays en sera demeuré membre durant quarante-sept ans. Plusieurs milliers de partisans de la sortie de l’UE ont célébré l’événement devant le Parlement de Westminster. Nous quittons l’UE ! Nous l’avons fait ! Nous ne retournerons jamais en arrière !, s’est alors écrié Nigel Farage, le fondateur du Parti du Brexit. Pour la première fois depuis sa création, un État membre s’est donc retiré de l’Union. Un État qui, s’il avait le plus souvent entretenu une relation tumultueuse avec les institutions européennes et les autres pays membres, constituait non seulement un important contributeur à son budget mais aussi une puissance nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Après le retrait du Royaume-Uni de l’UE, Londres et Bruxelles ont encore dû négocier les termes d’un accord de libre-échange, finalement entré en vigueur le 31 décembre 2020.

Éclairage média

Par Christophe GracieuxProfesseur agrégé en classes préparatoires littéraires au lycée Watteau (Valenciennes) )

Diffusé dans le journal télévisé de 20 heures de France 2 le 31 janvier 2020, ce reportage est consacré aux dernières heures du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE). Cette sortie étant officiellement entrée en vigueur à 23 heures, heure de Londres (minuit heure de Bruxelles), le sujet ne propose pas d’images de la soirée des festivités organisées par le gouvernement de Boris Johnson et les partisans du Brexit.

Réalisé le même jour à la fois à Londres, autour de Parliament Square, et à Bruxelles, au sein du Parlement européen, il donne à voir plusieurs images factuelles symboliques de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Il s’ouvre ainsi sur des plans de l’Union Jack, le drapeau du Royaume-Uni, représentant l’union des royaumes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, devenu l’emblème des partisans du Brexit. De même, le reportage se clôt sur des images de nuit d’édifices publics londoniens éclairés aux couleurs du drapeau britannique. L’Union Jack apparaît en outre à de nombreuses reprises dans le sujet : hissé sur Parliament Square à l’initiative du gouvernement de Boris Johnson, devant le Palais de Westminster, siège du Parlement britannique ; pavoisant le Mall, l’avenue qui mène au Palais de Buckingham ; brandi par les manifestants pro-Brexit à Londres mais aussi par les députés britanniques européens pro-Brexit à Bruxelles. Un « brexiter » a même le visage maquillé aux couleurs de l’Union Jack. À l’inverse, quelques manifestants europhiles brandissent le drapeau européen.

Le reportage de France 2 témoigne également de la mise en scène soigneusement orchestrée ce même 31 janvier 2020 par les eurodéputés britanniques pro-Brexit afin de célébrer la sortie du Royaume-Uni de l’UE : on les voit quittant le Parlement européen, à Bruxelles, marchant symboliquement en groupe derrière un joueur de cornemuse, tirant leurs valises et brandissant un drapeau britannique. Avant de poser à l’extérieur du bâtiment du Parlement européen et de s’exprimer devant les caméras de télévision, comme le fait la députée Ann Widdecombe, du parti du Brexit.

Le sujet montre bien également l’opposition entre deux camps : celui des partisans du Brexit – les « brexiters » – et celui des défenseurs du maintien du Royaume-Union dans l’UE – les « remainers ». Les premiers célèbrent ce jour historique – tel ce « brexiter » qui adresse un « au revoir » à la caméra : On s’en va ! salut ! Les seconds le déplorent. C’est également le cas des députés européens des 27 États membres de l’UE, filmés deux jours auparavant, le 29 janvier 2020 : après le vote qui a scellé le départ des députés européens britanniques, les eurodéputés des 27 autres États membres se sont donné dans la main dans l’hémicycle et ont chanté Ce n’est qu’un au revoir (Auld Lang Syne, écrit par l’Écossais Robert Burns en 1788) à leurs futurs anciens collègues britanniques.

La sortie officielle du Royaume-Uni de l’UE a constitué le deuxième sujet d’actualité internationale traité en janvier 2020 par les journaux télévisés de début de soirée des cinq principales chaînes françaises (TF1, F2, F3, Arte et M6) avec 38 sujets, derrière les tensions internationales entre l’Iran, les États-Unis et l’Irak (cf. InaStat n° 57, juin 2020).

Lieux

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents