vidéo

Leonard Cohen interprète The Partisan

Institut national de l’audiovisuel

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 10 juin 1970

En octobre 1970, Leonard Cohen interprète The Partisan sur le plateau de l'émission Arpèges.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Réalisation :
Coldefy Jean-Marie
Date de diffusion du média :
10 juin 1970
Production :
@ 1970 -  Office national de radiodiffusion télévision française
Page publiée le :
29 mai 2023
Modifiée le :
04 sept. 2023
Référence :
00000005508

Contexte historique

Par Candice Hoffmanprofesseure d'anglais au collège Jean-Philippe Rameau de Tours (37) )

Leonard Cohen est un auteur, compositeur et interprète né le 21 septembre 1934 à Westmount, dans la banlieue de Montréal au Québec, et est mort le 7 novembre 2016 à Los Angeles. Son lieu de naissance peut d’ores et déjà expliquer ses liens forts avec la langue française, le Canada ayant pour langues officielles le français et l’anglais.

Il enregistre The Partisan sur son deuxième album Songs from a Room en 1968 (l’album paraîtra en 1969).Cette année est marquée dans le monde par un vent de contestation contre l’ordre établi, menée par la jeunesse (France, Tchécoslovaquie, Italie, Mexique, Sénégal…). Cela se traduit entre autres, aux États-Unis, par des mouvements contre la guerre du Vietnam, commencée en 1955.

Les liens entre la guerre du Vietnam et le Canada, d’où est originaire Leonard Cohen, ne semblent pas évidents de prime abord, puisque le Canada n’a pas directement participé à ce conflit, refusant officiellement de se joindre aux Américains. Le Canada a tout de même soutenu l’effort de guerre des États-Unis en leur fournissant du matériel de guerre. Jusqu’à 40 000 Canadiens se portèrent volontaires entre 1959 et 1975 pour servir aux côtés des forces armées américaines (contre l’avis de leur propre gouvernement). Près de 12 000 furent déployés au Vietnam.

Le Canada fut également une terre d’accueil pour les draft-dodgers (opposants à l’enrôlement dans l’armée), les déserteurs américains refusant de se battre au Vietnam. Environ 60 000 draft-dodgers ont fui les États-Unis pour le Canada dans les années 1960, selon Jean-Michel Lacroix, directeur du Centre d’études canadiennes de l’université Paris III. « L’une des raisons essentielles de l’attraction opérée par le Canada sur ces jeunes Américains était que le statut militaire et les opinions politiques des candidats à l’immigration n’avaient aucune incidence sur leurs chances d’être considérés comme recevables », explique ce spécialiste dans son article « La guerre du Vietnam et les draft-dodgers ».  

Dans ce contexte de guerre, la chanson de Cohen a une résonance toute particulière.

Éclairage média

Par Candice Hoffmanprofesseure d'anglais au collège Jean-Philippe Rameau de Tours (37) )

Cette vidéo est extraite de l’émission de variétés Arpèges, diffusée le 10 juin 1970 sur la première chaîne française, en début de soirée. Il s’agit d’une émission de divertissement populaire et, ce jour-là, l’invité principal est Joe Dassin.

La mise en scène est très sobre, le cadrage serré sur le visage de Leonard Cohen. Lorsque les couplets sont en anglais, il interprète la chanson seul à la guitare acoustique. Un chœur de femmes se joint à lui sur les couplets en français. Le fait d’inviter Leonard Cohen à chanter sa chanson The Partisan à une heure de grande écoute est un message particulièrement fort, d’autant plus que, en 1970, seules deux chaînes de télévision française existent, offrant une grande audience à la prestation de l’artiste. La chanson The Partisan a une signification particulière pour le public français, puisqu’elle renvoie à la résistance à l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est en partie une reprise de la chanson La Complainte du partisan écrite en 1943, avec des paroles françaises, par le résistant français Emmanuel d’Astier de la Vigerie et chantée par Anna Marly (Française d’origine russe), également résistante, qui en compose la mélodie. La chanson a été conçue à Londres et fut diffusée pour la première fois sur la BBC à destination de la France occupée.

Lorsque Leonard Cohen enregistre sa version en 1968, il se base sur la version traduite par le parolier américain Hy Zaret, plus connu pour avoir écrit Unchained Melody pour The Righteous Brothers en 1955.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème