ARTICLE

Que retenir du discours I have a dream prononcé par Martin Luther King ?

Copyright de l'image décorative: © AFP

Par Véronique Chalmetécrivaine et journaliste spécialisée en histoire
Publication : 25 août 2023 | Mis à jour : 10 juin 2024

Niveaux et disciplines

Il est 16 heures, le pasteur Martin Luther King s'avance devant le micro pour conclure la journée historique de fraternité et de revendications qu’est la marche sur Washington pour les droits civiques du 28 août 1963, aussi appelée Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté. « Parle-leur de ton rêve, Martin ! » l'encourage la chanteuse de gospel Mahalia Jackson alors qu'il commence son discours devant un quart de million de personnes. Martin Luther King Jr (alias MLK) se lance alors dans une anaphore [1] Effet stylistique qui consiste à reprendre un même mot au début de chaque phrase qui se suivent.  devenue historique : « Je fais un rêve... ». L'esplanade, longue d'un kilomètre, est bondée.

Date de la vidéo: 2017 Collection:  - Mystères d'archives

1963 : La marche sur Washington

Dans les coulisses du discours I have a dream

Le pasteur a préparé jusque tard dans la nuit son discours avec ses conseillers, notamment avec son ami et avocat Clarence B. Jones. Cinquante ans plus tard, en 2013, ce dernier révélera dans le Wall Street Journal que l'expression la plus célèbre de ce discours historique ne figurait pas dans le texte qu'ils avaient préparé. Son chef de cabinet, Wyatt T. Walker, avait dissuadé Martin Luther King d'employer cette expression, lui disant : « Tu l'as déjà utilisée trop de fois ! » La première fois, c'était le 27 novembre 1962 à Rocky Mount, dans un lycée de Caroline du Nord [2] Source : https ://edition.cnn.com/2015/08/12/us/north-carolina-mlk-jr-i-have-a-dream-recording/index.html , puis pendant d'autres prises de parole.  

Plus qu'un discours, une vision

À la douzième minute de son discours, Martin Luther King lâche ses notes, lève la tête pour regarder l'assistance et, inspiré, se lance dans un véritable prêche, rythmé et intense. Le pasteur livre sa vision d'une Amérique libre de toute ségrégation. « I have a dream » sera scandé huit fois. 

« I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character. / Je rêve que mes quatre enfants vivent un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. » L'orateur en appelle à la fraternité qui transcende les préjugés au nom de l'égalité entre tous, telle qu'elle est inscrite dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 – l'un de ses textes de référence. Pour le pasteur King, les années d'esclavage sont révolues et le pardon doit succéder à la haine : I have a dream that one day on the red hills of Georgia, the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood. / Je rêve qu'un jour, sur les rouges collines de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Martin Luther King conclut avec ces mots d'un chant traditionnel, distillant un double sens de libération spirituelle et sociale, Free at Last! (Libres, enfin !) :

(...) All of God's children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, « Free at last! free at last! thank God Almighty, we are free at last!
(…) Tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les Gentils [3] Nom que les juifs et les premiers chrétiens donnaient aux personnes étrangères à leur religion. , les protestants et les catholiques, pourront s'unir et chanter les mots de l'ancien négro-spiritual : « Libres enfin ! Libres enfin ! Merci, Dieu Tout-puissant, nous sommes enfin libres !

Martin Luther King, lors de la marche sur Washington du 28 août 1963.

En l'espace de 17 minutes, Martin Luther King a bouleversé les esprits et l'histoire.

Pour aller plus loin

• « Mississippi Goddam » : Nina Simone et le mouvement pour les droits civiques. Cette piste pédagogique en anglais s'adresse aux lycéens. Une première vidéo permet de découvrir la vie de Nina Simone, puis une seconde vidéo invite à étudier les paroles de la chanson « Mississippi Goddam ». Ce travail permettra aux élèves de faire des recherches sur le Civil Rghts Movement, le mouvement pour les droits civiques aux États-Unis.

• À lire : notre article sur la marche sur Washington pour l'emploi et la liberté du 28 août 1963. Il explique en quoi cette marche pour les droits civiques marque un tournant décisif dans la lutte pour les droits civiques des Noirs, cent ans après l'abolition de l'esclavage par Abraham Lincoln (1809-1865), le 18 décembre 1865. 

 

• Si la journée de mobilisation pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis de l'été 1963 a ouvert la voie à l'intégration raciale, dans les faits, l'égalité de tous les citoyens américains reste un idéal difficile à atteindre. Ségrégation dans les lieux publics, mariages mixtes, droits de vote, violences policières... Quelles avancées réalisées ? Quels combats reste-t-il à mener ?

 

• Enfant, sa mère lui disait : « Jamais tu ne dois avoir le sentiment que tu vaux moins que quiconque. » Alors, une fois adulte, Martin Luther King, porté par cette phrase, s'est battu à son tour pour que les Noirs, au sud des États-Unis comme au nord, aient les mêmes droits que les Blancs. Retour sur le parcours exceptionnel d'un homme qui a tout fait pour que son rêve – celui d'une Amérique plus égalitaire et plus juste – devienne réalité.

Niveaux: Cycle 4 - Lycée général et technologique - Lycée professionnel

Qui était Martin Luther King ?

 

• Le 1er décembre 1955, une femme de 42 ans rentre chez elle après une rude journée de travail, à Montgomery (Alabama). Rosa Parks s’assied à l'arrière du bus, dans la section réservée aux Noirs. Mais le chauffeur décide de déplacer le panneau qui marque la séparation entre Noirs et Blancs : « Bouge, la négresse ! » ordonne-t-il à Rosa, qui refuse de se déplacer. Par son refus, elle devient le symbole de la rébellion au racisme aux États-Unis.

Niveaux: Cycle 4 - Lycée général et technologique - Lycée professionnel

Qui était Rosa Parks ?

 

• Le 6 décembre 1865, après plusieurs années de guerre civile, le 13e amendement de la Constitution des États-Unis supprime l'esclavage dans tout le pays. Mais il ne suffisait pas d'émanciper les esclaves, encore fallait-il prévoir leur intégration dans la société américaine... Des premières lois limitant les droits civiques et les libertés fondamentales des Noirs américains aux années 1960, retour sur cent ans de ségrégation aux États-Unis, un mal qui continue insidieusement de diviser la société américaine.

 

• De l'arrivée du premier bateau négrier en Virginie en 1619 à l'assassinat de Martin Luther King en 1968, retour sur 150 ans de relations entre Noirs et Blancs aux États-Unis et sur la lutte pour les droits civiques.

 

• L'épisode de La Grande Explication consacré à l'assassinat de Martin Luther King revient sur le parcours du pasteur et sur le célèbre discours qu'il a prononcé lors de la marche sur Washington.

Date de la vidéo: 2018 Collection:  - La Grande Explication

L'assassinat de Martin Luther King

 

• À consulter également :

Visuel du mouvement des droits civiques aux États-Unis - Lumni.fr

Retrouvez également le dossier édité par lumni.fr sur le mouvement des droits civiques aux États-Unis. Il revient sur le parcours d'artisans de la liberté comme Martin Luther King, Rosa Parks ou Malcom X.

Note de bas de page

Thèmes

Sur le même thème