vidéo - 

Simone Veil, présidente du Parlement européen

Proposé par Institut national de l’audiovisuel

Date de diffusion : 18 juil. 1979

Simone Veil, présidente du Parlement européen, désormais élu au suffrage universel direct, expose le programme qui doit guider son action à la tête de l'institution européenne.

Niveaux et disciplines

Ressources pédagogiques utilisant ce média

Informations et crédits

Type de ressource :
Forme :
Collection :
Production :
INA
Page publiée le :
2003
Modifiée le :
19 sept. 2022
Référence :
00000000193

Contexte historique

Par Jean-Claude Lescure

Par les Traités de Rome signés en 1957, les Etats signataires créent une "assemblée des communautés" dotée seulement de pouvoirs de contrôle et de délibération. Organe consultatif, l'assemblée émet des avis qui sont largement ignorés lors des différentes étapes de la construction européenne, et se désigne elle-même comme "Parlement européen" le 30 mars 1962 - dénomination qui ne devient officielle qu'en 1986 dans le texte de l'Acte unique.

Les membres de cette assemblée sont nommés par les Etats, mais ils réclament, pour asseoir leur légitimité et à terme leur pouvoir, une élection au suffrage universel direct. Leur vœu est exaucé le 20 septembre 1976 par une décision du conseil des ministres européens, qui fixe au mois de juin 1979 (du 7 au 10 juin selon les pays) la première élection au suffrage universel direct des députés européens. L'élection du parlement se fait dans chaque pays selon des modalités différentes, pour une durée de cinq ans.

La participation aux élections varie très sensiblement d'un pays à l'autre : 90% de votants en Belgique où le vote est obligatoire, 85% en Italie, 60,8% en France, mais seulement 32,6% en Grande-Bretagne. De façon globale, elle est décevante avec 63,8% des électeurs inscrits, soit 111 millions de votants sur un électorat de 180 millions de personnes. Les deux grandes sensibilités politiques, chrétienne et socialiste, se partagent l'essentiel des voix et des sièges, avec 32,8 millions de voix (29,6%) et 107 sièges pour les partis groupés dans le Parti populaire européen, contre 29,5 millions de voix (26,6%) et 112 sièges pour les partis socialistes et sociaux démocrates. En juillet, intervient la désignation du premier président de l'Assemblée : Simone Veil, membre du groupe libéral et démocratique, minoritaire dans l'hémicycle, est élue.

Éclairage média

Par Jean-Claude Lescure

Pour ce sujet, le journaliste Yves Mourousi prend plus de temps pour justifier le retard de sa rédaction à donner l'information – (les résultats de l'élection sont désormais connus, l'événement attendu s'est déroulé après le journal télévisé du soir) qu'à préciser les enjeux de l'élection remportée au second tour par la représentante d'un groupe minoritaire.

Il ne précise pas non plus le rôle du parlement européen, dont les pouvoirs sont alors très limités, sans possibilité d'initiative politique réelle. Simone Veil souligne d'ailleurs que l'élection au suffrage universel du parlement lui donnera la possibilité d'assumer de nouvelles responsabilités, qui restent toutes à définir et à conquérir face à une Europe qui est encore celle des Etats.

Lieux

Personnalités

Thèmes

Sur le même thème

Sur le même thème

: Voir les documents suivants
: Voir les documents précédents